N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
GIDDENS Anthony - La Transformation de l'IntimitéGIDDENS Anthony
La Transformation de l'Intimité
Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes
Titre original : The Transformation of Intimacy
[2] Rouergue (Le)
 
271 pages - 25 €
ISBN 10: 2-84156-565-3
3
2 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

En Occident, les rapports à la sexualité et au commerce intime ont bien changé en un siècle. Vue d'ensemble et essai d'explication sur les bases de l'œuvre de Foucault, de Freud, de la psychanalyse, et de nombreuses études aux USA. Une référence en sociologie occidentale.

Propos et Limites de l'Ouvrage

Il ne s'agit pas que d'une simple évolution des comportements de cour ou de l'acceptation de la sexualité d'autrui, femmes notamment : « les femmes comme les hommes attendent à présent bien plus du mariage sur le plan sexuel que les générations antérieures n'avaient coutume de le faire. Les femmes, en particulier, comptent bien recevoir aussi bien que donner du plaisir sexuel, et nombre d'entre elles voient en une vie sexuelle épanouie une condition absolument essentiellement d'un mariage réussi (p.23) ». D'ailleurs, « le sexe n'a strictement rien de clandestin au sein de la civilisation moderne. Tout au contraire, c'est un sujet dont on discute en permanence et qu'on ne cesse de scruter (p.31) ».

En effet, cela s'accompagne d'une transformation profonde de l'intimité, comme le résume bien le titre : elle est désormais réclamée et défendue par hommes et femmes, alors qu'elle avait peu de place voici quelque temps encore. Et les conséquences en sont profondes : « l'intimité entraîne une démocratisation massive du domaine interpersonnel, pleinement compatible avec la démocratie qui prévaut dans la sphère publique […] il n'est pas exclu que la transformation de l'intimité ait une influence subversive sur les institutions modernes dans leur ensemble. Car un monde social dans lequel l'épanouissement émotionnel viendrait se substituer à la maximalisation de la croissance économique serait infiniment différent de celui que nous connaissons aujourd'hui (p.11) »

Le livre d'Anthony Giddens, sociologue et ancien directeur de la LSE ( London School of Economics, équivalent de Sciences-Po ), expose ainsi ces changements en en rappelant l'historique et les nombreuses études effectuées en ce sens. Comme ouvrage de sociologie, il semble assez complet et constitue une référence comme en témoignent les nombreuses citations plus bas. En revanche, comme nous le verrons, le texte est exclusivement centré sur l'Occident et ignore presque tout des développements et réponses apportés par l'éthologie et la sociobiologie, plus à même d'expliquer et relativiser ces idées et observations largement répandues. Enfin, l'auteur semble conférer une importance démesurée au phallus dans l'explication du phénomène amoureux, sans doute un signe de la compartimentation étanche entre sciences et 'sciences' sociales…

Comparaisons à l'Histoire

L'auteur reprend le cliché judéo-chrétien d'une sexualité normative vouée à la procréation, ce qui certes est toujours l'objet visé par l'évolution. Il insiste même que « la plupart des civilisations semblent avoir forgé des histoires et des mythes ayant pour but premier de faire savoir à ceux qui se hasarderaient à nouer des liens permanents à travers l'amour passionné que leur tentative était d'emblée vouée à l'échec (p.54) », en raison des ravages et troubles que cause la passion, notamment chez les jeunes. C'est vrai, le réveil hormonal a un effet comparable à l'adrénaline « aux yeux de l'amoureux passionné, le monde dans son entier apparaît soudain comme neuf [et] l'amour passion provoque des bouleversements considérables (p.53) »…

Simplement, en Occident, les cultures grecque et latines accordaient déjà plus de licence aux transports sexuels et amoureux, comme en témoignent leurs arts et littérature, même si on restait plus sourcilleux sur les libertés féminines, constante que Giddens n'explique pas alors que la science a d'excellents éléments de réponse. Mais les femmes ont toujours d'autres armes, comme jadis : « l'homme a la haute main sur la personnalité et la conduite de son épouse, tandis qu'elle a la haute main sur ses inclinations à lui : lui gouverne par la loi, elle par la persuasion (…) L'empire exercé par la femme est un empire de douceur (…) ce sont les caresses, ses menaces des larmes (p.59) ».

