N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
LAURENT Eric - La Face cachée du PétroleLAURENT Eric
La Face cachée du Pétrole
L’Enquête
 
[8] Plon
 
411 pages - 19,50 €
ISBN 10: 2-259-20323-X
3
1 0
2 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Enquête saisissante, documentée mais un peu journalistique, sur l’histoire des enjeux pétroliers : épuisement de cette grande ressource stratégique, conspiration du silence. L’arme pétrolière aurait de plus servi à freiner l’URSS autant qu’à motiver la réélection de George Bush…

Le titre annonce une histoire cachée du pétrole, centrée essentiellement sur le XXe siècle. Parmi les points évoqués, et d’intérêt majeur aujourd’hui : l’épuisement du pétrole que chercheraient à masquer les compagnies pétrolières, ainsi que les diverses réponses de l’Occident pour maintenir l’exploitation et l’acheminement du pétrole en sa faveur. Outre ces points qui seront développés plus bas, quelques pages sont également consacrées à l’intérêt de l’Allemagne nazie pour le pétrole du Caucase : faute de gisements suffisants pour assurer le développement de son économie, l’Allemagne d’alors avait eu recours à l’essence synthétique, tout un programme industriel. Quantités de détails cruciaux parsèment les chapitres, tel celui-ci : « 90% de la production saoudienne proviennent de six gisements géants concentrés dans une zone minuscule du royaume (p.167) », ce qui a d’importantes incidences des points de vue industriel et géostratégique.

Il convient à ce stade de préciser une réserve importante, de fait un défaut caractéristique du journalisme à la française, qui déroge aux principes élémentaires de l’investigation sérieuse, à défaut d’être universitaire. En effet, bien que documentée, l’analyse s’apparente parfois à un catalogue de faits et de chiffres sans références précises : dans le meilleur cas, l’auteur et le titre de l’étude citée sont donnés, mais sans indication de page. Impossible donc pour le lecteur de vérifier et de recouper les informations. De même, la bibliographie en fin d’ouvrage n’est qu’indicative, en ce qu’elle est rarement liée directement à un élément du texte. Néanmoins, les arguments développés dans cette enquête semblent vraisemblables, et même édifiants pour qui n’est pas déjà familiarisé avec l’histoire des enjeux pétroliers.

L’Epuisement du Pétrole planétaire

Peut-être la première sonnette d’alarme que souhaitait tirer l’auteur était d’informer l’opinion que les réserves mondiales étaient bien moindres qu’on ne le dit. Le livre cite un spécialiste à cet effet : « toutes les grandes découvertes ont été réalisées dans les années 1960. La planète a été fouillée de fond en comble. Les connaissances géologiques sont telles qu’il est quasiment exclu de pouvoir découvrir de nouveaux gisements importants. Le ‘pic’ des découvertes pétrolières se situe en 1965 avec 66 milliards de barils découverts, contre 4 milliards de barils aujourd’hui. En 2000, treize gisements contenant plus de 500 millions de barils/jour ( soit l’équivalent aujourd’hui d’une semaine de consommation mondiale ) ont été découverts, contre six en 2001, deux en 2002 et, pour la première fois, aucun en 2003, en dépit de l’augmentation du rythme des recherches et de la remarquable sophistication des technologies utilisées pour la prospective et les forages (p.243) ». Et pour être plus précis, la consommation quotidienne mondiale étant de « 84 millions de barils, 365 jours par an représentent annuellement 30 milliards de barils qui sont épuisés. L’ensemble de l’industrie pétrolière mondiale n’est même pas en mesure d’atteindre un niveau de remplacement proche de ces 30 milliards (p.248) »…

