N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
CASTELLANOS MOYA Horacio - Le DégoûtCASTELLANOS MOYA Horacio
Le Dégoût
Thomas Bernhard à San Salvador
Titre original : El Asco, Thomas Bernhard en San Salvador
[14] Allusifs (Les)
 
98 pages - 14 €
ISBN 10: 2-922868-12-5
3
2 0
0 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Un exilé au Canada, revenant au Salvador, livre un monologue pétulant d'une noirceur emplie de haine envers son ancien pays, ses compatriotes, sa famille et ses habitudes, sans jamais donner les raisons de tant de hargne. Une déblatération violente et apparemment gratuite.

Edgardo de Vega rentre au Salvador pour les funérailles de sa mère, qu'il n'avait revue depuis son départ au Canada dix-huit ans plus tôt. Il en profite pour retrouver l'auteur de ce court roman et un ancien ami, pour un long monologue de 98 pages, sans chapitres ni paragraphes, sans respiration…

Haine en Fusion

Edgardo vomit pêle-mêle son hostilité envers son pays et sa politique, avec le ressentiment envers l'éducation qu'il a reçue et la répugnance envers ceux qui la lui ont donnée. Il crache son aversion pour ses proches, ses voisins et la famille de son frère. On le voit vitupérer contre les produits locaux et ses compatriotes, dans une logorrhée de variations sur un même thème, des répétitions de phrases entières ne variant que par un mot, remplacé par un autre de sens encore plus fort.

Exemple avec un sujet pourtant léger, mais traité avec la même importance que les abus politiciens : « la musique folklorique latino-américaine me paraît spécialement exécrable, Moya, j'ai toujours exécré avec une répugnance particulière la musique folklorique latino-américaine, il n'y a rien de plus exécrable que cette musique larmoyante en provenance des Andes et interprétée par des individus recouverts de ponchos andins, des individus qui se considèrent comme des chantres des justes causes du seul fait qu'ils interprètent cette musique larmoyante déguisés de leurs ponchos andins, en réalité des plaisantins qui se déguisent en Latino-Américains pour embobiner des imbéciles qui se sentent partie prenante des causes justes du seul fait qu'ils écoutent cette musique larmoyante (p.63) »…

Edgardo est ainsi un bloc d'exécration, brute de décoffrage, contre tout ce qu'il trouve au Salvador. Rien ne peut le raisonner : ni la vie difficile sous la récente démocratie, ni l'économie très dépendante des Etats-Unis pour l'embauche des expatriés, ni la tentative malheureuse de son frère pour lui faciliter son séjour. A aucun moment, il ne parlera de ce qu'il aime, ce qu'il a préféré ailleurs et pourquoi il a choisi de s'exiler, si ce n'est pour fuir. Finalement, outre récupérer sa part de la vente de la maison familiale, la seule chose qui lui importe est son passeport canadien. Et lorsqu'il croit l'avoir perdu, il devient encore plus instable et agressif, ne retrouvant son calme qu'en récupérant le précieux sésame.

On découvre ainsi que sa nouvelle identité est l'homonyme d'un auteur autrichien, Thomas Bernhard, dont « le désespoir, l'autodestruction et la haine du monde forment la trame jubilatoire de son œuvre poétique, romanesque et théâtrale ( in Le Petit Larousse) ». On comprend le clin d'œil, mais pourquoi tant dénigrer son pays d'origine de cette manière ? Pourquoi ne pas avoir plutôt orchestré une véritable enquête journalistique avec chiffres à l'appui ? Le résultat aurait certainement été plus probant et n'aurait pas incommodé autant le lecteur…

Norah GUENEAU

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°1 : 01.XI.05

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
KHADRA Yasmina - L'Attentat STEINHAUER Olen - 36, Boulevard Yalta CHI Li - Un Homme bien sous tous rapports KOONTZ Dean - Au Clair de Lune FRANC Thibault - Brico-relais SAND George - Gabriel
 
 
[1]

  LITTERATURES / pays > HISPANO-LUSOPHONE > Salvador

   
 
  CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme  Roman 
19 : 01.XI.05
CASTELLANOS MOYA Horacio :
L'Homme en Arme
1 0
0 1
 

Conversion difficile pour ce guerrier après huit ans de loyaux services : il ne sait rien faire d’autre. Récit violent et sans pitié de ce tueur froid et efficace, avec absence d’états d’âme et instinct de survie surdéveloppé : les armes ne sont plus qu’extensions de son corps. »»»

 
 
 
[46]   MONDE SYNOPTIQUE > AMERIQUE LATINE > Littératures AL   
 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
  STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers  Roman 
1 : 01.VI.04
STUDART Heloneida :
Les Huit Cahiers
1 0
1 1
 

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain… »»»

 
 
CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme RIVERA LETELIER Hernán - Le Virtuose MONTERROSO Augusto - Mouvement Perpétuel DE SANTIS Pablo - Le Calligraphe de Voltaire BRYCE-ECHENIQUE Alfredo - Le Verger de mon Aimée MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob
 
 
[1]

  AMERIQUES > Salvador > Littérature

   
 
  CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme  Roman 
19 : 01.XI.05
CASTELLANOS MOYA Horacio :
L'Homme en Arme
1 0
0 1
 

Conversion difficile pour ce guerrier après huit ans de loyaux services : il ne sait rien faire d’autre. Récit violent et sans pitié de ce tueur froid et efficace, avec absence d’états d’âme et instinct de survie surdéveloppé : les armes ne sont plus qu’extensions de son corps. »»»

 
 
 
[56]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Roman   
 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
MEZARIGUE Laure - L’Agrément ANDAHAZI Federico - Le Secret des Flamands GARCIA-MARQUEZ Gabriel - Mémoire de mes Putains Tristes MONTERROSO Augusto - Le Mot Magique GRONDAHL Jens Christian - Virginia RIVERA LETELIER Hernán - Mirage d’Amour avec Fanfare
 
 

     
Du même auteur
CASTELLANOS MOYA Horacio
 
CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers
 
ROMAN :
nos préférés
 
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceYOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours Lointains
LAXNESS Halldor Kiljan - La Saga des Fiers-à-BrasNESBO Jo - Rue Sans-Souci
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourLITTELL Robert - La Compagnie
EMECHETA Buchi - La Cité de la DècheHOBAEK HAFF Bergljot - Le Prix de la Pureté
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
LITTERATURES AL :
dernières entrées
 
MIZON Luis - Poèmes d’eau et de lumièreBRYCE-ECHENIQUE Alfredo - Le Verger de mon Aimée
VASQUEZ Juan Gabriel - Les DénonciateursMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves
REZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rougeRIVERA LETELIER Hernán - Le Virtuose
RAMOS Pablo - L’Origine de la TristesseSTUDART Heloneida - Le Bourreau
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)