N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceDURAN COHEN Ilan
Quatre romans de l’existence
 
[31] Actes Sud
 
840 pages -
ISBN 10:
3
1 0
1 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Le réalisateur Ilan Duran Cohen est un homme d’images autant que de mots. Sa ‘tétralogie’ romanesque reprend les grandes thématiques qui structurent sa narration : destins individuels, structuration de l’identité, empathie… Plongée dans les lignes forces de cet écrivain.


DOSSIER :
Présentation : L’Universelle Confusion des Genres
Entretien : Ilan DURAN COHEN
Entretien : Pascal GREGGORY
Entretien : Cyrille THOUVENIN
Entretien commun : Ilan DURAN COHEN – Pascal GREGGORY – Cyrille THOUVENIN
Entretien : Valérie STROH
Chronique : Quatre romans de l’existence d’Ilan DURAN COHEN

Les classiques en seraient bouleversés : il n’y a pas d’unité d’action dans les romans d’Ilan Duran Cohen. Bien que différents, les quatre livres du réalisateur de La Confusion des genres ne reposent pas moins sur une même trame narrative et les mêmes obsessions littéraires de leur auteur. En onze ans entre 1997 et 2008, l’écrivain Ilan Duran Cohen a pensé et couché sur papier quatre histoires pour lesquels les adjectifs sont inadéquats pour bien les qualifier.


Chronique alicienne (1997)
Actes Sud, 238 pages
ISBN : 2-7427-1337-9

Chronique alicienne se base sur un pan de vie de l’auteur. On y suit un narrateur parti étudier le cinéma à New-York, qui reçoit sa sœur puis la voit repartir de la marmite américaine. Les amis cinéphiles, les rencontres de jeunes filles et de jeunes garçons en fleur, les ressorts de la communauté juive et le personnage de Brad qui brûle sa vie à la James Dean, tous structurent ce roman dont un des protagonistes n’est pas humain : New York.


Le Fils de la sardine (1999)
Actes Sud Babel, 182 pages
ISBN : 2-7427-3425-2

Dans Le Fils de la sardine, Hélène la narratrice, est ici esthéticienne et « femme de peu ». Par les hasards de la vie, elle se retrouve à vivre chez un de ses clients, Monsieur Blumenfeld, diamantaire dont le mignon, Simon, a encore une fois disparu. Elle se retrouve ainsi à vivre au rythme d’un couple d’homosexuels huppés, et à celui de Schlomo, un juif orthodoxe recueilli lui aussi dans l’appartement. Confessions, errances dans les rues de Paris la nuit, retour sur son enfance avec la visite aux parents ( de Simon, de Schlomo ) parcourent cette histoire en forme de choc des cultures.


Mon cas personnel (2002)
Actes Sud Babel, 206 pages
ISBN : 2-7427-4742-7

Dans Mon cas personnel, Alain Colang est un cadre terne d’une entreprise insipide, qui vit une histoire difficile avec Hervé, son DRH. Sa rencontre avec Nathalie instille l’instabilité dans sa vie : elle veut un enfant de lui, mais à la condition de signer par contrat qu’il ne le reconnaisse jamais. Ce malheureux en amour décide alors de monter une agence de séparation : « je n’ai pas ouvert une agence matrimoniale. Je n’ai jamais réussi à m’affirmer là où mon dégoût prospère […] J’ai donc ouvert un bureau des séparations ( pp. 62-63 ) ». L’auteur porte un regard lucide sur les amours d’aujourd’hui en rayant d’un trait l’image d’Epinal du ‘grand Amour’, pour le remplacer par des amours aussi particulières que différentes. Comme ses prédécesseurs, ce roman n’est pas brodé sur une trame unitaire, mais fait de personnages, de style, et d’obsessions littéraires de l’écrivain comme le sexe ou la judéité…


Face aux masses (2008)
Actes Sud, 222 pages
ISBN : 2-7427-7218-6

Enfin, Face aux masses se singularise par le fond, mais conserve la forme des autres : progression de l’histoire au gré des rencontres et envies des personnages. Jonquille, enfant d’une femme ayant vécu dans une communauté hippie, est l’employé d’un couple de frère et sœur, un indolent que Jonquille doit surveiller, alors qu’elle est patronne d’une florissante entreprise de marketing. Là quitte-t-on le monde des marges des trois premiers romans pour se confronter à celui de la société de consommation : l’agence de communication qui sert de cadre au roman n’est cependant pas prétexte à une critique du capitalisme, mais à l’étude inlassablement recommencée des destins individuels.

