N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
RIVERA LETELIER Hernán - Le VirtuoseRIVERA LETELIER Hernán
Le Virtuose
Titre original : El Fantasista
[48] Métailié
Entretien avec l'éditeur :
METAILIE Anne-Marie
159 pages - 17 €
ISBN 13: 978-2-86424-647-3
2
1 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Menacé de fermeture, le campement salpêtrier de Coya Sur, dans le désert d’Atacama, se prépare au match contre le campement voisin. Mais voilà qu’un mystérieux génie du football pourrait changer la donne. Roman plein de vitalité et d’intelligence, un vrai plaisir de lecture.

Menaces sur Coya Sur

Avec la même verve que dans Mirage d’Amour avec Fanfare qui évoque le même monde, l’auteur décrit le quotidien, tantôt pathétique tantôt cocasse, mais plein de vitalité d’une petite communauté de mineurs de salpêtre, consciente de sa misère et de sa relégation, fière de ce qu’elle parvient à être malgré tout, de ses liens humains, de sa résistance aux forces de destruction et d’avilissement qui la menacent de toutes parts. Le premier péril, inéluctable, est la suppression programmée du campement au nom du rendement économique. Bien qu’espérant un salut, Coya Sur se sait condamné par des puissances financières et politiques ignorant tout de son monde et de son travail. Le campement n’en met que plus d’énergie à animer ses derniers jours d’existence, dans la dignité et l’acharnement à faire fleurir le peu que la vie lui ménage.

La seconde menace, cocasse, dédouble et parodie la tragédie de la première : en fin de semaine, Coya Sur jouera son honneur, sur le terrain du football, face à l’équipe du campement principal dont il n’est que le rejeton. Tout le roman est traversé par les évocations, souvenirs et anticipations de ces combats titanesques où tous les coups sont permis ( ou presque ), et où les maritornes supportrices écharpent les arbitres à coups de savate tandis que les joueurs crèvent le ballon ou s’estropient mutuellement, avant la rituelle bataille rangée entre les deux communautés qui s’achèvent tout aussi rituellement à coups de pierre en plein désert… en attendant le match retour :
 
« alors, ces fils de pute nous ont empêchés de sauver l’honneur et ont crevé le ballon – il était à nous – avec le même clou de quatre pouces utilisé par leur arrière pendant toute la partie pour nous piquer les fesses. ( C’était une simple vengeance car, au cours d’une rencontre antérieure, l’un des nôtres était entré sur le terrain avec un sachet de soufre et, quand le type en question s’était avancé pour faire une tête à l’occasion d’un corner, l’autre lui en avait jeté une poignée dans les yeux, l’obligeant à passer une demi-heure sur la touche à s’arroser le visage ). Après avoir crevé notre ballon, ils ont bien sûr caché le leur et, comme il n’y en avait pas d’autre, l’arbitre s’est vu dans l’obligation d’arrêter le match. A la fin, pour couronner leur infamie, ils nous ont poursuivis à coups de pierre à travers le désert (p. 43) »…

Communauté d’une Mort annoncée

Evénement décisif de la vie communautaire, le match de foot devient emblématique de l’engagement vital des habitants de Coya Sur. Hauts en couleur, chaque protagoniste a son rôle dans l’organisation et le déroulement de l’événement : les passions se déchaînent autour de la participation de tel ou tel, nul ne se prive de refaire leur monde si menacé, autour du rectangle sacré. Le comique est renforcé par les interventions d’un personnage s’étant autoproclamé commentateur sportif dont on ne sait si la folie est feinte ou réelle, mais qui beugle dans un micro postiche d’irrésistibles tirades alliant sport, ragots et médecine…

Or les ‘délires’ de ce vociférateur jouent pleinement leur rôle chez ces hommes anonymes, il est leur voix, et à cet égard un écho au romancier, connu pour l’engagement envers sa région : « mais Farfan le Moko nous avait appris une vérité absolue et sur ce point nous étions tous d’accord, sans exception : un but ou une belle phase de jeu, comme tout sujet important ici-bas, n’est jamais complet si on ne peut le raconter, le relater, le narrer et le revoir par la magie des mots. Dans le cas de nos matchs à domicile, aucun but n’était aussi vivant dans nos mémoires que ceux que Farfan le Moko avait commentés à grands cris dans la folie de ses reportages, car, non content de pimenter les tout derniers potins de la semaine, il exagérait jusqu’au délire les particularités de chacun des footballeurs (p.93) ».