Voilà qui contredirait les réserves officielles affichées autant par les pays producteurs que par les compagnies exploitantes. Eric Laurent s’en explique ainsi : « en examinant attentivement les chiffres publiés officiellement sur les réserves prouvées, je fais une première découverte : les réserves totales des pays de l’OPEP ont connu une croissance vertigineuse de plus de 65%, passant de 467,3 milliards de barils en 1982 à 771,9 milliards de barils en 1991. Sans qu’aucune découverte d’importance ne justifie cette hausse de plus de 300 milliards de barils. Cette augmentation coïncide avec un nouveau système de quotas mis en application en 1986 par l’OPEP. Grâce à ce nouveau système d’évaluation, les réserves prouvées de l’Arabie Saoudite passent de 169 à 260 milliards de barils, tandis que celles du Koweït augmentent de près de 50%. Pour l’Emirat d’Abu Dhabi, les 30 milliards de barils déclarés en 1985 se transforment en 92 milliards en 1988 ; quant à l’Irak, les 49 milliards de barils en 1985 deviennent 100 milliards en 1988. Par un simple jeu d’écriture, un artifice comptable sans rapport avec la réalité, les pays de l’OPEP trouvent ainsi le moyen d’augmenter leurs revenus en exportant plus (p.238) ».

Une manière pour les compagnies multinationales de pallier cette raréfaction est de fusionner entre elles, et ainsi augmenter sur le papier leur poids relatif, tout en maintenant « une véritable conspiration du silence et du mensonge. Les producteurs exagèrent le niveau de leurs réserves, accroissant ainsi leur influence et leur poids financiers ; les compagnies pétrolières, en faisant de même, envoient un message rassurant à leurs investisseurs quant à leur profitabilité (p.237) ». Le passage suivant méritait d’être cité in extenso : « depuis 1998, les grands groupes s’efforcent de masquer leurs faiblesses en fusionnant pour augmenter leur taille. En août 1998, BP a déclenché ces grandes manœuvres en rachetant Amoco, une des principales compagnies américaines possédant de larges actifs en gaz naturel et en pétrole sur le territoire américain. De 1998 à 2005, BP a réalisé des fusions-acquisitions d’un montant de 125 milliards de dollars, dont 1 milliard fut consacré, en 2000, à l’acquisition d’une participation de 50% dans le nouveau groupe russe TNK/BP. En novembre 1998, deux autres fusions géantes survinrent : Exxon prit le contrôle de Mobil et Total racheta Petrofina. En octobre 2000, Chevron prit le contrôle de Texaco. Les ‘sept sœurs’, qui avaient si longtemps dominé le paysage pétrolier, étaient réduites à cinq, mais restaient entre elles. Cette stratégie, sur le court terme, n’offre que des avantages. Les fusions provoquent une véritable flambée du cours des actions. Confrontés aux déceptions rencontrées devant l’absence de nouvelles découvertes importantes, ces groupes trouvent là un moyen ingénieux et spéculatif d’accroître leurs profits.

Il s’agit en réalité d’une fuite en avant désespérée pour tenter de masquer la réalité sur le front pétrolier : entre 1966 et 1999, les 145 compagnies d’énergie existant à travers le monde, de toute taille et de tout poids financier, ont dû dépenser la somme gigantesque de 410 milliards de dollars simplement pour maintenir l’ensemble de leur production à niveau, c’est-à-dire à 30 millions de barils/jour. Les ‘cinq sœurs’ ont englouti à elles seules 150 milliards de dollars entre 1999 et 2002 pour accroître modestement leur niveau de production de 16 millions à 16,6 millions de barils/jour. En 2003, malgré un investissement de 40 milliards de dollars, ces compagnies ont perdu chaque jour 67 000 barils. Selon la société de consultants énergétiques Wood MacKenzie, réputée pour les renseignements confidentiels qu’elle détient, en 2003 les dix premiers groupes pétroliers ont engagé 8 milliards de dollars simplement en recherches, pour des découvertes dont le montant commercial s’est révélé inférieur à 4 milliards de dollars (pp.249-250) »

