N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
ANDREINI Isabella - Lettres à mes AmantsANDREINI Isabella
Lettres à mes Amants
Titre original : Lettere
[39] Alternatives
Entretien avec l'éditeur :
AIMÉ Gérard
119 pages - 9 €
ISBN 10: 2-86227-493-3
6
2 0
3 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

151 lettres d’outre-tombe ! L’intelligente et perspicace actrice Isabella Andreini (1562 -1604 ) légua un modèle du genre : ton ferme, style sûr, rhétorique imagée et à propos, maîtrise des champs lexicaux, tous au service de sa connaissance de la passion et de la nature humaines.

A son époque, acteurs et actrices avaient sulfureuse réputation en raison d’une liberté de mœurs sans doute à l’image de la vie des comédiens actuels. Rares cependant sont parmi eux, hier comme aujourd’hui, ceux qui se doublent du talent de l’homme ou de la femme de lettre. Les nombreux extraits ci-après prouvent que l’auteur n’a rien perdu de sa pertinence ; c’est plaisir que de la relire dans cette réédition, dont on ne peut que s’étonner que ce soit là la première depuis le XVIIe siècle en France. Ce joli recueil, de petit format et à couverture vermeil avec rabats, présente une sélection de 27 épîtres des 151 que comptent ses Lettere posthumément publiées en 1607 : tout juste peut-on regretter que l’éditeur n’ait pas saisi l’opportunité d’en publier l’intégralité pour une édition de référence, bien méritée au Panthéon des Lettres.

De l’Amour avant toute chose

Avec les célèbres Lettres de la Religieuse portugaise, plus tardives mais toujours du XVIIe siècle, ces épîtres prouvent que les femmes excellent dans la correspondance amoureuse, quand bien même leur personnalité et tons différeraient. La belle italienne, toute aux choses de l’amour, ne cache rien de son transport : « pourquoi ne serai-je pas bien satisfaite d’être conduite de lui jusqu’à la possession du plus beau et du plus grand prince du monde. Il m’enflamme si doucement, et me tourmente avec des agréments si pleins de charmes, que je puis dire que mes peines sont mes plaisirs, et que mes délices les plus chers consistent dans mes supplices. Je proteste donc de faire toujours, de point en point, tout ce que l’amour me commandera, et de lui obéir avec d’autant plus de soumission que je me vois plus élevée par sa bonté. C’est lui qui a daigné me prêter son aile pour prendre l’essor si haut que d’aller jusqu’à Dieu, et ses divines illustrations m’ont fait reconnaître que le Soleil que nous voyons est obscur au prix de l’éclat de celui qu’il m’a fait voir (p.99) »…

Amante expérimentée, son discours le révèle, elle fait sienne cette opinion largement répandue et sans doute amplement justifiée à l’égard d’une majorité d’hommes que rien ne vaut que savoir se laisser désirer car l’homme « hait pour ainsi dire une victoire qui vient plutôt de la main de la fortune que de la sienne. Tout de même, un amant qui poursuit une dame la méprise facilement lorsqu’elle se rend sans difficulté, et ne se réjouit que fort médiocrement de sa conquête, n’ayant pas beaucoup travaillé après elle. Mais, comme un brave aventurier se glorifie d’avoir vaincu après que l’ennemi a pensé être son vainqueur, et qu’il a plutôt cédé à la valeur de son adversaire, qu’à la violence de la fortune ; il est d’autant plus content qu’il a eu plus de peine que par le passé. Ainsi un amant trouvant une dame qui lui résiste, et vainquant sa résistance par une assiduité infatigable, trouve l’effet d’autant plus doux qu’il a été plus difficile (p.80) »…

