N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
BRAZ Adelino - L'Universel et le Singulier dans la SaudadeBRAZ Adelino
L'Universel et le Singulier dans la Saudade
Une philosophie de l'interculturel
 
[1] Librairie Lusophone
 
99 pages - 13,50 €
ISBN 10: 2-908588-22-6
3
1 0
2 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Saudade, proche de nostalgie, est un mot portugais réputé intraduisible. Philosophe et spécialiste de Kant, Braz étudie cette caractéristique de la culture portugaise et s'interroge : comme fait linguistique et culturel, la saudade est-elle la manifestation d'une expérience universelle ?


Lire aussi : Mythologie de la Saudade

L'auteur commence par quelques points d'étymologie : saudade proviendrait d'un mot latin signifiant solitude, mais est-ce solitudinem ( exil de soi ) ou solitatem ( solitude physique ) ? Comment expliquer alors le passage dans le début du mot de soli- à sau- ? Sur ce point, il conjecture sur deux autres mot latins, salutem ( salutation ) et salutatem ( salvation ), avec élision ultérieure du l. Par ailleurs, l'arabe saudana ( ce qui rend triste ) et le berbère Ceudda ( ancien nom d'une forteresse d'Afrique du Nord, aujourd'hui Ceuta ) ne seraient pas à écarter ( pour notre part, la grande proximité de sens et de prononciation du mot saudana, et ce en conjoncture de la longue occupation mauresque en Ibérie, indiquerait une origine clairement arabe du mot saudade ).

Autre point essentiel, mais culturel plus que linguistique, est le sentiment commun aux peuples celtiques dans la contemplation de l'Océan, évocateur d'exils lointains et de nostalgie du retour… Ainsi, le rapport du sujet au déroulement du temps est crucial, un sentiment pouvant conserver des sentiments passés, ce qui est passager peut se penser comme éternel, et cette tension entre contraires est un mal qu'on aime ou un bien dont on souffre. Mais peut-on lui donner un sens au-delà de sa culture d'origine ?

Pour délimiter le champ sémantique du terme, comparons-le à des termes connexes : la mélancolie n'est pas la saudade car il lui manque le désir ; la nostalgie non plus car elle cesse avec le retour au pays. L'angoisse est opaque contrairement à la saudade, et l'ennui est morne. Le catalan añoranza est trop proche du désespoir ( añorar en espagnol a le sens de s'ennyer de quelqu'un ) et le galicien morriña évoque trop l'enfouissement sous terre. L'allemand Sehnsucht a trop de transcendance, l'anglais spleen a trop de dégoût de soi, et le roumain doru n'a pas la même ampleur ontologique. Aussi choisir un de ces mots, ou recourir à une périphrase telle désir mêlé de regret, c'est faire le deuil de l'original et accepter une perte de sens.

Mais peut-on penser la traduction pour qu'elle sache rendre la saudade en tant qu'expérience ? Peut-on penser la traduction pour corriger ses tendances déformantes ? De telles tendances peuvent provenir d'un souci de clarification, et refléter un phénomène d'allongement qui n'enrichit pas, ou d'appauvrissement qui n'allège pas. Pour leur échapper, le traducteur doit affronter la réalité ethnologique de la saudade, qui entremêle le lyrisme du rêveur, l'obstination de l'homme d'action et un fatalisme incurable : le Portugal se ressent comme sa propre terre d'exil, les marins chantent lorsqu'ils sont tristes…

Or la réalité ethnologique se renforce d'une vision historique : le saudosismo, fondé par Teixeira de Pascoaes fin XIXe siècle, fut un mouvement littéraire qui signa une renaissance portugaise en disant que « l'homme est de pierre et de brume ( pedra e nevoeiro ) », que si nous étions parfaits, nous serions morts tel l'étrange héros Marânus, que la divinité abandonna au jour de son trépas. La singularité du sujet portugais n'est donc pas une lacune, mais un mode d'affirmation de soi.