Le portrait ironique d’une communauté New-Age, comme peinture cynique de ceux qui s’adonnent corps et âme à leur entreprise, mène à la base de ce roman : la rencontre de deux mondes, le marketing et le Flower Power. Ilan Duran Cohen aime voir comment les communautés structurent une identité. Face aux masses, il s’intéresse à l’individu et à la manière dont il construit sa famille sociale et les relations familiales avec les personnes qu’il a choisies. En fait, il semblé passionné par les relations humaines qui dérangent, telles que la petite esthéticienne qui habite chez un de ses employés ou le jeune Jonquille qui ‘élève’ le frère quinquagénaire de sa patronne…


Des romans minimalistes

Les trames narratives des romans d’Ilan Duran Cohen sont aussi décousues que la vie. Il n’y a pas de véritable unité d’action, qui mène les personnages d’une situation initialement bouleversée vers un rééquilibre final. Ce sont plutôt des tranches de vie, sous forme de notations successives : on va au restaurant, on erre dans la rue à toute heure de la journée, on s’aime et on se quitte, on va en soirée et on en revient ivre, etc. L’auteur prend ses personnages à un moment et les laisse à un autre, sans plus de raison semble-t-il. Ses romans pourraient être comparés à des documentaires où les personnages sont saisis sur le vif, mais nulle neutralité, nul cynisme ou détachement ne supportent ce choix littéraire.

Au contraire, l’auteur aime les gens et aime ses personnages : ses romans sont des destins qui se rencontrent. Il aime se perdre dans les méandres de leur psychologie, leur histoire familiale, la construction de leur identité. Dans tous ses romans les personnages se confrontent à leurs parents et partent sur les traces de leur histoire familiale. Dans Chronique alicienne, le duo mère-fils s’impose comme un couple explosif. Dans Le Fils de la sardine, la mère du jeune Simon est aussi émouvante et aimante qu’intrigante. Dans Face aux masses, la mère du narrateur et les parents des employeurs sont des marionnettistes qui tirent les ficelles des difficultés de leurs enfants. Les romans d’Ilan Duran Cohen sont ainsi romantiques au premier sens du terme : ils s’intéressent aux personnages dans leur destinée personnelle, la narration étant prétexte à des digressions sur leurs portraits psychologiques. Leurs pensées et paroles sont souvent rapportées au discours indirect libre, sans guillemets ni séparation d’avec le récit, comme pour mieux fondre la psychologie à l’histoire proprement dite.


L’ultra-moderne solitude

Ces quatre romans reflètent l’incohérence, le caractère heurté de la vie. Les sentiments des personnages ( l’amour, le désespoir, la quête du bonheur, les fantasmes ) sont étudiés au risque de les confronter à la société contemporaine et à son regard, mais sans jugement ni regard critique : Ilan Duran Cohen aime se mouvoir dans les marges de la société pour mieux poser la question de qu’est-ce que la norme ? Un drogué, une épileuse sans domicile, un juif orthodoxe, une célibataire souhaitant faire un bébé toute seule : autant de portraits qui nous renvoient à notre propre condition. Ses livres se lisent ainsi comme des road-movies intimistes, avec des personnages toujours en mouvement. Certes, les romans où l’intimité prime doivent captiver le lecteur par des rebondissements au risque de l’emmener dans un sur-place narratif sclérosant. Dans ces romans donc, les considérations sur la psychologie sont aussi importantes que l’achat d’une machine espresso ( Mon cas personnel, p.11 ).

Mais si ses livres sont des reflets de la quotidienneté, ses personnages laissent transpercer un mode de vie que semble privilégier l’auteur. Comme Hélène et Schlomo dans Le Fils de la sardine, comme Brad dans Chronique alicienne, ils sont prêts à tout quitter pour recommencer à zéro, dans un autre lieu ou domaine. Ilan Duran Cohen aime ces personnages libres, et il en fait aisément le portrait : Jonquille, Alain Conlang semblent libres de toute attache et, en même temps, ces galeries de portraits amènent immanquablement à revenir à leur histoire familiale. Dans Face aux masses, la mère de Jonquille s’installe naturellement chez le patron de son fils : ces personnages n’ont donc pas de barrières qui les retiennent. Ce sont des êtres libres et de bonté ( aucune malice dans ses romans ), désabusés et en même temps vivants. En cela, ces quatre romans sont aussi existentialistes : dans tous une mort rappelle le destin de chacun, qu’il souffre ou soit heureux, qu’il se cherche ou se soit trouvé.


Identité, marges, bonheur

Flaubert disait que le plus grand ennemi de la littérature était la bourgeoisie. Ilan Duran Cohen cherche ses personnages aux marges de la société, de la psychologie, de la norme : l’exemple de Jonquille, garçon désœuvré dont la mère appartient à une communauté New Age est un exemple.