Quand l’Occident exploite le Moyen-Orient

Ces dérapages contemporains traînent derrière eux une histoire tout aussi peu glorieuse. L’auteur, sans préciser cependant s’il s’agit de dollars courants ou historiques, entend montrer que depuis 1900 le cours du baril a oscillé autour de 1,50 dollar, sans jamais trop s’en écarter : « le résultat découvert dépasse l’entendement. En 1900, le baril vaut 1,20 dollar ; trente ans après, lors du krach de Wall Street et l’effondrement des économies occidentales, il se situe à 1,19 dollar par baril après avoir baissé de 0,15 cents. Lors du New Deal, la politique de relance économique lancée par le président Roosevelt au milieu des années 1930, il est à 1,10 dollar. Entrée en guerre des Etats-Unis, en 1941, après Pearl Harbor : 1,14 dollar. Victoire alliée, instauration d’un nouveau système monétaire reposant sur le dollar, lancement du plan Marshall, création des Nations unies : 1,20 dollar. Déclenchement de la guerre froide, blocus de Berlin, Europe coupée en deux à la veille de 1950 : 1,70 dollar. 1960, création de l’OPEP à Bagdad : 1,80 dollar. Au fond, les compagnies pétrolières, en échange de toute liberté d’action, mettent cette ressource au service du développement occidental. Tout – ses usines, ses villes, ses transports, ses laboratoires, bref sa prospérité – en découle et en dépend. Sans que personne ne songe un instant à rémunérer à un plus juste prix cette matière première. L’Occident semble croire qu’il bénéficie d’une loi de la nature spécialement édictée pour lui (p.97) ».

Rien que le cas de l’Iran semble lui donner entièrement raison : « l’Iran estime les bénéfices bruts de son exploitation pétrolière, de 1944 à 1953, à 5 milliards de dollars, dont 500 millions sont allés à l’Amirauté britannique sous forme de mazout à bas prix, 350 millions ont été perçus par les actionnaires, 1,5 milliard par le Trésor britannique et 2,7 milliards par l’Anglo-Iranian ( le consortium comprenant BP ) pour amortissements et investissements nouveaux. Quant aux redevances perçues par l’Iran, elles se montent, avant 1920, à… zéro, de 1921 à 1930 à 60 millions de dollars et de 1931 à 1941 à 125 millions de dollars, réglés pour la plus grande partie sous forme de matériel militaire directement utilisé par les Anglais et les Soviétiques. En 1951, l’Iran touche 18 cents par baril de 42 gallons US contenant 3,785 litres par gallon. Les Iraniens se plaignent également que la totalité du gaz produit par leurs puits soit brûlée par l’Anglo-Iranian, alors que leur population pourrait l’utiliser (p.98) ».

Et lorsqu’il existait des redevances avant 1960, année de création de l’OPEP, elles étaient minimisées sans atermoiements. En effet, les compagnies pétrolières « contrôlent, à travers des filiales, les principaux gisements de la planète et ces filiales vendent le pétrole extrait à leurs maisons mères qui les répartissent sur les marchés mondiaux. Au début, ces filiales vendaient à bas prix le brut aux compagnies mères et les redevances accordées aux Etats producteurs étaient indexées sur ce prix artificiellement bas. Ensuite, les compagnies ont revendu le pétrole au cours mondial, indexé lui sur le prix du baril américain, nettement plus élevé, ce qui leur assurait des profits considérables et aux producteurs des revenus proportionnellement très faibles (p.107) »… Dans pareilles circonstances, on comprend mieux qu’une organisation pluri-gouvernementale ait pu être mise sur place ; en 1959, c’est même une mesure de trop de la part d’Exxon qui mit le feu aux poudres.

Pétrole et Politique : quand les USA ont du Pétrole et aussi des Idées

Les deux Guerres du Golfe, on le sait, sont essentiellement une application des appétits américains, avortés par la défaite de George Bush père aux élections présidentielles de 1992. Divers livres ont déjà révélé comment l’invasion avait été programmée entre-temps par le lobby pétrolier américain, qui a placé plusieurs de ses administrateurs au gouvernement de George W. Bush, Dick Cheney bien sûr, mais aussi Condoleezza Rice qui avait signé des contrats de prospections en Asie Centrale avant d’être nommée Secrétaire d’Etat.

