N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
SCARBOROUGH Dorothy - Le VentSCARBOROUGH Dorothy
Le Vent
Titre original : The Wind
[15] Interférences
 
315 pages - 25 €
ISBN 10: 2-909589-09-9
6
2 0
2 2
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Début XXe siècle : une jeune bourgeoise passe du confort aristocratique de sa Virginie natale à la dure vie des cow-boys texans. Cette plume fine et observatrice qui décrit l'évolution de l'héroïne livrée à elle-même, sans recours et sans défense face à la force et aux hurlements du vent…

Dorothy Scarborough ( 1878 - 1935 ) occupe une place à part dans la littérature américaine : d'abord excellent écrivain, ensuite femme dans un milieu encore dominé par les confrères masculins, et enfin professeur de littérature à l'Université de Columbia où elle influença sans doute des vocations comme celle de Carson McCullers. La préface du livre développe quelques éléments de sa vie avec des précisions sur le destin de ses écrits.

Au milieu de nulle part…

La longue et agonisante maladie de sa mère, couplée à un dénuement financier, obligent la jeune Letty (Letitia) Mason à trouver refuge chez le seul homme de famille pouvant encore s'occuper d'elle : son cousin Bev ( Beverley ). Celui-ci avait quitté la verdoyante Virginie presque dix ans auparavant pour le Texas, où il avait chu et était devenu éleveur de bétail, dans une bourgade répondant au joli nom de Sweetwater. Pleine d'illusions et des souvenirs d'un cousin charmant, Letty entreprend le long voyage en train, à bord duquel un homme riche, espiègle et séduisant, lui raconte sans détours et avec malin plaisir combien cette contrée est déshéritée et l'existence rude. Et il précise combien les vents, Norther et cyclones, la ravagent et éprouvent les nerfs des femmes…

Naturellement, Sweetwater désigne tout ce que le lieu n'est pas : champs arides à perte de vue et horizons sans repères. Les hommes mènent une vie dure également, mais au moins ils peuvent sortir et se dépayser au galop, là où les femmes sont confinées à l'intérieur pour s'occuper des enfants et des tâches ménagères. Letty, qui a de l'éducation, une grande sensibilité et des rêves de prince charmant, tombe ainsi dans un monde fruste sans occupations sociales ou intellectuelles… Elle ne s'en offusque pas ni ne montre aucune distance, mais de là à accepter proposition de mariage, que sa jeune beauté ne manque pas de susciter, il y a tout un monde comme on dit…

Comme l'indique le titre, ce que la préface explique plus en détails, le roman est entièrement sous le sceau du vent, dont l'emprise progresse au long des chapitres, jusqu'à la fin magistrale. Entre temps, le quotidien occupe, et harasse non sans charme, à l'image de ces multiples descriptions de l'Homme en osmose avec la nature : « c'est comme ça que ça marche. Quand il y a trop de bétail qui grouille, les animaux sont capables de foncer droit devant eux et de se jeter du haut d'une falaise, ou de courir jusqu'à en crever. Pour les calmer, il faut chanter. Les cow-boys connaissent des tas de mélodies pour ça (p.236) ». Les comportements des animaux sont si bien décrits que plusieurs passages et dialogues soulignent la ressemblance avec les humeurs humaines.

Un Roman abouti

C'est que Le Vent fourmille de détails et témoigne d'une sensibilité toute féminine : « le jour suivant, il y avait dans les yeux et le sourire de Cora un air de mystère propre à intriguer son entourage. D'une manière toute féminine, elle couvait son secret, le faisant miroiter dans chacun de ses gestes, le caressant malicieusement du regard sous ses cils baissés, le flattant de chacune des inflexions de sa voix. La moue de ses lèvres charmantes, le frémissement de ses fossettes, tout indiquait un secret qu'elle pourrait révéler si elle le voulait. Mais pas question ! On voyait qu'elle tenait à ce que tout le monde sache qu'elle cachait quelque chose, mais qu'elle ne vendrait pas la mèche (p.135) ».