Chaque identité est faite de strates, l’auteur se concentrant sur deux d’entre elles : la religion et la sexualité. La judéité est ainsi très présente dans ses romans : dans Mon cas personnel, Alain Conlang écrit six articles sur sa méthode de rupture amoureuse, ses Tables de la Loi en six parties. Dans le même roman, les personnages s’en remettent à un rabbin guérisseur pour savoir où aller face à leur désarroi. Dans Chronique alicienne, le narrateur et sa sœur voient leur vie conditionnée par leur religion : « elle me demande si je crois que notre vie est conditionnée par le fait qu’on soit juif […] Elle pense que le nœud de tous nos problèmes résulte de notre appartenance au peuple élu (p.40) ». Face à la maladie psychologique ou aux difficultés de la vie, leur père conseille de s’en remettre à la religion : « quand les juifs se font massacrer, c’est qu’ils renient avec passion leur identité […] Il me dit qu’il a eu honte toute sa vie d’être juif. Honte ; pourquoi, il ne sait pas. Il avait honte […] Fais les choses par crainte, l’amour de Dieu viendra plus tard (p.217) ».

La sexualité est aussi présente ; selon le mot de Freud que tout était sexuel, les quatre romans posent les questions de l’homosexualité et des pratiques sexuelles, sans être nécessairement associées à des sentiments. Dans Face aux masses, le ‘patron’ s’amuse à enchaîner une de ses partenaires et à la laisser ainsi jusqu’à l’arrivée de Jonquille, le protagoniste ; est-ce métaphore de l’enchaînement de chacun ? La question de l’homosexualité est omniprésente dans le petit monde du cinéma côtoyé par le héros de Chronique alicienne : les jeunes gens s’amusent, boivent et baisent jusqu’à plus soif. Et le personnage sombre et désabusé de Brad émerge, au milieu d’eux, atteint par le virus comme victime expiatoire.


A la recherche de soi

Il faut dire que la quête d’identité est une constante de ces quatre romans.
Face à la difficulté de la vie, chacun se débat dans le bocal qui lui est assigné, et des lueurs de solidarité étincellent quand deux personnes comprennent que chacune se débat comme elle peut et qu’elle peut apprendre de l’autre. Dans Le Fils de la sardine, Hélène l’épileuse raconte à sa collègue Fanny ses problèmes : « Fanny m’a donné des conseils pour être heureuse. Je dois sortir de ma coquille, j’ai l’air tristounette, pas épanouie, il faut que je me trouve un mec et que je baise, il n’y a que ça (p.10) ». Puis elle cherche à se glisser dans la peau des autres, comme tant d’entre nous ont essayé de le faire : « je vais marcher, je fais les galeries des Champs-Elysées, il y a du monde, des touristes, ça me donne l’impression de voyager. Des fois, je me mets à suivre des inconnus dans la rue […] J’imagine leur vie, toujours moins merdique que la mienne (p.21) ».

L’identité d’un être se construit par strates : religieux, sexualisé, social ou familial, et l’être humain est tout cela à la fois. Chez Ilan Duran Cohen, le personnage a conscience de ces cercles concentriques qui le structurent, de ses faiblesses et de ses forces. Les héros de ces quatre romans sont désœuvrés et désorientés, parfois paumés même, mais ils cachent tous une volonté de plénitude : « je lui dis qu’un jour ou l’autre, il faudra qu’on arrête tous d’être déprimés ( Chronique alicienne, p.41 ) ».

Etrangement, la figure du psy n’est pas aussi présente, à peine apparaît-il dans Face aux masses quand Faye, la patronne, a « sorti les mots coûteux qui étaient censés lui sauver la vie (p.39) », selon la formule vécue par quiconque a suivi une psychanalyse. L’auteur aime aussi analyser les relations ‘familiales’ et indéfectibles qu’on se crée hors du cadre de la famille qui est, elle, imposée : dans Face aux masses, Jonquille crée ainsi une relation de fils avec ses patrons ; dans Le Fils de la Sardine, Hélène a une relation de sœur avec Monsieur Blumenfeld, etc.

Mais c’est dans Face aux masses que la question de l’individualité est posée sous l’angle le plus rugueux : comment avoir pleinement conscience de son être quand on vit dans une société de l’avoir ? La société de marketing du frère et de la sœur démontre l’emprise qu’a cette société de consommation sur chacun, et ramène la liberté de Jonquille à ce face-à-face avec le diktat de l’hyperconsommation. Ainsi, c’est le frère de la patronne, décalé et marginal, qui affirme au jeune Jonquille : « un jour, décrète-t-il solennellement, en scrutant les pubs à la télé qu’il compare à des bactéries dangereuses, toutes ces agences qui sondent l’homme et le manipulent pour un banal acte d’achat seront traduites devant une cour internationale de justice […] Tu appartiens à la génération du suicide (p.20) ». Ce sont bien deux mondes qui se rencontrent : la peur du fascisme du capitalisme triomphant et l’esprit de mai 68.