Eric Laurent le précise ainsi : « le 29 janvier 2001, une semaine seulement après l’investiture du nouveau Président, Dick Cheney met en place une commission de développement de la politique énergétique nationale, le NEPD, dont les objectifs, les participants et les séances vont être entourés d’un secret et d’un mystère absolus, propices à toutes les hypothèses (p.219) ». Et il précise les montants versés à la campagne présidentielle : « j’ai sous les yeux la liste des trente-neuf principales sociétés liées au secteur de l’énergie qui, entre 1999 et 2002 – période charnière qui précéda et suivit l’élection présidentielle de 2000 –, ont versé 6,3 millions de dollars en dons politiques, dont 4,5 millions à destination du parti républicain, donc de l’administration Bush. Nombre de dirigeants de ces firmes siégeaient probablement dans la commission mise en place par Cheney (p.225) ».

Si le cabinet de George W. Bush est reconnu pour être le plus ‘pétrolifère’ de toutes les Administrations américaines à ce jour, la politique étrangère américaine est mâtinée d’intérêts pétroliers depuis la Seconde Guerre mondiale. Démonstration : « depuis le début des années 1950, Washington s’efforce de contrer Nasser et son nationalisme arabe en favorisant l’émergence de l’islam radical. En Egypte, les Frères musulmans sont appuyés et financés en sous-main par les Etats-Unis (p.166) ». Et dans le registre de l’arme de déstabilisation politico-économique, voici une autre raison au maintien d’un prix relativement bas du pétrole : « l’URSS finance son empire à travers les exportations pétrolières, et chaque fois que le prix du baril augmente de 1 dollar, cela augmente de 1 milliard de dollars les rentrées en devises fortes des Soviétiques. ‘Nous ne pouvons pas tolérer que cela arrive à nouveau’ (p.184) ». Excellent exemple de convergence entre intérêts économiques, politiques et stratégiques.

Un principal fournisseur mondial, l’Iran, a été le théâtre des convoitises anglo-saxonnes. Deux compagnies, l’anglo-hollandaise Royal Dutch Shell et surtout la très britannique Anglo-Iranian ( rebaptisée British Petroleum en 1954 ) jouirent d’un quasi duopole jusqu’en 1952, date à laquelle le premier ministre Mohamed Mossadegh réclama « la nationalisation des champs pétroliers de l’Anglo-Iranian (p.31) ». La réponse de l’Occident ne se fit pas attendre : « l’Iran est au bord de l’asphyxie, frappé de boycott, aucun pays n’acceptant d’acheter son pétrole. Pour le plus grand bénéfice des compagnies américaines, notamment l’Aramco dont la production passe en un an de 28 à 40 millions de tonnes (p.31) ». Et « la CIA s’active. L’homme qui coordonne l’opération s’appelle Kermit Roosevelt, petit-fils de l’ancien président Theodore Roosevelt et cousin de Franklin Roosevelt. Il a la haute main sur les activités secrètes de l’agence au Moyen-Orient et dans le Golfe. Il a déjà œuvré au renversement de Farouk en Egypte, un an plus tôt, en 1952. Le retour du Shah est honteux et sanglant. Mossadegh est emprisonné, plus de 5000 personnes sont assassinées ou fusillées […] Son retour sur le trône s’accompagne d’une nouvelle distribution des cartes en matière pétrolière. BP et Shell conservent une position majoritaire, contrôlant respectivement 40% et 14% des concessions iraniennes, mais appuyées par le gouvernement américain ; Exxon, Socony, Texaco, Gulf, Chevron reçoivent chacune 8%. Ce nouvel accord renforce la position des sociétés américaines dans le golfe Persique : elles assurent désormais 55% de la production, contre 14% en 1938 (p.32) »…

