N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
COCKEY Tim - Le Croque-Mort à Tombeau ouvertCOCKEY Tim
Le Croque-Mort à Tombeau ouvert
Titre original : The Hearse Case Scenario
[2] Alvik
 
408 pages - 18 €
ISBN 10: 2-914833-32-6
2
1 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Humour cocasse pour Hitchcock Sewell, croque-mort et détective à ses heures, dans le but d’innocenter une amie d’enfance. L’écriture fourmille de détails, tant sur les environnements que sur les personnages, sans parler des situations burlesques où ils se retrouvent parfois.

Tim Cockey n’en est pas à son coup d’essai : les habitués retrouveront Hitchcock Sewell dans son milieu de Baltimore, au volant de son corbillard et entouré de ses amis, dont son ex-femme Julia. Quelques flash-back permettent de faire connaissance avec ce héros attachant et de mieux comprendre ses réactions. Ce jeune orphelin recueilli par Billie, sa tante et co-fondatrice de l’entreprise funéraire, perfectionne avec elle le fonds de commerce :

« Billie et moi avions récemment décidé de faire poser des étagères où exposer des urnes cinéraires. Ces trucs-là, il en existe de toutes les formes et de toutes les couleurs, comme vous l’imaginez peut-être. Sans parler des ridicules urnes branchées, celles qui rendent hommage au dada, à la vocation ou à l’obsession du défunt. Ou aux trois en une, pour ceux qui ont eu cette chance-là. Nous vivons dans un monde idiosyncrasique. Billie et moi avons vu des femmes de fous de golf capables de gaspiller des centaines de dollars pour une urne représentant un sac de golf miniature […] Certaines de ces urnes fantaisie ressemblent à de petits coffres à bijoux. D’autres à des boîtes à cigares. Il en existe même une en forme de pierre percée, comme celle où l’on planque le double des clés de chez soi. Nous pouvons proposer des châteaux miniatures, un certain nombre de modèles d’automobiles, des quilles de bowling, des tourtereaux enlacés, des mains en prière ; il y en a même une à l’image d’Elvis Presley ( jeune ) marquée de l’inscription : Return to sender. Ça ne s’invente pas ( p.149) ».

Cette fois, Hitchcock s’investit pour sortir Lucy du pétrin, une amie d’enfance qui n’a jamais eu de chance : « Julia me jure que Lucy Taylor a toujours été comme ça, une sorte de Miss-La-Poisse. Elle dit que Lucy est venue au monde avec un karma peau-de-banane bien trempé, déjà parfaitement évident avant que je ne la blesse. Pour preuve, Julia évoque ce jour de Noël où Lucy, sept ans, se promenant le long de la jetée, était tellement dans la lune, qu’une fois arrivée au bout, elle avait continué à avancer et plouf, droit dans l’océan. Ou encore un an plus tard, lorsque, courant après un chat errant, elle s’était retrouvée coincée dans un collecteur d’égout d’où il avait fallu la libérer à coups de pioche. Le fait est que tout le quartier avait toujours été d’avis que Lucy était une fille gentille et généreuse […] mais qu’elle était simplement née avec une ou deux cartes en moins dans son jeu (p.14) ». Certes, elle a depuis tiré sur son amant qui, envoyé à l’hôpital pour blessure bénigne, est égorgé dans la soirée… Avec Julia et Munger, un détective connaissant de sérieux problèmes conjugaux, Hitchcock mène l’enquête, naviguant entre une séduisante chanteuse de blues, et divers escrocs qui auraient financé le club où travaillait la victime. Bonne occasion de retrouver des ambiances tardives, enfumées et enivrées, autour de paris et de matchs truqués.

Un scénario complet

Tim Cockey écrit avec une pointe d’humour saugrenu qui permet au lecteur de lui emboîter le pas, comme une ombre au héros. Ainsi de la description d’un embaumement : « Billie portait des gants de caoutchouc et une blouse grise. Une tasse de thé fumait dans le plateau métallique suspendu, à côté des pinces et tubes propres à notre profession. La pompe ronronnait par terre. Le pauvre homme que Sam nous avait envoyé était étendu sur la table métallique. Muet comme une carpe. Tout ce qu’il y a de plus mort. Plus désiré sur cette terre. Billie est capable d’embaumer les yeux fermés. C’est une pro. Ses mimines sautillaient en pilotage automatique, piquant, poussant, tirant, dévissant les bouchons, mesurant et mélangeant. On sort le vieux, on rentre le neuf. Billie a un toucher tranquille, délicat, mais assuré. Très proche de quand elle prépare ses cocktails, maintenant que j’y pense. Billie termina son travail et tapota la tête du mort.
- Bonsoir, roucoula-t-elle.
Elle retira ses gants d’un coup sec et attrapa sa tasse de thé […] Nous montâmes au premier et prîmes le petit-déjeuner. Biscuits et jus de viande faits maison. Jambon. Tomates frites au sucre. Embaumer, ça ouvre l’appétit. C’est empirique (pp.224-225) ».