C’est peut-être dans ce roman que les aphorismes que l’auteur semble affectionner sont les plus noirs. Les considérations noires et lucides sont souvent proférées par le frère de la patronne, comme si c’était le fou qui devait dire la vérité : « la quête de la vérité à tout prix est une maladie moderne (p.76) », ou par quelque obscur professeur : « un jour, il n’y aura plus de frontières ni de nationalités. Juste des communautés d’intérêts divers (p.103) ».


Un style par monts et par vaux

Et il y a le style. Ilan Duran Cohen affectionne un style mêlant écrit et oral, phrases courtes et narration à la première personne du singulier, sans conjonctions de coordination, pas loin de la pensée chaotique en mouvement. Aussi trouve-t-on de nombreux discours indirect libres mêlant la parole du personnage au récit lui-même. La raison en est évidente : l’auteur veut rendre le foisonnement de ses narrations dans la forme-même de son récit, la multiplication des directions, la succession syncopée des épisodes de la vie de ses personnages dans la forme de ses phrases. Il aime s’arrêter sur le pouvoir des mots comme cette étude, dans Le Fils de la sardine, du mot « fatigué » : « à la maison, on utilise toujours ce mot, fatigué, pour dire que quelqu’un est malade […] Epuisé veut vraiment dire fatigué (p.134) ». Il aime aussi les formules qui claquent à l’oreille et à l’entendement du lecteur : « c’est quand même écœurant, cette prédisposition humaine à se regrouper absolument ( Face aux masses, p.148 ) ».

Le style oral, les phrases nominales, les ruptures de constructions grammaticales permettent, en leur sein, une flexibilité de la narration. Ils servent les retours en arrière que font les personnages sur leur vie. Ces quatre romans n’ont pas de construction linéaire. Ils appartiennent à ce mouvement de la littérature française qui refuse l’illusion mimétique du roman balzacien où une histoire semble se dérouler devant nos yeux, avec un début identifié, un milieu avec péripéties, une fin avec un nouvel équilibre. Mais, et c’est un des leitmotive de ces quatre romans, chaque récit se clôt sur une mort. De manière absurde, logique, cruelle, la mort fait partie de la vie. Comme chaque existence, ces romans ont un début et une fin assurés. Entre les deux, tout n’est que chaos, indécision, retours et avancées. Avec ses quatre livres, Ilan Duran Cohen a su mettre en huit cents pages l’essence de l’existence.

Retour au début du Dossier »»»

Olivier STROH

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°46 : 01.III.12

* * *

[56]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Roman   
 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
BELLATIN Mario - Le Jardin de la dame Murakami TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour MONTERROSO Augusto - Le Mot Magique MARTINSON Harry - La Société des Vagabonds SEPULVEDA Luis - Le Monde du Bout du Monde EDWARDS Jorge - L'Origine du Monde
 
 
[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
SAND George - Légendes Rustiques SAND George - Nouvelles Lettres d’un Voyageur MAUGENEST Thierry - Manuscrit ms 408 CORRE Danièle - Enigme du Sol et du Corps QUIGNARD Pascal - La Frontière STROH Olivier - De l’Influence en Littérature
 
 
[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
SANCHEZ-PINOL Albert - Pandore au Congo BOOGAARD Oscar van den - Pollen GUICHENEY Pierre - On se meurt Apprenti STUDART Heloneida - Le Bourreau TREMAIN Rose - La Couleur des Rêves HAMDI Nora - Des Poupées et des Anges
 
 

     
Du même auteur
DURAN COHEN Ilan
 
DURAN COHEN Ilan - Le cinéaste de la confusion
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
DE POLI Aldo - BibliothèquesYOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours Lointains
LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes
 
ROMAN :
nos préférés
 
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
SEIERSTAD Asne - Le Libraire de KaboulSTUDART Heloneida - Les Huit Cahiers
GUILLEBON Swann de - Farang
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
BRYCE-ECHENIQUE Alfredo - Le Verger de mon AiméeVASQUEZ Juan Gabriel - Les Dénonciateurs
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeLEBOUCHER Sébastien - La Dame à la Fontaine
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourGEIGER Arno - Le vieux Roi en son Exil
NOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-BasSANSAL Boualem - Le village de l’Allemand
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)