N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
CONCHE Marcel - Nietzsche et le BouddhismeCONCHE Marcel
Nietzsche et le Bouddhisme
Edition augmentée
 
[31] Encre Marine
Entretien avec l'éditeur :
NEYME Jacques
58 pages - 12 €
ISBN 10: 2-84186-360-3
7
2 0
2 3
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Version augmentée de la conférence de même nom donnée au Collège International de Philosophie en avril 1987. L’auteur discute sur la similitude a priori de la pensée nietzschéenne avec les fondements de l’enseignement bouddhiste, tel que perçu au XIXe siècle...

Le sujet interpelle.
Et l’auteur de situer l’intéressante intersection de ces deux philosophies, que séparent pourtant quelque deux millénaires et demi :

« il s’agit de la souffrance. La souffrance est liée à la vie. Elle est ‘sans doute une part essentielle de toute existence’ dit Nietzsche. Toute philosophie présuppose un être qui souffre (Le Gai Savoir §360), et qui veut savoir ce que cela signifie. Qui veut aussi savoir comment vivre pour moins souffrir, ou pour mieux souffrir. Le sage est l’idéal du philosophe. Il a sa solution au problème de la souffrance, qu’il a expérimentée, vécue, vérifiée. Or il a deux solutions. Ou, pour moins souffrir, réduire, ou supprimer les activités vitales dont résulte la souffrance, vivre moins intensément, vivre moins et le moins possible, ne faire que glisser en ce monde, trouver le bonheur dans l’insouciance, l’indifférence, l’abstention, l’abstraction : ainsi le veulent ce que j’appellerai les sagesses ‘euphoriques’, telle celle de Bouddha. Ou, comme prix d’une vie qui mérite d’être vécue, vouloir la souffrance même, et non pas chercher le bonheur, mais, au contraire, trouver dans un bonheur consubstantiel la force d’endurer même la souffrance extrême. Telle est la sagesse ‘tragique’, ou, comme il dit encore, ‘dionysiaque’, de Nietzsche. D’un côté, le recul devant le monde, le repli sur soi devant la difficulté d’être, le vouloir être le moins possible, le vouloir ne pas être ; de l’autre, le ‘oui’ au monde, l’affirmation décidée du monde tel qu’il est, sans correction aucune, la volonté et la volupté de vivre selon la logique de la vie, celle de la volonté de puissance. Deux sagesses dont l’une est le contraire de l’autre (pp.23-24) »…

Cachez ce Saint que je ne saurais voir…

« Deux sagesses dont l’une est le contraire de l’autre (p.24) ». Pourquoi pas… Mais cela se discute : la volonté de puissance peut aussi se comprendre comme la réincarnation de Bouddha en l’homme, à savoir la sagesse suprême, l’illumination ou satori selon le mot japonais en vogue aujourd’hui. De plus, Marcel Conche fait bien de rappeler le « caractère perspectiviste », c’est-à-dire subjectif, qui vaut autant pour l’Allemand que pour son lecteur, l’auteur de cet ouvrage aussi bien que le présent chroniqueur : « on le sait : ‘le caractère perspectiviste, trompeur, appartient à l’existence’, y compris à l’existence du penseur. ‘Nietzsche et le bouddhisme’ signifie : ‘Nietzsche et le bouddhisme tel qu’il veut le voir’. Maintenant, souvenons-nous de ceci : ‘Pour voir une chose entièrement, l’homme doit avoir deux yeux, un d’amour, un de haine ( Humain Trop Humain I §320 )’ (p.27) ». Oudit en langage moderne, écouter son ange gardien autant que son avocat du diable, la Voie du Milieu est dans l’intersection des domaines contraires.

Mais on ne saurait comprendre l’intérêt de Nietzsche pour le Bouddhisme sans préciser que celui-ci n’était décrite en Europe que depuis peu, perçu comme une philosophie du nihilisme dont l’auteur rappelle les gloses de quelques grands noms occidentaux ( Renan, Hegel, Schopenhauer, entre autres ). D’où la question fondamentale, qui finalement semble placer Nietszche et Bouddha en des positions diamétralement opposées : « pourquoi Bouddha veut-il la non-volonté ? Et pourquoi Nietzsche veut-il la volonté ? (p.37) ». En résumé, les citations suivantes de l’Allemand apportent de rapides élements de réponse : « ‘la compassion, la caritas, en permettant aux déprimés et aux faibles de survivre et d’avoir une postérité, vient contrarier les lois naturelles de l’évolution : elle accélère la décomposition, elle détruit l’espèce -, elle nie la vie’ […] ‘Rien de plus répandu, en notre temps, que la faiblesse de la volonté. La maladie de notre époque aussi est la ‘maladie du vouloir’ […] Car le même état des choses qui abat, affaiblit, rapetisse les faibles, pousse les forts, les êtres d’exception, à s’élever et à se fortifier (pp. 39, 42, 44) ».