Quelques erreurs grossières, toutefois, à moins qu’elles ne reflètent la version originale : « le coupable, qui qu’il soit, a utilisé une arme blanche (p.39) », « tu dis qu’il est au moins possible que quelqu’un ait chopé Arthur et essayer de faire cracher les Martin (p.129) » ou « avant de partir, Morris me dit qu’il pensait que le corps n’avait pas été tué là on l’avait trouvé (p.147) » !

Norah GUENEAU

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°33 : 16.V.07

* * *

[112]   Nos SPECIALITES > POLAR & POLICE > Polar/Suspense   
 
  collectif - Le Rose et le Noir  Nouvelle(s) 
10 : 16.X.04
collectif :
Le Rose et le Noir
1 0
2 0
 

10 nouvelles sur le thème des revers de l'amour : cinq lauréats du 5e Concours de nouvelles noires et policières côtoient cinq écrivains confirmés. L'ensemble est de qualité du début à la fin : maîtrise du sujet et du déroulement de l'intrique, style assuré, et chutes garanties. »»»

 
  LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes  Polar/Suspense 
27 : 15.VI.06
LARSSON Stieg :
Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes
3 0
1 1
 

Plus qu’une enquête et admirablement mise en contexte, cette saga mène le lecteur par un subtil enchaînement des faits et un luxe de détails. Rappelons pour plus de piquant que c’est le premier volet d’une trilogie que l’auteur remit à l’éditeur, juste avant une fatale crise cardiaque… »»»

 
 
LITTELL Robert - La Compagnie GIHEF - CALLEDE Joël - Haute Sécurité T.1~4 KIRIKKANAT Mine - La Malédiction de Constantin STAALESEN Gunnar - Pour le Meilleur et pour le Pire collectif - Graines de Noir INDRIDASON Arnaldur - La Femme en Vert
 
 
[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
ZOLMA - Croisière jaune  - Notules littéraires sur le monde juif FOURNIER Pierre - Le Babiroussa RIVERA LETELIER Hernán - Le Virtuose WOLNIEWICZ Claire - Ubiquité STAALESEN Gunnar - La Femme dans le Frigo
 
 
[54]   LITTERATURES / pays > ANGLOPHONE > Etats-Unis   
 
  COULSON Joseph - Le Déclin de la Lune  Roman 
23 : 01.XI.05
COULSON Joseph :
Le Déclin de la Lune
2 0
1 2
 

Premier roman de ce poète américain né en 1957, admirablement écrit. Articulé en quatre livres étendus sur trois générations, il conte la vie d'une famille que le sort n'a pas épargnée, sur fond des soubresauts économiques et sociopolitiques des Etats-Unis entre 1930 et 1974. »»»

 
  SCARBOROUGH Dorothy - Le Vent  Roman 
13 : 11.XII.04
SCARBOROUGH Dorothy :
Le Vent
2 0
2 2
 

Début XXe siècle : une jeune bourgeoise passe du confort aristocratique de sa Virginie natale à la dure vie des cow-boys texans. Cette plume fine et observatrice qui décrit l'évolution de l'héroïne livrée à elle-même, sans recours et sans défense face à la force et aux hurlements du vent… »»»

 
 
PALMER Michael - Le Système ALCOTT Louisa May - Derrière le Masque STEINHAUER Olen - 36, Boulevard Yalta FADIMAN Anne - Ex-Libris KELLERMAN Jonathan - Qu'elle Repose en Paix KAUFMAN Philip - Henry et June
 
 

     
POLAR/SUSPENSE :
nos préférés
 
LITTELL Robert - La CompagnieMANKELL Henning - Le Retour du Professeur de Danse
DAVIDSEN Leif - La Photo de Limecollectif - Le Rose et le Noir
LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les FemmesNESBO Jo - Rue Sans-Souci
DAVIDSEN Leif - La Chanteuse RusseLE ROY Philip - Le Dernier Testament
»»» Plus de choix [9]
 
POLAR/SUSPENSE :
dernières entrées
 
HENRIET Alain – CALLEDE Joël - Damoclès T.1-2CALLEDE Joël – PIGNAULT Roland - Asthénie T.1
GIHEF - CALLEDE Joël - Haute Sécurité T.1~4MARININA Alexandra - L’Illusion du Péché
LYNDS Gayle - Le dernier Maître-EspionJAMES Peter - Mort ou presque
LE ROY Philip - Couverture dangereuseALESSANDRINI Giancarlo – GIROUD Frank - Quintett T.5 : La Chute
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
ETATS-UNIS :
dernières entrées
 
LONDON Jack - L’Ennemi du MondeLONDON Jack - Ce que signifie la vie pour moi
LYNDS Gayle - Le dernier Maître-EspionJAMES Peter - Mort ou presque
HAWTHORNE Nathaniel - L’Expérience du Docteur HeideggerRUBENFELD Jed - L’Interprétation des Meurtres
BIERCE Ambrose - Le Club des ParenticidesVAN LUSTBADER Eric - La Peur dans la Peau
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)