C'est aussi oublier la légèreté de mœurs relevée par les premiers voyageurs en Polynésie, l'impact du Kama Sutra et apparentés, sans parler des exquises miniatures érotiques d'Inde ou de Perse… Même au Japon et en Chine, où l'amour s'exprime encore derrière les rideaux, l'abondante littérature érotique et la diversité ancienne des accessoires suffisent à revoir la généralisation à laquelle prétend le titre. Mieux, et concernant l'intimité et le pouvoir des femmes, l'omniprésence des sociétés matriarcales au Néolithique invite à elle seule à beaucoup de prudence…

La Transformation de l'Occident

Quoi qu'il en soit, des changements sont notables en Occident. Avec la limitation drastique du nombre d'enfants, « l'immense majorité des femmes eut en effet la possibilité de dissocier [la sexualité] de l'enchaînement fatal et monotone des grossesses et des accouchements (p.40) ». A ce phénomène majeur, il faut adjoindre « la conquête, par les femmes, de leur autonomie sexuelle (p.42) », au point que « pour nombre d'entre elles, la première expérience sexuelle fait ainsi figure de véritable test quant à leur capacité de connaître ou non par la suite une relation romantique (p.68) […] à la fin de leur adolescence, la majorité des jeunes filles ont connu des histoires d'amour malheureuses et savent parfaitement que les romances ne sauraient désormais plus avoir la moindre importance (p.69) »…

Mais il y a aussi « l'extraordinaire épanouissement de l'homosexualité, masculine comme féminine (p.42) […] les lesbiennes font bel et bien voler en éclats le stéréotype voulant que les femmes sont naturellement monogames (p.174) […] alors que la majorité des femmes hétérosexuelles prennent bien soin de dissimuler leurs aventures extra-conjugales, parmi les lesbiennes, en revanche, les activités sexuelles non monogames auxquelles se livre l'une des deux partenaires sont en général parfaitement connues de l'autre et reçoivent sa pleine approbation (p.175) ». Le phénomène est d'ailleurs général : « un très grand nombre d'hommes, ainsi qu'un pourcentage non négligeable de femmes, ont eu des expériences homosexuelles à un moment donné de leur vie (p.24) »

De la Virginité

« Pratiquement, aucune adolescente ne parle de 'se préserver' en prévision de fiançailles ou d'un futur mariage (p.20) », alors que « depuis des temps immémoriaux, et aujourd'hui encore, 'la perte de virginité' constitue une expression quasi-contradictoire lorsqu'on l'applique à un garçon. Pour ce dernier, la première expérience sexuelle représente un effet un gain, une victoire, une conquête […] les filles, au contraire, continuent à voir dans leur virginité quelque chose qu'elles sont vouées à abandonner un jour ou l'autre (p.67) ».

Cela tient beaucoup de la pression religieuse des trois religions monothéistes ( mais pas seulement ), que la psychanalyse a repris avec l'attention du manque de phallus chez la femme. Or celle-ci n'est en rien inférieure à l'homme sur le plan anatomique et biologique, elle a tout pour pérenniser l'espèce, finalement le seul enjeu valable au regard de l'évolution, pour peu qu'elle s'arrange d'être honorée l'espace de quelques instants. L'homme de son côté est même une femme spécialisée, génétiquement parlant en ce sens que la testostérone inhibe l'expression par défaut des gènes ( dits féminins, mais en fait humains tout simplement ), comme entre les fourmis ouvrières et fourmis guerrières, et comme chez presque toutes les espèces animales ! Dans la recherche sur nous-mêmes, sans nier des apports notables de la psychanalyse, celle-ci accuse clairement des retards sur la science, avec des arguments tournant à vide dans un cadre conceptuel totalement étranger à la génétique évolutive.

Certes, les appréciations sur les comportements des hommes et des femmes, inter ou intra- genres, diffèrent selon le sexe, sans doute en raison du double souci inconscient du mâle de s'assurer la paternité du futur enfant et de prendre femme aussi jeune que possible pour maximiser le nombre de ses descendants ; l'hymen non perforé en est un excellent indice, quoique pas infaillible.