Or le monde dans lequel vit Nietzsche est marqué par le sceau du christianisme, et plus particulièrement par celui du dogmatisme de l’Eglise, dans lequel il voit le responsable d’un insondable marché de dupes : « le chrétien est devenu le contraire de ce qu’il était à l’origine.La vie tout entière du chrétien est pour finir exactement la vie dont le Christ avait prêché qu’il fallait s’affranchir’ : il ‘devient citoyen, soldat, magistrat, ouvrier, négociant, savant, théologien, prêtre, philosophe, propriétaire foncier, artiste, politicien…’ ; il assume de nouveau ‘toutes les activités qu’il avait abjurées ( sa propre défense, le fait de citer en justice, de châtier, de jurer, de discriminer entre les peuples, de mépriser, de s’irriter ) […] ‘Il n’y a jamais eu qu’un chrétien, dit Nietzsche, et il est mort sur la croix […] Au lieu de cette ‘nouvelle pratique’ que Jésus donnait en exemple et enseignait, on eut ‘un nouveau culte’, une nouvelle croyance. Au lieu de l’homme religieux, on eut le croyant, qui est le ‘contraire’. Le croyant se mit à vivre dans un monde de pure fiction, peuplé de causes imaginaires ( ‘Dieu’, ‘âme’, ‘moi’…), d’effets imaginaires ( ‘péché’, ‘rédemption’, ‘grâce’, ‘expiation’, ‘rémission des péchés’, nanti d’une téléologie imaginaire ( le ‘Royaume de Dieu’, le ‘Jugement dernier’, la ‘vie éternelle’, et cela dans l’espérance d’une au-delà, espérance qui ne peut être démentie par aucune réalité (pp. 29, 31, 31-32 ) ».

N’est donc chrétien, ou religieux, que celui qui suit et vit sa propre spiritualité ; c’est en ce sens qu’on comprend mieux sa propre mise en garde : « on ne comprend, dit Nietzsche, que ce que l’on a vécu. Comprendre mon Zarathoustra, dit-il, c’est l’avoir vécu. De sorte que : ‘Finalement, personne ne peut tirer des choses, y compris des livres, plus qu’il n’en sait déjà (p.49) »…

Nietzsche et le Bouddhisme

La position de Marcel Conche n’est pas bien claire : l’extrait ci-dessous semble cautionner une similitude de pensée, mais ses arguments sont parfois antinomiques. Du reste, trancher la question n’est pas le plus important ; bien plus profonds est la problématique, étayéepar force citations de Nietzche selon la perspectiviste de l’auteur. Au lecteur de se faire ensuite sa propre idée : « en définitive, Nietzsche ne voit pas le monde autrement que Bouddha. Il admet l’impermanence, l’insubstantialité, le phénoménisme bouddhistes. Il admet même, à sa manière, la transmigration, dont les brahmanes s’étaient servi pour accabler les infortunés d’une désolation infinie, et dont Bouddha avait voulu affranchir les hommes en leur enseignant la voie de la Délivrance. Il l’admet à sa manière, à savoir sous la forme du retour éternel du même […] ce que Nietzsche appelle le ‘phénoménisme’, à savoir le fait qu’il n’y ait pas de substance sous le changement. Selon Bouddha, ‘le monde est un flux continu et il est impermanent’ ; Nietzsche, de son côté, parle de ‘la vérité dernière de l’écoulement de toutes choses’, et de la ‘seule forme’ de philosophie encore acceptable : ‘comme tentative de décrire en quelque manière le devenir héraclitéen’. L’ ‘être’, la ‘substance’, l’ ‘âme’, le ‘moi’ permanent, sont des fictions pour Nietzsche comme pour Bouddha. ‘Seule la souffrance existe, mais on ne trouve aucun souffrant’, dit un texte bouddhiste. Cela implique le rejet du Cogito cartésien, Nietzsche aussi le rejette, et, du reste, écrit avec approbation : ‘Critique indoue : le ‘moi’ lui-même apparent, non réel’. Naturellement, l’illusion de la permanence est à expliquer. De là une critique du langage fort approfondie chez Nietzsche, mais qui a son équivalent chez Bouddha ( pp. 44, 48-49 ) ».