Ce sentiment peut-il engendrer une ouverture sur le reste du monde ? La saudade peut-elle s'ancrer dans l'universel ? Pour avancer dans l'examen de ces questions, il convient de quitter le Portugal et d'observer les expressions de la saudade dans d'autres aires lusophones. Au Brésil, la saudade est le vécu d'un temps parallèle, interne au sujet. Par elle, le corps devient sans organes, comme une foule tumultueuse, un lieu de ruptures. C'est le cadre d'un espace relationnel tragique, construit autour d'un double manque, celui de l'autre et celui du soi. Au Cap Vert, elle exprime la tension entre vouloir partir et devoir rester, mais aussi entre devoir partir et vouloir rester. L'amour est amertume comme dit Jacinto Estrela : « S'il ne pleut pas, on meurt de soif. S'il pleut, on meurt noyé ( Si ca tem tchube, morrê di sede. Si tchuba bem, morrê fogado) ».

Chaque culture s'est ainsi approprié le concept. Qu'y a-t-il d'universel dans ces multiples singularités ? Sont-ce des fragments d'un signe plus grand ? Fernando Pessoa fut un grand explorateur de cette fragmentation signifiante : pour en rendre compte, il créa un remarquable outil littéraire, l'hétéronymie, qui abolit l'unité apparente de l'âme pour ouvrir à la multiplicité des sensations et qu'il ne faut pas confondre avec la pseudonymie ( l'auteur ne change pas de nom, il devient autre, il devient plusieurs ). Chaque hétéronyme manifeste sa propre saudade : Ricardo Reis éprouve celle de l'instant devenu durée, Alvaro de Campos est métaphysique et vise le monde des possibles, pour Bernardo Soares c'est la refiguration du monde. Patrick Quillier, traducteur de Pessoa, s'efforce de rendre chacune de ces saudades dans le ton qui lui convient, tout en préservant leur enracinement dans un dire commun.

C'est cet élément commun, capable de résonner dans chaque être, qui permet d'ouvrir l'espace de la langue vers laquelle on traduit, et de lui faire accueillir ce qu'elle n'a pas l'habitude de dire elle-même, mais dont elle reconnaît la parole, comme complémentaire de la sienne. Le traité d'Adelino Braz n'est donc pas seulement une méditation sur la saudade, mais aussi sur la traduction. Composé dans une langue érudite, mais lumineuse et enthousiaste, et enrichi d'une sérieuse bibliographie, cet ouvrage contribue intelligemment à une culture de l'enrichissement mutuel des civilisations.

Jean-Baptiste BERTHELIN

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°1 : 01.VI.04

* * *

[13]   LIVRES > CULTURE > Langue   
 
  TEYSSIER Paul - Comprendre les Langues Romanes  Langues 
7 : 01.XI.05
TEYSSIER Paul :
Comprendre les Langues Romanes
2 0
3 0
 

Ouvrage collectif de romanistes : méthode d'intercompréhension français - espagnol - italien - portugais - roumain à partir de leurs innombrables similitudes, permettant de simples conjectures et encourageant une attitude d'ouverture mutuelle des locuteurs de langues romanes. »»»

 
  MONTREYNAUD Florence - Appeler une chatte...  Langue 
4 : 16.VII.04
MONTREYNAUD Florence :
Appeler une chatte...
1 0
2 0
 

Un livre sémillant sur l'histoire et les étymologies du vocabulaire sexuel, une étude comparative à travers diverses langues, cultures et époques, dont on ne peut sortir qu'enrichi et requinqué après les maints rappels sociologiques, psychologiques et physiologiques… A lire ! »»»

 
 
RICHELET Pierre - FURETIÈRE Antoine - LITTRÉ Emile - Petite Archéologie des Dictionnaires QUESEMAND Anne - Elles sont tropes ! SAINEAN Lazare - L’Argot des Tranchées JOUBERT Lucie - L'Humour du Sexe, le Rire des Filles NISARD Charles - Quelques Parisianismes populaires LOURENÇO Eduardo - Mythologie de la Saudade
 
 
[18]   MONDE SYNOPTIQUE > AMERIQUE LATINE > Culture   
 
  RAWCAT Thomas - Planète Football : l'Emprise Européenne (I)  Sports 
28 : 10.VII.06
RAWCAT Thomas :
Planète Football : l'Emprise Européenne (I)
 

Quatre équipes en Finale 2006 : l’Europe ‘rattrape’ l’Amérique Latine, neuf victoires de part et d’autre. Mais en dépit de l’adjectif et de son 18e millésime, la Coupe du Monde de football n’a rien de mondiale : c’est une affaire surtout européenne. Explications. »»»

 
  CESSE Philippe - Statues Héroïques I : Antiquité & Occident  Méso-amérique 
37 : 31.X.08
CESSE Philippe :
Statues Héroïques I : Antiquité & Occident
 

