N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
LEE Seung-U - La Vie rêvée des PlantesLEE Seung-U
La Vie rêvée des Plantes
Titre original : Sikmuldeuleu Sasaenghwal
[16] Zulma
 
300 pages - 18,50 €
ISBN 10: 2-84304-372-7
5
1 0
3 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Roman d’amour, et d’un double amour à trois voix : les parents comme leurs enfants ont chacun été engagé dans une relation triangulaire à sens unique. La plume est tendre, sensible et emplie de symboles archétypiques, au service d’une vraie œuvre littéraire.

D’entrée, on sent le roman bien écrit. L’intrigue est riche en sentiments et en symboles : c’est d’abord l’histoire de deux frères amoureux de la même jeune femme, Sunmi, mais seul l’aîné, Uhyon, photographe à ses heures, en est aimé de retour. Sunmi lui enregistre des chansons, non sans talent poétique :

Je t’ai donné mon cœur.
De toi, je n’ai pas reçu un regard
Alors que je suis là depuis si longtemps.
Combien de temps me faudra-t-il encore attendre ?
Avant qu’il ne disparaisse sans laisser de trace,
Prend mon cœur en photo, mon photographe (p.75)

Mais la jalousie du cadet, Kihyon, sera fatale à l’idylle de son frère, et sera de plus indirectement responsable de la perte de ses deux jambes. Toute la suite du roman narre la quête constante du cadet pour réparer le mal qu’il a causé, du moins une partie comme il n’en est que trop conscient. Parallèlement, les chapitres dévoilent les amours passées de leurs parents, que les enfants reproduisent à leur manière, sans le savoir, autour d’un certain arbre, symbole de l’union des amours que le sort a avortées… Voilà pour une présentation strictement sur le plan littéraire.

Pour le lecteur perspicace ou familier des interprétations symboliques, ce roman est une œuvre très personnelle qui se prête particulièrement bien à une interprétation jungienne. Dans cette perspective, si protagonistes et actions sont tous expressions de l’inconscient, encore l’écrivain doit-il avoir l’art du conteur, comme c’est le cas ici. Et l’auteur ne s’en est pas caché, comme lorsqu’il s’exprime par la voix du cadet : « j’ai eu tout d’un coup l’impression que ce n’était pas moi qui avais parlé. Que quelqu’un d’autre que moi avait parlé à ma place (p.288) », rappelant en cela l’énigmatique « Je est un Autre » de Rimbaud.

Un roman symbolique

En psychologie analytique, les archétypes sont des complexes symboliques communs à toute l’humanité, et donc responsables des personnages, faits et gestes de toutes les mythologies et religions mondiales, païennes ou monothéistes… Le roman en est imprégné puisque l’auteur a inclus chez Uhyon une certaine dose de mythologie occidentale : « dans la mythologie antique, les arbres sont des nymphes métamorphosées. Pour échapper au désir des dieux, les nymphes abandonnent leurs corps et se transforment en arbres. Les dieux sont puissants. Et cupides comme tous les puissants. Quand ils veulent quelque chose, ils l’obtiennent. Le seul moyen de leur échapper est de se métamorphoser. Les nymphes, pour se protéger, se changent donc en arbres. C’est pourquoi en tout arbre se dissimule une histoire d’amour brisé (p.244) ». Et l’aîné ne vit que dans l’image : « Uhyon est photographe. Il voit le monde à travers ses photos. Pour lui, la photographie n’est ni un passe-temps ni un art.Elle est document, elle est témoignage, elle révèle la vérité d’une époque (p.268) ».

A l’opposé, Kihyon, si rationnel et loin des sentiments, cause le malheur autour de lui et n’est pas aimé de Sunmi. La nature de la séduction est relativement bien cernée dans le roman, qui rappelle d’une part l’idée de Platon pour qui les hommes recherchent leur moitié depuis la scission des êtres primordiaux, et d’autre part cette citation d’Aristophane : « l’amour, c’est la recherche de sa moitié manquante (p.182) ». Dit autrement en langage analytique, la séduction est une projection inconsciente de l’anima chez l’homme ou de l’animus chez la femme, ce complexe inconnu du Moi d’autant plus puissant que le masque social en est éloigné ( pour une présentation détaillée de ces concepts, voir par exemple Dialectique du Moi et de l’Inconscient de C.G. Jung ). Et en tant que projection, aimer quelqu’un est une tentative de rétablissement de l’unité du Soi, ce que le symbole du Yin et du Yang a parfaitement intégré en gardant en son sein une parcelle de son complémentaire.