Cependant, la propre conclusion de ce livre, intéressant qu’elles qu’en soient les réserves, inclinent à penser l’inverse : le projet bouddhiste est dans la connaissance de soi et dans le non-agir ( le wu wei que la philosophie chinoise a admirablement développée ), car le monde extérieur n’est qu’illusion. L’action humaine étant par là-même illusoire, la volonté de puissance et le surhomme de Nietzsche semblent bien éloignés de la ‘téléologie’ bouddhiste, d’ailleurs une contradiction dans les termes. L’Allemand n’affirme-t-il pas que « ‘le temps vient où sera livré le combat pour la souveraineté planétaire – il sera mené au nom des doctrines philosophiques fondamentales’. Il y aura un ‘gouvernement de la Terre’ : ‘la tâche du gouvernement de la terre est en marche. Et avec elle la question de savoir comment nous voulons l’avenir de la planète. Nécessité de nouvelles tables de valeurs’. ‘J’écris pour une espèce d’hommes qui n’est pas encore là’, nous avertit Nietzsche : pour les ‘maîtres de la terre’ (p.52) ». Mais encore faudrait-il s’entendre sur la nature spirituelle de ces « maîtres de la terre »…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°33 : 16.V.07

* * *

[36]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Philosophie   
 
  COLARDEAU Théodore - Etude sur Epictète  Philosophie 
29 : 30.VIII.06
COLARDEAU Théodore :
Etude sur Epictète
2 0
3 4
 

Cent ans après sa parution, cette réédition revue et corrigée n’a rien perdu de sa qualité ni en éclairages sur Epictète. La préface souligne l’apport intellectuel et la singularité de l’auteur, et incite d’autant mieux à la lecture de cet ouvrage que sa superbe facture invite à l’étude… »»»

 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
 
FRIDERICUS N. - Nietzsche le Romain ROOS Theo - Vitamines Philosophiques SAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en séries VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir GARELLI Jacques - De la Création poétique GAULTIER Abraham - Réponse en forme de dissertation à un théologien sur les sentiments des sceptiques
 
 
[11]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Bouddhisme   
 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Ikkyu, Maître Zen Rinzai
 

Ikkyū est le moine zen du XVe siècle. Prêtre Rinzai, un des deux grands mouvements du zen nippon, il défendait l'illumination et sa pratique en compagnie des femmes, tout en étant excellent calligraphe, peintre, poète, maître de cérémonie du thé et de l'art des jardin. »»»

 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Dogen, Maître Zen Sōtō
 

Dōgen Zenji ( 19.I.1200 - 22.IX.1253 ) signifie « Maître Zen Dōgen », dont les deux caractères du nom signifient source/origine de la Voie. Biographie du fondateur de l'Ecole Zen Sōtō, brève présentation de ses principes et de ceux de l'Ecole Zen Sōtō. »»»

 
 
DOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo DALAÏ Lama - Leçons d'Amour CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership DALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji BERTHELIN Jean-Baptiste - Ecrire sur le Zen n'est pas Zen
 
 
[15]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Chrétienté   
 
  STROH Olivier - Etymologie du mot 'Religion'  Chrétienté 
45 : 21.XII.11
STROH Olivier :
Etymologie du mot 'Religion'
 

Relire ou relier : à une inversion de lettre près ( relegere et religare respectivement ) l’étymologie de religion rend son origine controversée. Enquête dans les méandres de l’origine du mot dans les langues latines, et notamment en français, pour tenter d’en approcher la définition. »»»

 
  BOYARIN Daniel - La Partition du Judaïsme et du Christianisme  Chrétienté 
44 : 16.XI.11
BOYARIN Daniel :
La Partition du Judaïsme et du Christianisme
4 0
2 0
 

Aux quatre premiers siècles, judaïsme et christianisme eurent des trajectoires parallèles, mais s’influencèrent jusqu’à élaborer chacune une orthodoxie religieuse. Des deux côtés, les promoteurs de l’orthodoxie inventèrent le concept d’hérésie pour discréditer quiconque s’en écartait. »»»

 
 
REYNIER Chantal - Tempêtes : quatre récits bibliques YAQOB Zara - Le Sage d’Abyssinie GUILLEBON Jacques, de – VAN GAVER Falk - L’Anarchisme chrétien DEPARIS Véra - Vassili le Bogomile ABADIE Philippe - Des héros peu ordinaires FACERIAS Daniel - Mère Teresa, l'Indienne
 
 
[21]   Nos SPECIALITES > ANTHROPO - ETHNO - SOCIO > Croyances   
 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
  HAVARD-dit-DUCLOS Damien - Les précurseurs mythiques du Robot  Robots & Histoire 
15 : 21.I.05
HAVARD-dit-DUCLOS Damien :
Les précurseurs mythiques du Robot
 