Du reste, cohérente avec ce discours, elle n’hésite pas à faire languir son amant : « les dames qui savent accorder leur jugement avec leur amour ne semblent pas devoir toujours se montrer également favorables à leurs amants. Au contraire, il faut qu’elles soient dédaigneuses de temps en temps, et qu’elles sachent ménager dans un parfait tempérament leur douceur et leur colère. Quand on sert toujours les mêmes viandes à une table, bien loin d’aiguiser l’appétit, elles dégoûtent. Ainsi, des paroles trop douces, et des caresses trop fréquentes, au lieu d’entretenir doucement la vie d’une âme, la tuent par des plaisirs superflus. C’est ainsi que l’assouvissement étouffe l’amour, et qu’on ne chérit plus rien où l’on n’a rien à désirer […] Et certes, comme vous êtes le cher objet de mes désirs et de mes pensées, je me trahirais moi-même en vous trahissant. Mais comme je ne veux point avoir d’autre serviteur que vous, n’ayez point d’autre maîtresse. Souvenez-vous qu’un seul cœur n’est pas capable d’entretenir deux flammes en même temps, eu qu’en aimant également divers sujets, on se déclare ennemi des uns et des autres (pp. 50, 52 ) ».

Le Prix de sa personne

Connaissant sa valeur comme toutes les fortes personnalités, Isabella Andreini n’hésite pas à moucher les hommes qui ne sont à son niveau, qu’ils soient immatures, hardis ou insincères : « monsieur, je vous jure que je ne suis pas moins ivre que lasse d’ouïr tant de mensonges de votre bouche et de voir tant d’erreurs où vous tombez, et que je dois d’autant plus haïr que vous semblez les aimer (p.46) ». A un infidèle : « je sais que les caresses des faux amis causent plus de mal que les persécutions des ennemis déclarés. En effet, il n’y a rien qui trompe si fort que de feindre le contraire de ce qu’on désire, et de promettre la foi que pour être infidèle avec plus de précautions […] Persuadez-vous que j’aime mieux m’arracher le cœur de mes propres mains que de souffrir qu’il porte l’image d’une personne qui me méprise (pp. 29, 31) ». Ou encore, à un indiscret : « Considérez que ce n’est pas moi qui vous accorde peu, comme vous dites, mais vous qui demandez trop […] Ne m’adressez plus de vœux ni de prières. Je ne suis pas innocente au point d’ignorer que celui qui a la langue prompte aux supplications a le cœur appareillé à la tromperie (pp.32-33) ».

Connaissant la nature humaine, masculine autant que féminine, elle n’eut de cesse de défendre l’importance d’être constant, et sincère si l’on se réfère au titre original de la pièce d’Oscar Wilde ( The Importance of being Earnest ) : « pour gagner l’amour d’une dame, il y faut employer une longue et continuelle servitude, dont la jeunesse n’est pas capable, car son impatience naturelle est ennemie de toute assiduité (p.114) ». C’est ainsi qu’elle tance un jeune homme : « monsieur, les jeunes gens sont aussi inconstants qu’ils sont ardents en la poursuite de leurs amours, je me garderai bien de vous donner aucune part à mon affection. La jeunesse amoureuse ressemble à la fontaine du Soleil qui est froide le jour, et bout la nuit. La vraie servitude des amants doit être volontaire, fidèle, continue, qualité qu’on ne peut attendre de la passion des jeunes hommes, parce qu’ils ne servent pas les dames par élection, mais suivant l’instinct d’une fureur qui les porte à suivre des objets qui ravissent leur vue. Et puis ils sont accoutumés à n’avoir point de ferme résolution que celle de n’avoir point de constance (p.53) »…

Cette sélection montre aussi combien l’auteur est parfois restée prisonnière de son verbe, danger guettant tous ceux et celles ayant la plume facile. Certaines tournures ( « si… » rhétorique, « persuadez-vous que… », etc. ) sont récurrentes envers ceux qu’il s’agit de remettre à leur place, et il faut dire que certaines catégories de personnes durent profondément souffrir de son fiel. La lettre suivante, reproduite in extenso, montre un acharnement quelque peu indigne d’une femme à l’âme aussi élevée. Qu’une jeune femme soit soucieuse de sa valeur comme de sa nubilité est chose normale ; railler un homme peu à son goût passe encore surtout s’il s’est avancé de peu élégante manière ; mais que dire de cet acharnement littéraire que ne semblent justifier que l’amour des mots et un malin plaisir à pourfendre ?

