N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
NASSIB Sélim - Un Amant en Palestine	NASSIB Sélim
Un Amant en Palestine
 
[6] Robert Laffont
 
225 pages - 19 €
ISBN 10: 2-221-09358-5
2
1 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Entre 1925 et 1948, la vie et les amours d'Albert Pharaon, banquier, dont une relation avec Golda Meir, sioniste et future premier ministre d'Israël. En toile de fond, les premières déchirures entre Juifs et Arabes…

En 1928, le cosmopolitisme semble de mise en Palestine : « d'autres couples se promènent dans les allées, enlacés, mais aussi des bandes d'adolescents, des familles nombreuses, des ouvriers, des intellectuels. La musique et les slogans les unissent dans un même sentiment d'appartenance, on les entend parler les langues du monde entier. 'Etre juif ne les distingue plus, pense Morris, puisqu'ils le sont tous. Pour se présenter, ils sont obligés de se dire yéménites, polonais, ukrainiens, russes, lithuaniens, allemands, syriens… La Palestine leur a permis de réaliser un fantasme aussi profond qu'inavoué : ne plus être juif ! (pp.46-47) ».

C'était avant que l'immigration, conforme à la promesse formulée en 1917 par le ministre britannique des affaires étrangères James Balfour, 'confortée' ensuite par l'holocauste, n'assoie le pouvoir des Juifs en Israël au détriment des Arabes de Palestine.

Golda Meir, jeune

Le préambule termine ainsi : « Golda aimait les hommes, mais ses amants étaient juifs, tout comme son monde, elle n'en connaissait pas d'autres. Sauf pour une nuit, peut-être, avec le roi Abdallah de Transjordanie (p.11) ». Et cela résume sa trajectoire politique autant que l'esprit du roman : son parti privilégiera systématiquement la prééminence sioniste en Palestine, sans égard envers la population palestinienne, comme l'illustrent de multiples répliques, comme celle-ci : « nous ne sommes pas des étrangers dans ce pays mais les descendants de ceux qui en étaient maîtres dans le passé. Nous revenons nous y installer et c'est comme si nous y étions nés ! (p.52) ».

Mais le livre décrit aussi une femme jeune, mère de surcroît, mais que l'engagement politique oblige à confier ses enfants à des tiers. Originaire de Kiev, où elle connut les pogroms, Golda Meir, après un bref détour par Milwaukee aux Etats-Unis, est venue en Palestine dans l'espoir de trouver une vie meilleure… Et la vie ne lui fut pas facile : « pendant toutes ces années, David, je te jure, j'ai tout essayé, vraiment essayé. Je me suis efforcée de soigner et d'aimer Morris comme il le mérite, je lui ai donné deux enfants, j'ai couru du matin au soir, tenu la maison, travaillé dur… Je n'y arrivais pas, personne n'y arrive, la misère est telle, mais c'est mon devoir, bonne mère, bonne épouse, un effort acharné, quatre ans durant ! Je suis devenue experte en pauvreté, ça ne nous a pas empêchés d'êtres affamés. Un jour, je me souviens d'avoir pleuré uniquement parce que nous n'avions plus d'argent pour acheter du pétrole à brûler. Tu t'imagines ? […] C'est ça être sioniste, non ? dit-elle avec un pauvre sourire. venir en Palestine, être content simplement d'y être et, oui, souffrir… J'ai laissé passer les semaines les unes après les autres. Je pensais que je m'habituais, que je finirais par m'habituer (p.58) ».

Albert Pharaon, banquier

Le nom ne s'invente pas, l'auteur en jouera d'ailleurs un peu avec l'histoire biblique en rappelant ce pharaon du Nouvel Empire qui accueillit les juifs en errance… Albert Pharaon, banquier de son état, est le personnage central du livre autour duquel gravitent toutes les scènes, ou presque. Lors d'une réunion mondaine, où les deux protagonistes se rencontrent pour la première fois, les propos du sioniste Remez l'amène à poursuivre ainsi :

« - Je ne vous prêterai pas d'argent, dit Albert d'un ton calme et sûr, pas plus que je ne vous vendrai un seul dounom de mes terres.
- Pourquoi ? demande vivement Golda.
- Parce que je suis opposé par principe à une entreprise visant à développer la seule société juive en Palestine […] je suis prêt à mettre une livre sterling sur la table chaque fois que vous en mettrez une, à condition que ce soit pour financer un projet de développement bénéfique à la fois aux Juifs et aux Arabes (pp.91-92) ».