L'Homme a toujours tenté de dépasser le règne animal auquel il appartient, et de créer la vie artificielle. Les créatures imaginaires peuplent ainsi notre inconscient collectif, riche en légendes, peurs et espoirs ancestraux, relayés sous diverses formes aujourd'hui… »»»

 
 
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai GUILLEBON Jacques, de – VAN GAVER Falk - L’Anarchisme chrétien FRACHON Alain - VERNET Daniel - L'Amérique Messianique MINDLIN Betty - Fricassée de Maris DALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil FACERIAS Daniel - Mère Teresa, l'Indienne
 
 
[14]   MONDE SYNOPTIQUE > DEUTSCHE WELT > Penseurs   
 
  JUNG Carl Gustav - L’Analyse des Rêves T.1-2  Rêves / Visions 
30 : 14.XI.06
JUNG Carl Gustav :
L’Analyse des Rêves T.1-2
4 0
3 0
 

Riches et sémillantes analyses : d’une série de rêves d’un quinquagénaire en analyse chez Jung, celui-ci les partage avec des participants avertis en sollicitant et développant leurs contributions. Ces notes sont un éclairant témoignage de l’interprétation junguienne des rêves. »»»

 
  JAFFE Aniéla - Apparitions  Rêves / Visions 
40 : 28.VII.10
JAFFE Aniéla :
Apparitions
2 0
3 0
 

Les apparitions, ou visions de personnes, sont un phénomène courant mais peu rapportées et confinées au secret personnel ou au cercle des proches. Ce livre est une analyse psychologique publiée en 1978 sur plus d’un millier de témoignages d’hommes et femmes suisses. »»»

 
 
JENSEN Stine - Les femmes préfèrent les singes ROOS Theo - Vitamines Philosophiques ADORNO Theodor Wiesengrund - Mes Rêves FRIDERICUS N. - Nietzsche le Romain GOETHE Johann Wolfgang von - La Forme des Nuages d’après Howard JUNG Carl Gustav - Entretiens
 
 
[13]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Religion   
 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
  JUNG Carl Gustav - Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or  Jung Œuvres 
46 : 24.IV.12
JUNG Carl Gustav :
Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or
1 2
3 0
 

Véritable catalyseur dans la recherche et la pensée de Jung, ce texte alchimique chinois lui révéla l’universalité du mandala latto sensu. Son commentaire fourmille de remarques intéressantes, dans un ensemble au ton personnel assez inhabituel dans son œuvre. Fiche de lecture. »»»

 
 
MAXENCE Jean-Luc - Jung est l’avenir de la Franc-maçonnerie ABADIE Philippe - Des héros peu ordinaires DADOUN Roger – SINISTRARI Lucio Maria - Utopies Sodomitiques – De Sodomia NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix VICTOR Barbara - La Dernière Croisade MENARD Guy - Petit Traité de la vraie Religion
 
 

     
NIETZSCHE Friedrich
 
STROH Olivier - La Religion des FéesFRIDERICUS N. - Nietzsche le Romain
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
AUDI Paul - CréerHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
»»» Plus de choix [31]
 
PHILOSOPHIE :
nos préférés
 
EVAGORAS de Mégare - Le Monde en Miettesanonyme - Le Tableau de Cébès
AUDI Paul - CréerVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
URSIN Jean - René GuénonSAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en séries
ALGALARRONDO Hervé - Les Derniers Jours de Roland B.HERVIEU Paul - Diogène le chien
GARELLI Jacques - De la Création poétiqueHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
HELVETIUS Claude-André - Le Bonheuranonyme - Le Tableau de Cébès
 
BOUDDHISME :
dernières entrées
 
NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de PaixDALAÏ Lama - Leçons d'Amour
CLEARY Thomas - L'Art Zen du LeadershipDALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil
BERTHELIN Jean-Baptiste - Ecrire sur le Zen n'est pas ZenSEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen SōtōDOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji
 
CHRETIENTE :
dernières entrées
 
GUILLEBON Jacques, de – VAN GAVER Falk - L’Anarchisme chrétienABADIE Philippe - Des héros peu ordinaires
STROH Olivier - Etymologie du mot 'Religion'GALLO Max - Jésus - L’homme qui était Dieu
BOYARIN Daniel - La Partition du Judaïsme et du ChristianismeREYNIER Chantal - Tempêtes : quatre récits bibliques
DADOUN Roger – SINISTRARI Lucio Maria - Utopies Sodomitiques – De SodomiaNADAUD Alain - Si Dieu existe
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)