Monsieur,

Si cette lettre pouvait rire, elle se rirait sans doute aussi bien que moi de votre folie, qui paraît d’autant plus grande qu’elle se produit en un âge où la sagesse devrait régner en compagnie de l’expérience. Comment est-il possible que, sur le déclin de votre vie, vous n’ayez point eu honte de vous piquer d’affection pour une si jeune fille, et qu’ayant déjà un pied dans la fosse vous vous soyez encore engagé dans la carrière d’amour ? Comment est-il possible que vous n’ayez pas considéré que ce front ridé, ces sourcils avancés, ce nez dégoûtant, ce visage pâle ne sauraient faire la physionomie d’un amoureux qui doit avoir plus d’attraits que vous n’avez de disgrâces de la nature ? Et quoi que vous fassiez tous vos efforts pour aller au-delà de la vie, et pour sembler la recommencer lorsqu’il vous fait la finir, on conçoit pourtant, pauvre homme que vous êtes, que le poids des années vous affaisse quoique la chaleur de l’affection vous hausse le cœur.

Vous me direz peut-être que vous n’êtes courbé qu’à dessein de faire de vous comme un arc d’amour d’où vous puissiez jeter des flèches dans le cœur de toutes les dames, et les blesser si fort qu’elles vous raviront. Mais ne considérez-vous pas que la vieillesse est une fournaise de maux, que l’amour dans les vieillards s’appelle douleur, et qu’il est encore plus ennemi de décrépitude que de la mort. En effet, si l’amour naît et se nourrit de l’ardeur de l’âge qui est déjà toute morte en vous, comment voulez-vous me faire croire qu’étant froid comme un glaçon vous brûlez d’amour pour moi ? Vous me direz peut-être, avec le poète, qu’encore qu’une dame ait de la neige sur ses cheveux, elle ne laisse pas d’avoir du feu dans le cœur. Pour moi, j’estime que la vieillesse faible et usée comme elle est, se doit appeler la neige et l’hiver le plus âpre de l’amour, et qu’il n’y a point de flamme en une saison de la vie où il n’y a que de la froideur.

Mais vous autres vieillards, parmi beaucoup d’autres imperfections, vous en avez deux qui me semblent insupportables, à savoir d’être envieux et médisants. Car voyant que votre jeunesse est passée et que vous êtes d’autant plus désagréables aux dames que vous leur avez autrefois plus, vous parlez partout des amours les plus secrètes,et ne pouvant participer à leur affections, vous tâchez de les troubler. Vous dites que celle-là a un galant, et que cette autre use de cet artifice pour donner des rendez-vous à un jeune homme qui lui a donné son cœur. Enfin, les plus innocentes passent pour criminelles dans vos discours. C’est ainsi que l’effort de votre envie qui est la plus dangereuse persécutrice du bien s’attache à détruire la félicité d’autrui, et que vous voyant malheureux vous ne voudriez pas nous voir heureuses. Et si quelqu’une est si dépourvue de jugement que pour se disgrâcier solennellement devant tous les honnêtes gens, elle vous accorde l’honneur de ses bonnes grâces, vous en parlez d’autant plus qu’un bien si rare vous paraît plus considérable, et que vous voulez persuader les autres dames que pour avoir changé de figure vous n’avez pas changé de mérite.