On retrouve aussi les archétypes de l’arbre, de l’anima ( Sunmi ), de la vie ( les plantes ), et l’inconscient lui-même, souvent symbolisé par la Mer comme ici encore : ce n’est donc pas un hasard si chacun des six protagonistes principaux a connu le bonheur en bord de mer… La quaternité du Soi est également présente, représentée par la famille des deux frères et de leurs parents. Le père reflète lui-même une fusion des archétypes de la vie et du sage : c’est un homme profondément bon, et sensible comme on l’apprend à la fin du roman. Il respecte la nature, avec qui il communie, et ne contrefait pas ses actions : « mon père choyait ses plantes dans le jardin. Il m’avait expliqué alors qu’il fallait les aimer d’un cœur sincère. Qu’elles savaient si les hommes mentaient ou non. Qu’un amour factice ne pouvait provoquer de réaction chez elles (p.276) »…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°29 : 22.IX.06

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
CHARNEY Ann - Le Jardin de Rousseau DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence DAVIDSEN Leif - L'Ennemi dans le Miroir GUSTAFSSON Lars - La Coiffeuse BESSON Bernard - L’Imam bleu RIEL Jorn - Arluk
 
 
[3]   LITTERATURES / pays > ASIE > Corée   
 
  HWANG Sok-Yong - L'Invité  Roman 
8 : 16.IX.04
HWANG Sok-Yong :
L'Invité
1 0
1 0
 

Un roman sur la réalité des visites en Corée du Nord et sur l'histoire commune aux deux Corée. Ecrit en langage courant, c'est un témoignage romancé et convainquant des retrouvailles qui se développent entre les deux pays frères… »»»

 
  KANG Eun-Ja - Les Promis  Roman 
13 : 11.XII.04
KANG Eun-Ja :
Les Promis
1 0
2 0
 

Au début du siècle, la montée du militarisme nippon en arrière-plan, l'enfance et la vie de la jeune femme Yuki en premier plan : perte de sa nourrice, quête de l'amour, prise de recul sur les opinions et croyances entre Occident et Orient. Un roman tendre et bien écrit. »»»

 
 
CH’OE Inho - La Tour des Fourmis
 
 
[3]   MONDE SYNOPTIQUE > ASIE (autres) > Corée   
 
  collectif - La Corée, le Voyage vers l’Est  Récit 
34 : 16.VI.08
collectif :
La Corée, le Voyage vers l’Est
1 0
2 1
 

Courte anthologie de 29 extraits de récits de voyage au Pays du Matin Calme. Cette délicieuse approche tirée d’ouvrages divers balaie deux siècles de voyages en Corée : de La Pérouse à Jack London, les plumes se croisent, portant un regard différent sur le pays et ses mœurs… »»»

 
  LEE Chang-Dong - Poetry (2010)  Films Corée 
43 : 16.IV.11
LEE Chang-Dong :
Poetry (2010)
2 1
2 1
 

Prix du scénario Cannes 2010. Film subtil et d’une grande puissance émotionnelle sur le troisième âge, entre retraite et petits boulots, loisirs ( la poésie ) et problèmes personnels : famille, ressources, et la maladie qui guette. Remarquable, saisissant, traité avec élégance. »»»

 
 
CH’OE Inho - La Tour des Fourmis
 
 

     
ROMAN :
nos préférés
 
YOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours LointainsCOULSON Joseph - Le Déclin de la Lune
DAVIDSEN Leif - La Photo de LimeEMECHETA Buchi - La Cité de la Dèche
NESBO Jo - Rouge-GorgeBENGTSSON Frans Gunnar - Orm le Rouge T.1-2
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourSERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
COREE :
dernières entrées
 
CH’OE Inho - La Tour des FourmisKANG Eun-Ja - Les Promis
HWANG Sok-Yong - L'Invité
 
COREE :
dernières entrées
 
LEE Chang-Dong - Poetry (2010)collectif - La Corée, le Voyage vers l’Est
CH’OE Inho - La Tour des Fourmis
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)