N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
[8] Les Billets de la Bibliothèque
BOSSUET Jacques-Bénigne - Traité de la ConcupiscenceBOSSUET Jacques-Bénigne
Traité de la Concupiscence
 
[23] Bibliothèque (La)
 
160 pages - 12,90 €
ISBN 10: 2-909688-19-4
3
1 0
0 2
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Resté longtemps inédit, ce traité est une amplification de la Lettre au Père Caffaro, théologien illustre qui avait favorablement ‘préfacé’ le recueil du dramaturge et graphomane Edme Boursault, provoquant la réaction et la réponse de cet autre grand homme d’Eglise, Bossuet…

C’est donc dans ce contexte de rivalité ecclésiastique qu’il faut lire cet opuscule, dont la trentaine de petits chapitres ne sont finalement que variations autour d’un même thème, à savoir le péché du futile, le péché d’orgueil, le péché du paraître aux dépens de la nature intime de l’homme… En compulsant les pages, le lecteur sent combien quelques idées, parfois à valeur d’aphorismes, ne sont que reformulations didactiques ou stylistiques, l’ensemble pouvant être résumé par les trois extraits suivants : « il faut savoir que tout le bien vient de Dieu, et tout le mal de nous seuls. Que sert de rechercher curieusement les moyens de concilier notre liberté avec les décrets de Dieu ? […] Mais, au lieu de pousser comme il devait l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi-même, il a poussé l’amour de soi-même jusqu’au mépris de Dieu ; il a suivi sa volonté propre jusqu’à oublier celle de Dieu, jusqu’à ne s’en soucier en aucune sorte, jusqu’à passer outre malgré elle et à vouloir agir et se contenter indépendamment de Dieu […] Chrétien, écoute : ne sois point superbe ; ne fais point ta volonté, ne t’attribue rien : tu es le disciple de Jésus, qui ne fait que la volonté de son Père, qui lui rapporte tout et lui attribue tout ce qu’il fait (pp.43,62,132) ». Si ces exhortations trouveraient difficilement oreilles attentives aujourd’hui, elles conservent quelque profondeur en psychologie, pour autant qu’on remplace Dieu par le Soi, et l’homme par le complexe du Moi, mais cela est une autre histoire, et anachronique de surcroît.

En revanche, les arguments ici ne sont pas sans rappeler certaines conclusions du bouddhisme indien, lorsqu’il dit que ‘le monde est illusion’ : Bossuet dit-il autre chose quand il exhorte et conclut ainsi : « Ecoutez le Sage (Sap., IV, 12) : la vie humaine est une fascination, une tromperie des yeux (p.127) » ? Car l’homme se trompe, ses actions ne visent qu’à le mettre en valeur, comportement futile autant que vain : « toute âme curieuse est faible et vaine : par là même elle est discoureuse, elle n’a rien de solide et veut seulement étaler un vain savoir, qui ne cherche point à instruire, mais à éblouir les ignorants […] Que reste-t-il à ce mauvais riche de s’être habillé de pourpre et d’avoir orné sa maison de manière convenable à un si grand luxe ? Il est dans les flammes éternelles : pour tous trésors, il a les trésors de colère et de vengeances qu’il s’est amassé par sa vanité. Vous amassez, dit saint Paul, des trésors de colère pour le jour de la vengeance […] Les hommes étalent leurs filles pour être un spectacle de vanité et l’objet de la cupidité publique [...] La curiosité n’a d’autre fin que de faire admirer un vain savoir et, par là, se distinguer des autres hommes […] Mais l’âme, se voyant belle, s’est délectée en elle-même et s’est endormie dans la contemplation de son excellence ; elle a cessé un moment de se rapporter à Dieu, elle a oublié sa dépendance ; elle s’est premièrement arrêtée et ensuite livrée à elle-même (pp.43,49,51,54) »…