C’est ainsi que vous faites des règles générales sur un événement particulier, et que par un babil indiscret, vous déclarez tous les mystères d’amour à ceux qui les veulent ignorer aussi bien qu’à ceux qui les désirent savoir. Quittez donc une entreprise si vaine, et croyez que vous ferez mieux de rechercher un sépulcre qu’une amante. Je ne vous dirai rien touchant la hardiesse que vous avez eue de m’écrire, puisqu’il est évident qu’elle n’est pas moins digne de silence que de risée (pp.39-42) ».

Erwan L'HELGOUACH

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°30 : 11.XI.06

* * *

[19]   Nos SPECIALITES > AMOUR & EROS > Litt. amoureuse   
 
  POPE John - GUITRY et GERALDY : Télégrammes du Coeur  Poésies 
40 : 26.VII.10
POPE John :
GUITRY et GERALDY : Télégrammes du Coeur
 

Florilège : « patience ! Elles finissent toujours par nous faire une chose qui nous empêche d’avoir l’estime pour elles » ! Maximes tendres et rosses saillies par deux grands amants Guitry et Géraldy, livrent l’esprit de leurs expériences avec les femmes, lucides et aimants… »»»

 
  IVORY James - Les Vestiges du Jour (1993)  Litt. amoureuse 
14 : 01.I.05
IVORY James :
Les Vestiges du Jour (1993)
0 0
0 0
 

Superbe adaptation du roman d'Ishiguro Kazuo : l'idylle manquée et brillamment interprétée par Anthony Hopkins et Emma Thompson. En arrière-fond, des pourparlers secrets en 1938 entre Britanniques et Européens pour réintégrer l'Allemagne dans le concert des nations. »»»

 
 
ROCA Maria Mercé - Le dernier Train GODARD d’AUCOURT, MARMONTEL, BOUFFLERS, M.C.D.L. - Quatre Contes des Lumières BOITO Camillo - Senso BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric - Semer l’Amour sur les Ruines JARRY Alfred - Le Surmâle ANTHOLOGIE POETIQUE - Le Parnasse des Poètes Satyriques
 
 
[15]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Bel Esprit   
 
  VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir  Philosophie 
10 : 01.IV.05
VALLA Lorenzo :
Sur le Plaisir
1 0
3 4
 

Publié en 1431, De Voluptate est un étonnant réquisitoire envers la liberté de chacun, sans entraves sociales, religieuses ou philosophiques. C'est cette acception large du plaisir que développa cet observateur, authentique et perspicace, qui ne transigea pas avec la vie… »»»

 
  CATULLE - Le Livre de Catulle de Vérone  Bel Esprit 
3 : 01.VII.04
CATULLE :
Le Livre de Catulle de Vérone
1 0
0 1
 

Un beau recueil bilingue des œuvres complètes de Catulle, contemporain de César, poète amoureux, déçu, désabusé même, qui ne perdit jamais ni sa verve ni son vocabulaire des plus verts. On conçoit que tant de successeurs s'en soient inspirés, avec plus ou moins de bonheur… »»»

 
 
MARCHAND Leslie A. - Dictionnaire de Lord Byron ERASME - L'Epicurien et autres banquets GODARD d’AUCOURT, MARMONTEL, BOUFFLERS, M.C.D.L. - Quatre Contes des Lumières DELVAU Alfred - Lexique Erotique Illustré FADIMAN Anne - Ex-Libris TCHEKHOV Anton - Conseils à un écrivain
 
 
[10]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Correspondance   
 
  DUFAY Danielle - Mon Mariage Chinois  Correspondance 
23 : 01.XI.05
DUFAY Danielle :
Mon Mariage Chinois
2 1
1 2
 

1922 : Jeanne embarque pour la Chine, pour rejoindre son mari chinois qu'elle n'a pas revu depuis sept ans. Sa correspondance avec sa sœur est son seul lien familial : le récit passionnant d'une femme courageuse dans un portrait saisissant d'une Asie pleine de contrastes… »»»

 
  ZHENG Banqiao - Lettres Familiales  Correspondance 
23 : 01.XI.05
ZHENG Banqiao :
Lettres Familiales
2 1
3 3
 