Dans ce tableau, le ‘virtuose’ éponyme du roman joue aussi sa partie, anecdotique et symbolique. Pressée de poursuivre sa route, la communauté saura-t-elle convaincre le prodige de rester jusqu’au match pour défendre ses couleurs et écraser à coup sûr l’équipe adverse ? Les personnages voient donc bien dans le mystérieux génie du ballon, tombé du ciel, une figure du Sauveur, du Messie qu’on n’attendait plus, seule Grâce possible et capable de sauver ce microcosme abandonné de tous…

L’Histoire dans une histoire de Football

Comme dans les autres livres de l’auteur, on ne peut que saluer le talent narratif, la verve et la vigueur d’invention au service d’une profonde sympathie pour l’univers si ingrat de ces personnages presque tous disgraciés. Omniprésents, comique, burlesque et ironie servent toujours leur dignité sous les frustes et la misère, ainsi que leur volonté de vivre et leur sens de l’honneur, bien que résignés à leurs triste sort et faiblesse face à ce monde fait pour les piétiner. Le ballon de foot devient bouée de sauvetage, et le jeu métaphore de la vie, une véritable réussite poétique aussi drôle que soit l’image ; ainsi de cette déclaration d’un amoureux transi à sa belle : « tu es plus belle que le premier ballon de foot qu’on m’a offert quand j’étais gosse. Et ton parfum est le meilleur du monde : tu as l’odeur d’un but, lui dit-il en respirant son cou et en l’embrassant délicatement (p.133) ».

Emblématique de toutes les petites choses auxquelles la petite gent est réduite à se raccrocher, le match de foot concentre toutes les aspirations, énergies et rêves d’une communauté qui n’a pas droit à d’autres. A l’arrière-plan, ces grands événements que dont la dictature militaire, qui a bien contribué à faire du désert d’Atacama un lieu d’enfer et d’horreur pour ses opposants. Tel un spectre maléfique se profilant pour hanter le roman, d’obscures puissances économiques décident du destin du campement :
 
« à dire vrai, ces premiers temps de régime militaire étaient vécus dans notre campement dans un climat amorphe et assez nébuleux. Même si les soldats ne patrouillaient pas dans nos rues avec leurs mitraillettes, contrairement à ce qui se passait dans les grandes villes, on avait l’impression asphyxiante d’être surveillés jour et nuit, de vivre dans une prison ouverte. Au moment du coup d’Etat, aucun véritable drame ne s’était produit alors que des exécutions, des tortures, des disparitions avaient lieu dans d’autres salpêtrières. Ici, ils s’étaient contentés de serrer la vis aux trois ou quatre travailleurs susceptibles de créer des conflits, c’est-à-dire les fortes têtes du Syndicat, et à part les coups de feu d’intimidation tirés par les quatre carabiniers du campement, la vie avait suivi son cours presque normalement. Mais c’était ce presque qui nous perturbait, ce presque représentait une sorte de fil barbelé entourant le disque de l’horizon ou encore le viseur d’un fusil pointé sur notre nuque, toujours sur la nuque, qu’on soit de profil ou de face. (p.37) »…

François PROST

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°36 : 01.V.08

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
BOILEAU Pierre - NARCEJAC Thomas - Et mon tout est un homme LAFORET Carmen - Nada KAFKA Franz - Le Procès CONNELLY Michael - La Défense Lincoln BOLAÑO Roberto - Amuleto RIEL Jorn - La Faille
 
 
[14]   LITTERATURES / pays > HISPANO-LUSOPHONE > Chili   
 
  SEPULVEDA Luis - Un Nom de Torero  Roman 
19 : 01.V.05
SEPULVEDA Luis :
Un Nom de Torero
1 0
1 0
 

Un polar ramassé et bien conçu, dynamique et spirituel, qui explore les arcanes des missions secrètes depuis les guérilla latino-américaine à l'espionnage. Le butin est de retrouver des pièces d'or subtilisées peu avant la fin du IIIe Reich. Echanges musclés et exotisme garantis… »»»

 
  RIVERA LETELIER Hernán - Les Fleurs Noires de Santa Maria  Roman 
9 : 01.X.04
RIVERA LETELIER Hernán :
Les Fleurs Noires de Santa Maria
2 0
1 0
 

1907, nord du Chili : révoltés par leur exploitation éhontée, les grèves pacifiques des ouvriers du salpêtre aux mines de nitrates sont réprimées dans le sang. Un portrait poignant de ces fleurs noires, victimes d'un drame social dû à la cupidité des gringos et du gouvernement. »»»

 
 