D’où ses réflexions sur les vanités féminine et masculine, toutes orientées par le désir de plaire par des artifices : « qu’est-ce, dis-je, que leur gloire, si ce n’est un amas confus de fausses vertus et de vices éclatants qui, soutenus par des actions pleines d’une vigueur malentendue, puisqu’elle n’aboutit qu’à des injustices, en tous cas, à des choses périssables, ont imposé au genre humain et ont même ébloui les sages du monde, qui sont engagés dans de semblables erreurs et transportés par de semblables passions ? Vanité des vanités, et tout est vanité ; et plus l’orgueil s’imagine avoir donné dans le solide, plus il est vain et trompeur (pp.79-80) ». Or cet orgueil vaut aussi pour la gloire masculine, dont on sait combien elle peut interpeller les femmes, même si Bossuet ne va pas jusque-là : « que désirait ce grand conquérant qui renversa le trône le plus auguste de l’Asie et tout le monde, sinon de faire parler de lui, c’est-à-dire d’avoir une grande gloire parmi les hommes (p.88) ». Que l’on songe en effet à ce célèbre Macédonien, coupable d’avoir détruit deux empires, le perse et l’égyptien, sans même avoir affermi le sien : Alexandre le Petit serait donc plus approprié.

Appliqué au bel esprit, cela donne : « on en voit qui passent leur vie à tourner un vers, à arrondir une période, en un mot à rendre agréables des choses non seulement inutiles, mais encore dangereuses, comme à chanter un amour feint ou véritable, et à remplir l’univers de folies de leur jeunesse égarée […] Songeant seulement à plaire, ils ne se sont mis en aucune peine de chercher la vérité (pp.82, 84) ». Or il y a aussi le danger qu’est chercher, innover comme on dirait aujourd’hui : « ce désir d’expérimenter et de connaître s’appelle la concupiscence des yeux parce que, de tous les organes des sens, les yeux sont ceux qui étendent le plus nos connaissances. Sous les yeux sont en quelque sorte compris les autres sens ; et, dans l’usage du langage humain, souvent sentir et voir, c’est la même chose […] Le désir de voir pris en cette sorte, c’est-à-dire celui d’expérimenter, nous replonge enfin dans la concupiscence de la chair, qui fait que nous ne cessons de rechercher et d’imaginer de nouveaux assaisonnements, pour en irriter la cupidité (pp.38-39) »…

Car finalement, vu ce qui se faisait dans les théâtres et comptait pour beaucoup dans le succès de ce loisir, Bossuet, adroitement, ramène tout à cette concupiscence de la chair. Pour preuve : « cet empêchement qui a été créé pour tous les hommes après le péché, et le joug pesant qui a été mis sur tous les enfants d’Adam depuis le jour qu’ils sont sortis du sein de leur mère jusqu’à celui où ils rentrent par la sépulture dans la mère commune qu’est la terre (Eccli., XL, 1). Ainsi l’amour des plaisirs des sens qui nous attache au corps qui, par sa mortalité, est devenu le joug le plus accablant que l’âme puisse porter et la cause la plus manifeste de sa servitude et de ses faiblesses […] N’aimez pas le monde ni tout ce qui est dans le monde, parce que ce qu’il y a dans le monde est concupiscence de la chair […] Que de peine n’a pas la faiblesse humaine à se tenir dans les bornes de la liaison conjugale exprimées dans le contrat même du mariage […] Celui qui regarde une femme pour la convoiter s’est déjà souillé avec elle dans son cœur (pp.16,23,24,27) ». D’où ses conseils derniers à la jeunesse : « ces jeux, enfants innocents, viennent d’un fond qui ne l’est pas. Les filles n’apprennent que trop tôt qu’il faut avoir des galants ; les garçons ne sont que trop prêts à en faire le personnage. Le vice naît sans qu’on y pense, et on ne sait quand il commence à germer. Enfin, je reviens à vous, jeunes gens. Il est vrai, vous êtes encore dans la force, fortes estis : mais votre force n’est que faiblesse, si elle ne se fait paraître que par l’ardeur et la violence de vos passions (p.140) »…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°14 : 01.I.05

* * *

[13]   Nos SPECIALITES > AMOUR & EROS > Société   
 
  VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir  Philosophie 
10 : 01.IV.05
VALLA Lorenzo :
Sur le Plaisir
1 0
3 4
 

Publié en 1431, De Voluptate est un étonnant réquisitoire envers la liberté de chacun, sans entraves sociales, religieuses ou philosophiques. C'est cette acception large du plaisir que développa cet observateur, authentique et perspicace, qui ne transigea pas avec la vie… »»»