Le livre aborde aussi ‘les problèmes’ Irakien et Saoudien, avec pratiquement le même souci du détail. Peu est dit en revanche des appétits et stratégies chinoises en matière de pétrole. Mais cette précision concernant l’Asie éclaire sa relative absence des débats mondiaux : « l’existence de l’Agence internationale de l’énergie permet aux pays industrialisés de négocier avec l’OPEP et d’éviter une rivalité perverse entre pays consommateurs. En Asie, au contraire, le manque de coopération entre Etats affaiblit la capacité de la région à exercer une influence sur les prix du pétrole (pp.280-281) ». L’ouvrage poursuit sur le gaspillage énergétique que constituent les importations de légumes ( 66 calories de fuel aérien pour chaque calorie de carotte sud-africaine (p.386), le gouffre financier du récent pipe-line Bakou-Ceyhan ( Turquie ) suite à des joints défectueux sur toute sa longueur. Enfin, le livre termine sur un scénario catastrophe, conséquences du réchauffement planétaire et autres, qu’on aurait tort d’évacuer trop rapidement sans le lire avec attention…

Richard ACKERMANN

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°28 : 15.VIII.06

* * *

[6]   THEMATIQUES > CONFLITS & GUERRES > Guerres du Golfe   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  CLARK Wesley K. - L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain  Politique 
11 : 01.XI.04
CLARK Wesley K. :
L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain
2 0
1 0
 

Wesley Clark, commandant des troupes de l'OTAN au Kosovo en 1995, décrit en détail l'engagement américain en Irak, et analyse l'impact du 11 septembre 2001, l'action et les conséquences de la politique du gouvernement Bush, et discute sur de possibles mesures à l'avenir. »»»

 
 
WOODWARD Bob - Plan d'attaque CHALIAND Gérard - D'une Guerre d'Irak à l'Autre MICHEL Serge - WOODS Paolo - American Chaos	BLUM William - L’Etat voyou
 
 
[11]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Moyen-Orient   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  BASHIR Ala - Le Médecin de Saddam  Irak 
11 : 01.XI.04
BASHIR Ala :
Le Médecin de Saddam
3 0
2 0
 

Témoignage ‘de l’intérieur’ sur l’ancien homme fort de Bagdad, honni ou adulé selon les gens : son médecin personnel, peintre à ses heures, en livre un portrait conforme à l’image de ce triste personnage, mais avec un recul qui révèle et approfondit des facettes méconnues … »»»

 
 
WOODWARD Bob - Plan d'attaque BARON COHEN Sacha - Le Dictateur (2012) MICHEL Serge - WOODS Paolo - American Chaos	CLARK Wesley K. - L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain LUDOT Emmanuel - Saddam Hussein Présumé Coupable BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur Démasquée
 
 
[22]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Etats-Unis   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
 
WALLERSTEIN Immanuel - Sortir du monde états-unien VICTOR Barbara - La Dernière Croisade WOODWARD Bob - Plan d'attaque SUSKIND Ron - Le Roman Noir de la Maison Blanche MOORE Michael - Fahrenheit 9/11 SOROS George - Pour l'Amérique contre Bush
 
 
[6]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Europe   
 
  CESSE Philippe - NON ! au Référendum : le Frein de la France à l’Europe  France 
20 : 01.VI.05
CESSE Philippe :
NON ! au Référendum : le Frein de la France à l’Europe
 

« La France est de retour en Europe » annonça Nicolas Sarkozy le soir de son élection. Pourra-t-il renverser la vapeur et le scrutin des 29 mai et 1er juin 2005, quand la France et la Hollande votèrent massivement contre le Traité Constitutionnel ? Retour sur les faits à l’époque. »»»

 
  MARIANI Jessica - Une Guerre contre les Femmes ?  Société 
31 : 01.XI.06
MARIANI Jessica :
Une Guerre contre les Femmes ?
1 0
1 0
 

Un livre qui fourmille de chiffres et de données sur les souffrances endurées par les femmes et les enfants dans le monde. Exploitations, humiliations, prostitution, mutilations, enlèvements, déficit de naissances, autant de maux exercés par les plus forts sur les plus faibles. »»»