RIVERA LETELIER Hernán - Mirage d’Amour avec Fanfare MAISON de l'AMERIQUE LATINE - Pablo Neruda en Noir et Blanc BOLAÑO Roberto - Amuleto SKARMETA Antonio - Neruda par Skarmeta EDWARDS Jorge - L'Origine du Monde SEPÚLVEDA ALVAREZ Claudio R. - NERUDA à 100 ans
 
 
[46]   MONDE SYNOPTIQUE > AMERIQUE LATINE > Littératures AL   
 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
  STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers  Roman 
1 : 01.VI.04
STUDART Heloneida :
Les Huit Cahiers
1 0
1 1
 

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain… »»»

 
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour CASTELLANOS MOYA Horacio - Le Dégoût SEPULVEDA Luis - Le Monde du Bout du Monde CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme SABINES Jaime - Les Poèmes du Piéton SEPULVEDA Luis - Un Nom de Torero
 
 
[13]   AMERIQUES > Chili > Littérature   
 
  DEL RIO DONOSO Luis - Directeur des Editions La Porte   Editeurs 
5 : 01.VIII.04
DEL RIO DONOSO Luis :
Directeur des Editions La Porte
 

Entretien. Luis del RIO-DONOSO dirige les Editions La Porte, sises à Paris et entièrement consacrées à l'édition de poètes hispanophones et francophones du monde entier. La maison édite plusieurs recueils par an, souvent bilingues, et sa revue La Porte des Poètes. »»»

 
  SEPULVEDA Luis - Un Nom de Torero  Roman 
19 : 01.V.05
SEPULVEDA Luis :
Un Nom de Torero
1 0
1 0
 

Un polar ramassé et bien conçu, dynamique et spirituel, qui explore les arcanes des missions secrètes depuis les guérilla latino-américaine à l'espionnage. Le butin est de retrouver des pièces d'or subtilisées peu avant la fin du IIIe Reich. Echanges musclés et exotisme garantis… »»»

 
 
PARRA Angel - Dos Palomitas et autres mélodies RIVERA LETELIER Hernán - Les Fleurs Noires de Santa Maria SKARMETA Antonio - Neruda par Skarmeta BOLAÑO Roberto - Amuleto MAISON de l'AMERIQUE LATINE - Pablo Neruda en Noir et Blanc SEPULVEDA Luis - Le Monde du Bout du Monde
 
 
[56]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Roman   
 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
CASTELLANOS MOYA Horacio - L'Homme en Arme CIARAN Carson - Le thé au trèfle MONTERROSO Augusto - Mouvement Perpétuel CONRADO Julio - C’était la Révolution MAZZANTINI Margaret - Ecoute-Moi BOLAÑO Roberto - Amuleto
 
 

     
Du même auteur
RIVERA LETELIER Hernán
 
RIVERA LETELIER Hernán - Mirage d’Amour avec FanfareRIVERA LETELIER Hernán - Les Fleurs Noires de Santa Maria
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
STADEN Hans - Nus, féroces et anthropophages
 
ROMAN :
nos préférés
 
SCARBOROUGH Dorothy - Le VentYOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours Lointains
COULSON Joseph - Le Déclin de la LuneGUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la Femme
LAXNESS Halldor Kiljan - La Saga des Fiers-à-BrasKLINGER Friedrich Maximilian - La Vie de Faust, ses Exploits & comment il fut précipité en Enfer
LAXNESS Halldor Kiljan - Gens IndépendantsDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
CHILI :
dernières entrées
 
KHATIBI Abdelkébir - Quatuor Poétique – Rilke, Goethe, Ekelof, LundkvistMIZON Luis - L’Oreiller d’Argile
MIZON Luis - Poèmes d’eau et de lumièreSKARMETA Antonio - Neruda par Skarmeta
SEPULVEDA Luis - Un Nom de ToreroNERUDA Pablo - J’avoue que j’ai vécu
MAISON de l'AMERIQUE LATINE - Pablo Neruda en Noir et BlancPARRA Angel - Dos Palomitas et autres mélodies
 
LITTERATURES AL :
dernières entrées
 
MIZON Luis - Poèmes d’eau et de lumièreBRYCE-ECHENIQUE Alfredo - Le Verger de mon Aimée
VASQUEZ Juan Gabriel - Les DénonciateursMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves
REZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rougeRAMOS Pablo - L’Origine de la Tristesse
STUDART Heloneida - Le BourreauGAMBOA Santiago - Les Captifs du Lys Blanc
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)