Mais Albert n'est pas un Arabe hostile à l'immigration juive, il y reconnaît même quelques mérites, en sus du charme que Golda exerce sur lui, comme en témoigne cette belle métaphore : « vous allez nous jeter dans la modernité comme des homards dans l'eau bouillante (p.99) ».

Les Amours de Pharaon

Mais le roman ne traite pas de ses activités professionnelles. Ce n'est qu'une information pour le situer, puisque Albert, grand amoureux devant l'Eternel, entretient des sentiments pour sa nièce, que la mère précipite dans les bras d'un riche Egyptien en échange d'un très généreux renflouement des finances familiales… S'ensuit alors entre eux deux une altercation qui en fait un moment fort du roman. Puis Golda traverse son chemin, laquelle ne pose les yeux sur Albert que parce que son visage et sa démarche lui rappellent un amour d'enfance… Mais la passion naît, en dépit des convenances et à l'insu du public, sans empêcher la rumeur…

Or Golda est d'abord mariée à sa cause, et ne supporte pas qu'Albert défende les siens, au point de s'en irriter telle une bête fauve… Suite au massacre des juifs d'Hébron en 1929, et devant son intransigeance, celui-ci explique : « tu ne connais pas la société palestinienne, murmure-t-il. Elle est pauvre, aux trois quarts analphabète. Elle ne comprend rien à ce qui lui arrive. Ses terres sont achetées et ses paysans transformés en fantômes hantent les rues de Haïfa et d'ailleurs. Elle ne sait même plus à qui se plaindre ni à qui s'en prendre. Pendant dix ans, les Palestiniens ont fait confiance à leurs dirigeants sans réaliser qu'ils étaient impuissants ou complices. Et quand ils l'ont compris, certains sont devenus fous et ont répondu sauvagement à cette violence insaisissable qui leur était faite. C'est horrible. Mais vous êtes sur cette terre, parmi ces gens. Vous n'avez pas le choix. Vous êtes obligés de vivre avec nous (pp.147-148) ».

Et même si le couple évite de trop parler de politique, l'engagement de Golda dans le projet de création d'un état juif a raison de leur relation, subrepticement, mais non moins sûrement : « Golda prend le bateau demain matin pour New York. Elle vient cette nuit à Haïfa pour assister à un concert, chez lui, au milieu de son monde, et elle lui a demandé de ne pas s'y montrer. Il a accepté. Il réalise à quel point c'est violent : elle l'a rendu complice de sa disparition (p.163) ».

Premières Echauffourées

La rupture consommée, le hasard voudra qu'il rencontre une autre juive, Ada, dont la passion, bien qu'éphémère, sera d'une grande intensité. Les années passant, Golda n'a pas oublié son ancien amant, mais elle ne le lui fait savoir que par une unique mise en garde contre les séides sionistes qui s'apprêtent à évacuer le tiers de la Palestine à leur seul bénéfice, dont Haïfa où habite Albert. Or les premières rixes ont déjà eu lieu, à Hébron justement en 1929, dont Albert fut témoin sans y prendre part, mais où il sentit « le moment du basculement, quand la foule a commencé à comprendre que tout ce qui est interdit, meurtres, viols, pillages, va devenir possible pour un instant (p.143) »… D'ailleurs, avec le partage de la Palestine annoncé en 1936, la ségrégation et les premières évacuations forcées commencent sous les tirs des milices sionistes. Dans l'une d'elles, même les soldats britanniques se prêtent au jeu :