 
 
BRUCKNER Pascal - La Tyrannie de la Pénitence COHEN-TANUGI - Le Choc en Retour HERTER Patrick - Référendum sur le Traité Constitutionnel KUPCHAN Charles A. - Comment l'Europe va sauver l'Amérique
 
 
[51]   THEMATIQUES > HISTOIRE > XXe siècle   
 
  CESSE Philippe - Femmes Président et Premier Ministre  Rel. humaines 
33 : 18.V.07
CESSE Philippe :
Femmes Président et Premier Ministre
 

Seule une cinquantaine de femmes de par le monde ont été élues ou nommées Président ou Premier Ministre, avec légitimité électorale. La moitié le devraient à une caution patriarcale, inconsciente ou sociale, que ce soit par filiation, mariage, conflits armés ou formation scientifique. »»»

 
  PIERSON Frank - Conspiracy  Bio-Histoire 
9 : 01.X.04
PIERSON Frank :
Conspiracy
2 2
2 2
 

20 janvier 1942, les immenses contraintes économiques qu'imposent à l'Allemagne l'effort de guerre et la résistance alliée, amènent une quinzaine d'officiers nazis et de ministres civils, à se réunir près de Berlin pour sceller le sort des Juifs : la fameuse Conférence de Wannsee. »»»

 
 
RENOU-NATIVEL Corinne - Jean Daniel, 50 ans de journalisme CESSE Philippe - Statues Héroïques II : Sous-continent indien BRINCOURT André - Littératures d’Outre-Tombe ANDOLFATTO Dominique – LABBE Dominique - Histoire des Syndicats ( 1906 – 2006 ) GLASER Antoine - SMITH Stephen - Comment la France a perdu l'Afrique CESSE Philippe - Statues Héroïques III : Chine - Japon
 
 
[28]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Politique   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  LAPHAM Lewis - L'Amérique Bâillonnée  Politique 
11 : 01.XI.04
LAPHAM Lewis :
L'Amérique Bâillonnée
2 0
3 0
 

Les conservateurs ont fait main basse sur le pouvoir de la première puissance mondiale, pour servir leurs intérêts et s'enrichir. Un constat édifiant sur le manque de débat politique aux USA et la démission historique de la démocratie Américaine face à ses responsabilités. »»»

 
 
MOSSE Claude - Les Grecs Inventent la Politique MELENCHON Jean-Luc - Qu’ils s’en aillent tous ! KAGAN Robert - Le Revers de la Puissance BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur Démasquée FRACHON Alain - VERNET Daniel - L'Amérique Messianique MOORE Michael - Tous aux Abris !
 
 
[8]   MONDE SYNOPTIQUE > La Terre > Globalisation   
 
  STROH Olivier - Qui dirige le monde ?  Globalisation 
48 : 16.XI.12
STROH Olivier :
Qui dirige le monde ?
 

Obama réélu, il sera encore quatre ans le ‘maître du monde’, titre que confère sa fonction de Président des USA. Mais la prééminence des USA est-elle toujours aussi évidente ? Comment envisager les rapports de force au niveau mondial ? Panorama d’une question simple : qui dirige le monde ? »»»

 
  NAIM Moisés - Le Livre Noir de l’Economie mondiale  Etats-Unis 
33 : 16.V.07
NAIM Moisés :
Le Livre Noir de l’Economie mondiale
2 0
2 0
 

Tout se vend et s’achète : produits illicites, volés, détournés ; il ‘suffit’ d’en organiser la production, la copie, le détournement, les réseaux d’échange et de transport. Analyse claire et censée des trafics obscurs sur notre planète, avec maints exemples et chiffres à l’appui… »»»

 
 
HARDY Christine - La Prédiction de Jung : la Métamorphose de la Terre CARABAO ( Buffle ) - Made in Thailand (1984) CALLEMAN Carl Johan - A11 - Participez à la Convergence Cosmique VILLEMUS Philippe - Délocalisations DARNIL Sylvain - LE ROUX Matthieu - 80 Hommes pour changer le Monde GIECO Leon - Sólo le pido a Dios
 