Profondeur de la réflexion et de l'humanité de ce mandarin du XVIIIe siècle : « mes seize lettres familiales ne parlent nullement du Ciel et de la Terre, mais des affaires courantes de la vue quotidienne, ces propos familiers ouvrant parfois sur de vastes perspectives (intro. p.18) ». »»»

 
 
PERROS Georges - L'Autre Région LOBO ANTUNES Antonio - Lettres de la Guerre PERROS Georges - Correspondance 1966-1977 VOITURE Vincent - Le Langage des Tétons & Lettres de Vincent Voiture	DUBOST Louis - Lettre d'un Editeur de Poésie SAND George - Nouvelles Lettres d’un Voyageur
 
 
[20]   LITTERATURES / pays > EUROPE (autres) > Italien   
 
  CAMILLERI Andrea - La Disparition de Judas  Roman 
22 : 21.IX.05
CAMILLERI Andrea :
La Disparition de Judas
1 0
0 0
 

Roman original mêlant style journalistique, rapports administratifs et missives entre hauts fonctionnaires, dans une enquête de disparition d'un notable ayant joué le rôle de Judas dans la représentation de la Passion du Christ, un Vendredi Saint, en Italie. Tout un programme… »»»

 
  DI CARA Piergiorgio - L'Ame à l'Epaule  Roman 
19 : 01.V.05
DI CARA Piergiorgio :
L'Ame à l'Epaule
1 0
0 0
 

Palerme : une enquête actuelle vue de l'intérieur et menée de main de maître, mots violents pour descriptions crues, enchaînements rapides et cohérents. L'auteur, commissaire à la brigade anti-mafia de Palerme, est aussi romancier : exemple de double casquette réussie… »»»

 
 
VINCI Léonard de - Maximes, Fables & Devinettes BEVILACQUA Alberto - La Pâque Rouge CARLOTTO Massimo - L'Immense Obscurité de la Mort MAZZANTINI Margaret - Ecoute-Moi RIOTTA Gianni - Alborada MAGGIANI Maurizio - Treize Variations sur l'Amour
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COUCHAUX Denis - Habitats Nomades	DIXMIER Michel – WILLEMIN Véronique - L’Œil de la Police
SHI Bo - Encres de ChineMARECHAL Yannick - L'Encyclopédie du Reggae 1960-1980
»»» Plus de choix [39]
 
LITT. AMOUREUSE :
dernières entrées
 
DE CHARNACE Juliette - Hymne à l’Amour 2POPE John - GUITRY et GERALDY : Télégrammes du Coeur
AL-MASRI Maram - Le Retour de WalladaBOITO Camillo - Senso
BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric - Semer l’Amour sur les RuinesROCA Maria Mercé - Le dernier Train
BONILO Philippe - La ChambreNILSEN Tove - Gestations
 
BEL ESPRIT :
dernières entrées
 
KUSHÂJIM - L’Art du CommensalBILLY Alain - Les Amandes
ZHENG Banqiao - Lettres FamilialesLA MOTHE LE VAYER François - Hexameron Rustique
LA MOTHE LE VAYER François - L'Antre des NymphesDELVAU Alfred - Lexique Erotique Illustré
VALLA Lorenzo - Sur le PlaisirERASME - L'Epicurien et autres banquets
 
CORRESPONDANCE :
dernières entrées
 
PERROS Georges - Correspondance 1966-1977LOBO ANTUNES Antonio - Lettres de la Guerre
DUBOST Louis - Lettre d'un Editeur de PoésieDUFAY Danielle - Mon Mariage Chinois
ZHENG Banqiao - Lettres FamilialesSAND George - Nouvelles Lettres d’un Voyageur
VOITURE Vincent - Le Langage des Tétons & Lettres de Vincent Voiture	PROUST Marcel - Professeur de Beauté
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)