« - De quel côté êtes-vous ?
Un jeune militaire britannique lui pose agressivement la question. Albert ne comprend pas bien, il hésite.
- Vous êtes juif ?
- Non.
- Alors de l'autre côté de la barrière !
Albert contemple la jeunesse de l'Anglais, son arrogance inutile, son ignorance (p.170) »,

même si, dans l'ensemble, ces jeunes soldats ne savent trop que faire : « certains gardent leur dignité mais la plupart des fuyards craquent, bousculent, frappent, piétinent leurs voisins pour essayer en vain de passer. Des soldats britanniques sont stationnés de part et d'autre de la rue. Ils ont l'air éprouvés. Personne ne leur a dit s'il fallait pousser les gens à partir ou a rester. En l'absence d'instructions, ils montrent simplement ce qu'est devenu l'Empire Britannique au terme de son mandat en Palestine : inutile et désemparé (p.213) »…

Nicolas VAILLANT

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°9 : 01.X.04

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
RIEL Jorn - La Faille GOMBERT Denis & Jean-François - Le Dernier des Monterazzi SWAIN James - Le Sens de l'Arnaque INDRIDASON Arnaldur - La Cité des Jarres DISLAIRE Thierry-Frantz - Passim, le Voyageur des Sables BEVILACQUA Alberto - La Pâque Rouge
 
 
[6]   MONDE SYNOPTIQUE > MOYEN ORIENT / MAGHREB > Liban / Israël / Palestine   
 
  NAIM Yael - Va à la Rivière  Pop-Rock 
42 : 29.I.11
NAIM Yael :
Va à la Rivière
0 0
0 0
 

Superbe chanson d’inspiration féminine, qui exhorte à suivre le cours de la vie ( go go ) et à l’écoute de soi, symbolisée ici par la rivière, puissant courant interne ( récurrence des termes inside et you know ) qu’un Hermann Hesse par exemple développa si bien dans Siddhartha»»»

 
  BOYARIN Daniel - La Partition du Judaïsme et du Christianisme  Chrétienté 
44 : 16.XI.11
BOYARIN Daniel :
La Partition du Judaïsme et du Christianisme
4 0
2 0
 

Aux quatre premiers siècles, judaïsme et christianisme eurent des trajectoires parallèles, mais s’influencèrent jusqu’à élaborer chacune une orthodoxie religieuse. Des deux côtés, les promoteurs de l’orthodoxie inventèrent le concept d’hérésie pour discréditer quiconque s’en écartait. »»»

 
 
LALOU Frank - Les Lettres Hébraïques  - Notules sur le monde arabe KHADRA Yasmina - L'Attentat HADDAD Hubert - Palestine
 
 
[2]

  LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > Liban

   
 
  MAALOUF Amin - Origines  Roman 
1 : 01.VI.04
MAALOUF Amin :
Origines
2 0
1 0
 

Dans ce onzième titre et huitième roman, Amin Maalouf livre en longueur un épisode de la vie de sa famille. Avec précision, il emmène le lecteur dans un voyage au centre des origines. Exploration généalogique en mode poétique. »»»

 
  MAALOUF Amin - Adriana Mater  Récit 
25 : 00..00
MAALOUF Amin :
Adriana Mater
1 0
0 0
 

Livret de l'Opéra éponyme, composé par la Finnoise Kaija Saariaho et créé à l'Opéra Bastille le 30 mars 2006. Vieille histoire des viols par temps de guerre, avec ici les retrouvailles dix-sept ans plus tard du fils et du père, émaillées de quelques belles réparties. »»»

 
 
 
[3]   LITTERATURES / pays > ARABE - HEBREU > Liban   
 
  MAALOUF Amin - Origines  Roman 
1 : 01.VI.04
MAALOUF Amin :
Origines
2 0
1 0
 

Dans ce onzième titre et huitième roman, Amin Maalouf livre en longueur un épisode de la vie de sa famille. Avec précision, il emmène le lecteur dans un voyage au centre des origines. Exploration généalogique en mode poétique. »»»