 
[5]   MONDE SYNOPTIQUE > La Terre > Géologie   
 
  SOLEILHAVOUP François - Sahara  Voyages 
25 : 15.III.06
SOLEILHAVOUP François :
Sahara
1 2
2 2
 

Histoire d'une passion et bel éventail photographique avec explications synthétiques pour rendre hommage à l'insoupçonnée richesse du Sahara : dunes et massifs rocheux, mais aussi art pariétal et histoire, ethnographie et modes de vie, faune et flore, climat et hydrographie… »»»

 
  DUBOIS Claude - Gisements de Rêves  Rêves / Visions 
48 : 01.IX.12
DUBOIS Claude :
Gisements de Rêves
2 0
4 0
 

Archéologue et historien des mines, Claude Dubois est aussi analyste de rêves, ici basés sur les symboliques de la terre, des mines et des sources. Ses intéressantes explications archétypiques, mythologiques et historiques sont émaillées de confidences sur son propre parcours. »»»

 
 
CUTLER Alan - La Montagne et le Coquillage HIGUCHI Shinji - La Submersion du Japon (2006) BERG Jacques - Sténon ou la Divine Séduction
 
 
[3]   Nos SPECIALITES > INTELLIGENCE ARTIFICIELLE > Economie   
 
  CARABAO ( Buffle ) - Made in Thailand (1984)  Thaïlande 
39 : 01.X.09
CARABAO ( Buffle ) :
Made in Thailand (1984)
0 0
0 0
 

Made in Thailand, le plus grand tube du royaume ! A l’ère de la globalisation, il rit avec humour de l’idiosyncrasie nationale qui tend à bouder les biens produits sur place, servi par une savante et remarquable osmose entre rock et musique traditionnelle. »»»

 
  FROBERT Ludovic - Galbraith  Economie 
33 : 16.V.07
FROBERT Ludovic :
Galbraith
1 0
4 0
 

Revigorante présentation d’un enfant terrible : ami et conseiller de présidents Démocrates ( JFK, LJB ), cet économiste hétérodoxe refusa les carcans politiques et économiques, n’hésitant pas fustiger avec esprit les travers et étroitesses du productivisme consumériste. »»»

 
 
TABBY Mounya - LCL; Love Crédit Lyonnais ?
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
DELOISON Yvette - Préhistoire du piéton
 
GUERRES DU GOLFE :
nos préférés
 
LAURENT Eric - La Face cachée du PétroleRITTER Scott - Les Mensonges de George Bush
 
GUERRES DU GOLFE :
dernières entrées
 
RITTER Scott - Les Mensonges de George BushCLARK Wesley K. - L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain
MICHEL Serge - WOODS Paolo - American Chaos	WOODWARD Bob - Plan d'attaque
BLUM William - L’Etat voyouCHALIAND Gérard - D'une Guerre d'Irak à l'Autre
 
MOYEN-ORIENT :
dernières entrées
 
BARON COHEN Sacha - Le Dictateur (2012) - Notules sur le monde arabe
BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur DémasquéeRITTER Scott - Les Mensonges de George Bush
WOODWARD Bob - Plan d'attaqueLUDOT Emmanuel - Saddam Hussein Présumé Coupable
NAEF Silvia - Y a-t-il une « question de l’image » en Islam ?CLARK Wesley K. - L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain
 
ETATS-UNIS :
dernières entrées
 
STROH Olivier - Qui dirige le monde ?CESSE Philippe - Barack OBAMA, Chronique d’une Victoire annoncée
BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur DémasquéeNAIM Moisés - Le Livre Noir de l’Economie mondiale
FUKUYAMA Francis - D’où viennent les Néo-conservateurs ?NADOUCE Philippe - Saint Gates
KUPCHAN Charles A. - Comment l'Europe va sauver l'AmériqueRITTER Scott - Les Mensonges de George Bush
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)