Depuis l’Antiquité, dieux et héros répondent à l’archétype du géant : Titans, Colosse de Rhodes, Zeus chrysélephantin, Statue de la Liberté, etc. L’Occident chrétien a donc naturellement évolué vers d’immenses statues à l’image du Christ, de la Vierge et de héros nationaux. »»»

 
 
RAWCAT Thomas - Planète Football : l'Emprise Européenne (II) LOURENÇO Eduardo - Mythologie de la Saudade BANDERAS Antonio - Chanson du Mariachi RAWCAT Thomas - Planète Football : l'Emprise Européene (III) SKARMETA Antonio - Neruda par Skarmeta VENEGAS Julieta - Pa’ bailar – Siempre quiero mas
 
 
[3]   Nos SPECIALITES > ANTHROPO - ETHNO - SOCIO > Anthropologie   
 
  NAEF Silvia - Y a-t-il une « question de l’image » en Islam ?  Islam 
11 : 01.XI.04
NAEF Silvia :
Y a-t-il une « question de l’image » en Islam ?
2 0
2 2
 

Etude passionnante sur le problème de l’iconographie en Islam. Après une discussion sur le Coran et la tradition prophétique ( hadith ), l’auteur passe en revue les différentes époques, depuis l’Hégire à nos jours, pour conclure que le problème est sans doute occidental »»»

 
  LOURENÇO Eduardo - Mythologie de la Saudade  Culture 
18 : 04.I.07
LOURENÇO Eduardo :
Mythologie de la Saudade
2 0
1 0
 

La saudade, sentiment intraduisible et si proprement portugais, est une sorte de mélancolie doublée d’un inconfort face à la réalité, vue depuis longtemps comme fort indépendante des aspects contingents de notre existence. Présentation d’une mythologie du monde lusophone. »»»

 
 
VICTOR Barbara - La Dernière Croisade
 
 
[2]

  AMERIQUES > Brésil > Société

   
 
  LOURENÇO Eduardo - Mythologie de la Saudade  Culture 
18 : 04.I.07
LOURENÇO Eduardo :
Mythologie de la Saudade
2 0
1 0
 

La saudade, sentiment intraduisible et si proprement portugais, est une sorte de mélancolie doublée d’un inconfort face à la réalité, vue depuis longtemps comme fort indépendante des aspects contingents de notre existence. Présentation d’une mythologie du monde lusophone. »»»

 
  RAWCAT Thomas - Planète Football : l'Emprise Européenne (II)  Sports 
28 : 10.VII.06
RAWCAT Thomas :
Planète Football : l'Emprise Européenne (II)
 

Quatre équipes en Finale 2006 : l’Europe ‘rattrape’ l’Amérique Latine, neuf victoires de part et d’autre. Mais en dépit de l’adjectif et de son 18e millésime, la Coupe du Monde de football n’a rien de mondiale : c’est une affaire surtout européenne. Explications. »»»

 
 
 

     
LANGUE :
nos préférés
 
TEYSSIER Paul - Comprendre les Langues Romanes
 
LANGUE :
dernières entrées
 
SAINEAN Lazare - L’Argot des TranchéesLOURENÇO Eduardo - Mythologie de la Saudade
YAGUELLO Marina - Les Langues imaginairesRAIMBAULT Jean-Claude - D'un Dico l'Autre
QUESEMAND Anne - Elles sont tropes !TEYSSIER Paul - Comprendre les Langues Romanes
JOUBERT Lucie - L'Humour du Sexe, le Rire des FillesMAHIEU Stéphane - Le Phalanstère des Langages Excentriques
 
CULTURE :
dernières entrées
 
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Le Centre Culturel BorgesVENEGAS Julieta - Pa’ bailar – Siempre quiero mas
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Los Redonditos de Ricota : Vainqueurs VaincusBANDERAS Antonio - Chanson du Mariachi
FACUNDO Cabral - Je ne suis d’iciLUNA Barbara - India Morena
PARRA Violeta - Gracias a la VidaGIECO Leon - Sólo le pido a Dios
 
ANTHROPOLOGIE :
dernières entrées
 
LOURENÇO Eduardo - Mythologie de la SaudadeVICTOR Barbara - La Dernière Croisade
NAEF Silvia - Y a-t-il une « question de l’image » en Islam ?
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)