 
  BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric - Semer l’Amour sur les Ruines  Littérature 
39 : 15.IX.09
BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric :
Semer l’Amour sur les Ruines
 

Des gravats de Beyrouth, tourmenté par le spectre de la guerre et les imprécations des groupes politico-religieux, émerge une littérature féminine qui déploie sur le Liban un linceul protecteur : Yasmina Char, Racha Al-Ameer et Darina-Al Joundi ont été traduites en français. »»»

 
 
MAALOUF Amin - Adriana Mater
 
 
[20]   MONDE SYNOPTIQUE > MOYEN ORIENT / MAGHREB > Littérature   
 
  al WASHSHA - Le Livre de Brocart  Arabe Classique 
5 : 01.VIII.04
al WASHSHA :
Le Livre de Brocart
2 0
3 0
 

Rédigé à Bagdad au Xe siècle, ce livre est une collection d'aphorismes et pensées savoureuses d'auteurs que le rédacteur avait en haute estime. Commentés et classés par thèmes, on y trouve la sagesse du savoir-vivre, l'amitié, l'amour, les us et coutumes… A recommander. »»»

 
  AL-MASRI Maram - Cerise rouge sur un carrelage blanc  Poésie 
21 : 21.VI.05
AL-MASRI Maram :
Cerise rouge sur un carrelage blanc
0 0
2 1
 

Une centaine de poèmes intimement liés aux amours, aux rêves de la femme attendant l’homme qui la comprendra, aux désillusions de la vie, et à la fuite des années solitaires. Avec des mots simples, ces vers sincères expriment le désarroi sensible d’une âme profonde. »»»

 
 
BOUHLAL Siham - René Khawam ou la passion de traduire MEFTI Bachir - Le Témoin des Ténèbres LARTANE Amid - L’Envol du Faucon vert ACEVAL Nora - Contes Libertins du Maghreb BOUHLAL Siham - Corps lumière KUSHÂJIM - L’Art du Commensal
 
 
[3]   THEMATIQUES > CONFLITS & GUERRES > Conflit israélo-palestinen   
 
  SEGEV Arieh - Le prisonnier du Kippour  Témoignage 
47 : 19.VII.12
SEGEV Arieh :
Le prisonnier du Kippour
2 0
2 0
 

Depuis 1948 et la création d’Israël, les conflits israelo-palestiniens sont fréquents, dont la Guerre du Kippour en 1973. L’auteur relate sa captivité, son retour en Israël et le traitement des prisonniers par les militaires et politiques israéliens. Témoignage poignant et d’une grande objectivité. »»»

 
  HADDAD Hubert - Palestine  Roman 
35 : 26.IX.07
HADDAD Hubert :
Palestine
1 0
1 1
 

Palestine ou l’histoire d’un soldat israélien plongé dans la réalité palestinienne des territoires occupés. Hubert Haddad, un auteur qui plonge son crayon dans l’encre noire de la guerre en Terre sainte. Quand la littérature dévoile la vérité et se place d’un seul côté : celui de la vie. »»»

 
 
KHADRA Yasmina - L'Attentat
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
JIN Xing - Rien n'arrive par hasard
 
ROMAN :
nos préférés
 
SCARBOROUGH Dorothy - Le VentGUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la Femme
EMECHETA Buchi - La Cité de la DècheBENGTSSON Frans Gunnar - Orm le Rouge T.1-2
LE ROY Philip - Le Dernier TestamentNESBO Jo - Rue Sans-Souci
LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les FemmesTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
LIBAN / ISRAEL / PALESTINE :
dernières entrées
 
BOYARIN Daniel - La Partition du Judaïsme et du ChristianismeNAIM Yael - Va à la Rivière
 - Notules sur le monde arabeLALOU Frank - Les Lettres Hébraïques
HADDAD Hubert - PalestineKHADRA Yasmina - L'Attentat
 
LIBAN :
dernières entrées
 
MAALOUF Amin - OriginesMAALOUF Amin - Adriana Mater
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)