 
  HAVARD-dit-DUCLOS Damien - Les Kogyaru : phénomène de société  Société 
5 : 01.VIII.04
HAVARD-dit-DUCLOS Damien :
Les Kogyaru : phénomène de société
 

Fin années 1990, fleurit à Tôkyô toute une communauté d'adolescentes branchées : les kôgyaru. Reconnaissables à leur tenue, elles se retrouvent en bandes dans les quartiers branchés de Shibuya ou Shinjuku. »»»

 
 
BEJI Hélé - Une Force qui demeure MUCHEMBLED Robert - L'Orgasme et l'Occident LE BLOND Albert – LUCAS Arthur - Du Tatouage chez les Prostituées DIBIE Pascal - Ethnologie de la Chambre à Coucher BOUËT Thierry - Chasse à l'Homme MINDLIN Betty - Fricassée de Maris
 
 
[13]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Religion   
 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
  JUNG Carl Gustav - Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or  Jung Œuvres 
46 : 24.IV.12
JUNG Carl Gustav :
Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or
1 2
3 0
 

Véritable catalyseur dans la recherche et la pensée de Jung, ce texte alchimique chinois lui révéla l’universalité du mandala latto sensu. Son commentaire fourmille de remarques intéressantes, dans un ensemble au ton personnel assez inhabituel dans son œuvre. Fiche de lecture. »»»

 
 
DADOUN Roger – SINISTRARI Lucio Maria - Utopies Sodomitiques – De Sodomia ABADIE Philippe - Des héros peu ordinaires MAXENCE Jean-Luc - Jung est l’avenir de la Franc-maçonnerie NAEF Silvia - Y a-t-il une « question de l’image » en Islam ? VICTOR Barbara - La Dernière Croisade NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix
 
 
[36]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Philosophie   
 
  COLARDEAU Théodore - Etude sur Epictète  Philosophie 
29 : 30.VIII.06
COLARDEAU Théodore :
Etude sur Epictète
2 0
3 4
 

Cent ans après sa parution, cette réédition revue et corrigée n’a rien perdu de sa qualité ni en éclairages sur Epictète. La préface souligne l’apport intellectuel et la singularité de l’auteur, et incite d’autant mieux à la lecture de cet ouvrage que sa superbe facture invite à l’étude… »»»

 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
 
anonyme - Le Tableau de Cébès FRIDERICUS N. - Nietzsche le Romain HELVETIUS Claude-André - Le Bonheur URSIN Jean - René Guénon DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji MONTESSUIT Nicolas - Calvin & Hobbes : Le Papillon
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles - Paris, 1860LUCKNER Felix de - Le Dernier Corsaire (1914-1918)
 
SOCIETE :
nos préférés
 
VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
 
SOCIETE :
dernières entrées
 
LE BLOND Albert – LUCAS Arthur - Du Tatouage chez les ProstituéesDADOUN Roger – SINISTRARI Lucio Maria - Utopies Sodomitiques – De Sodomia
MARZANO Michela - Malaise dans la SexualitéBEJI Hélé - Une Force qui demeure
BILÉ Serge - La Légende du Sexe surdimensionné des NoirsDIBIE Pascal - Ethnologie de la Chambre à Coucher
JOUBERT Lucie - L'Humour du Sexe, le Rire des FillesMUCHEMBLED Robert - L'Orgasme et l'Occident
 
RELIGION :
dernières entrées
 
GUILLEBON Jacques, de – VAN GAVER Falk - L’Anarchisme chrétienJUNG Carl Gustav - Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or
MAXENCE Jean-Luc - Jung est l’avenir de la Franc-maçonnerieABADIE Philippe - Des héros peu ordinaires
DADOUN Roger – SINISTRARI Lucio Maria - Utopies Sodomitiques – De SodomiaCONCHE Marcel - Nietzsche et le Bouddhisme
MENARD Guy - Petit Traité de la vraie ReligionNHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
STROH Olivier - La Religion des FéesURSIN Jean - René Guénon
SAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en sériesALGALARRONDO Hervé - Les Derniers Jours de Roland B.
HERVIEU Paul - Diogène le chienGARELLI Jacques - De la Création poétique
CONCHE Marcel - Nietzsche et le BouddhismeHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)