Les caractères et pensées des psychologies paysannes, hommes comme femmes, sont finement exposés par leurs gestes et échanges. Susceptibilités et sentiments sont souvent au cœur des chapitres, engendrant griefs et malentendus lesquels, à leur tour, nourrissent la tragédie humaine que les rigueurs du climat viennent exacerber. On pourra ainsi comparer l'amour de Cora pour Bev son mari (p.122) et la jalousie de celle-ci à l'encontre de Betty, qui ne sait plus à quel saint vouer sa détresse… De son côté, si Betty est consciente de son manque d'expérience et de son impuissance à affronter le destin et les personnalités plus fortes que la sienne, elle apparaît très sûre d'elle-même quand il s'agit de refuser poliment et avec tact les déclarations enflammées de proposition de mariage : elle n'est pas amoureuse, et ne peut donc se marier… De la même manière, le glissement d'une âme gentille et généreuse vers un égoïsme relatif au bord de la crise de nerf, est décrit avec grande psychologie.

La plume de Scarborough est riche dans ses palettes descriptive et stylistique : agréables, sensibles avec une justesse des mots, et ce sans fioritures. Texane d'origine, on sent que l'auteur porta longtemps cette histoire en elle avant que 'les mots pour le dire viennent aisément… Histoire humaine donc, mais ce roman est aussi le témoignage romancé d'une réalité historique et climatique : allier l'histoire à la littérature et la restituer comme si on y était est preuve de génie littéraire.

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°13 : 11.XII.04

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
CACERES Grecia - Fin d'après-midi RUNTZ Bertrand - Amère BUENO Antoine - Triptyque de l'Asphyxie SHIMAZAKI Aki - Hotaru STAALESEN Gunnar - Le Loup dans la Bergerie GUSTAFSSON Lars - La Coiffeuse
 
 
[54]   LITTERATURES / pays > ANGLOPHONE > Etats-Unis   
 
  COULSON Joseph - Le Déclin de la Lune  Roman 
23 : 01.XI.05
COULSON Joseph :
Le Déclin de la Lune
2 0
1 2
 

Premier roman de ce poète américain né en 1957, admirablement écrit. Articulé en quatre livres étendus sur trois générations, il conte la vie d'une famille que le sort n'a pas épargnée, sur fond des soubresauts économiques et sociopolitiques des Etats-Unis entre 1930 et 1974. »»»

 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
 
BOYLE Tom Coraghessan - Le Cercle des Initiés HAWTHORNE Nathaniel - L’Expérience du Docteur Heidegger BROWN Dan - Da Vinci Code SENNA Danzy - Symptomatique JEWETT Sarah Orne - Le pays des sapins pointus KELLERMAN Jonathan - La Psy
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des LivresTABORSKA Agnieszka – KIMBALL Selena - La vie songeuse de Leonora de La Cruz
 
ROMAN :
nos préférés
 
BENGTSSON Frans Gunnar - Orm le Rouge T.1-2MANKELL Henning - Le Retour du Professeur de Danse
LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les FemmesLE ROY Philip - Le Dernier Testament
DAVIDSEN Leif - La Chanteuse RusseNESBO Jo - Rue Sans-Souci
GUILLEBON Swann de - FarangSCARBOROUGH Dorothy - Le Vent
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
ETATS-UNIS :
dernières entrées
 
LONDON Jack - L’Ennemi du MondeLONDON Jack - Ce que signifie la vie pour moi
LYNDS Gayle - Le dernier Maître-EspionJAMES Peter - Mort ou presque
HAWTHORNE Nathaniel - L’Expérience du Docteur HeideggerRUBENFELD Jed - L’Interprétation des Meurtres
BIERCE Ambrose - Le Club des ParenticidesCOCKEY Tim - Le Croque-Mort à Tombeau ouvert
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)