Différences Garçons - Filles

Il reste que ces différences comportementales se traduisent aussi dans les perceptions et sentiments différents entre filles et garçons. « A la fin des années 1980, Sharon Thompson mena une enquête sur les attitudes, les valeurs et les comportements sexuels de cent cinquante adolescents sexuels américains provenant des origines sociales et ethniques les plus variées. A cette occasion, elle constata des différences fondamentales entre les réponses des filles et la manière dont les garçons parlèrent du sexe ( puisqu'ils n'évoquaient que très rarement l'amour ) tout au long des interminables entretiens qu'elle eut pour eux. Ils se révélèrent en effet systématiquement incapables de parler du sexe sous une forme narrative, dans la perspective d'un amour envisagé comme possible […] en revanche, presque toutes les filles […] furent en mesure d'élaborer, sans avoir guère besoin d'y être encouragées, de très longs récits 'tous imprégnés des découvertes, des angoisses et des joies accompagnant les relations intimes (p.65) ».

Les raisons sont elles aussi connues : pour les filles, « elles étaient le résultat des multiples heures que les adolescentes passent à discuter entre elles, au cours desquelles elles parlent ouvertement de leurs sentiments ainsi que de leurs attentes, et tentent de leur donner forme (p.65) », et malgré les griffes que les femmes se font souvent entre elles, ce sont elles qui renforcent les liens sociaux et abaissent le degré d'agressivité des hommes. Car les hommes, fidèles à une image de macho et sans doute plus pour des raisons éthologiques que le livre n'aborde pas, « tendent à nouer des relations de fixation avec des personnes auxquelles ils se sentent profondément attachés, mais ou bien ils se montrent incapables de déchiffrer cet attachement, ou bien ils le dénient activement (p.114) ».

Et pour ce faire, les femmes parlent beaucoup entre elles, mais moins que les hommes n'aiment à le penser… Or ils taisent souvent leurs questionnements relationnels au point que « la quasi-totalité des femmes hétérosexuelles interrogées par Hite déclarèrent désirer ardemment 'plus de proximité verbale' avec leurs maris, la plupart d'entre elles témoignèrent rencontrer des résistances les plus acharnées ou se voir confrontées à un éloignement émotionnel de la part de leurs conjoints dès l'instant où elles tentaient d'instaurer une communication plus intime avec ces derniers. Les femmes sont au plus haut point désespérées par les infidélités répétées de leurs partenaires, même si un pourcentage non moins important d'entre elles entretiennent également des liaisons extraconjugales (p.183) ». Normal, le sex-ratio des adultes nubiles étant ce qu'il est, 1:1, et qu'il faut être deux au moins pour convoler jusqu'à nouvel ordre, il vient que les femmes 'trompent' autant que les hommes. Et le fait qu'elles s'en plaignent davantage, montre qu'elles pensent à ça plus que les hommes…

Et « il n'est pas rare qu'une aversion pour tout engagement chez un homme ait pour effet d'accroître considérablement à la fois son charme et le défi qu'il représente aux yeux des femmes (p.191) », ce qui tient sans doute du défi lancé par un comportement dominant… Or le fait est qu'on ne cesse de parler des hommes désemparés devant l'égalité désormais accordée à (presque) l'ensemble de ce qui fut leurs prérogatives, au point qu'une « grande part de la violence masculine provient à présent de sentiments d'insécurité et d'échec plutôt que d'une perpétuation sans encombre de la domination patriarcale. Dans ces conditions, la violence constitue une réaction destructrice à la disparition progressive de la complicité féminine (p.153) »…

Bref, voilà un livre riche en informations et possibles commentaires. Malgré les réserves scientifiques adressées ici et là, et qui prouvent une fois encore la logique en circuit fermé qu'ont magistralement dénoncée Alan Sokal et Jean Bricmont dans leur livre Impostures Intellectuelles, l'ouvrage de Giddens est dans les normes de qualité de la sociologie. Mais celle-ci ne peut elle seule expliquer toutes les variantes et évolutions du comportement humain mû, c'est prouvé, bien plus par la génétique, l'inconscient (le soi), le système limbique et le cerveau reptilien (le ça), tous phénomènes et circuits inconscients, que notre pauvre conscience (le surmoi) ne veut bien l'admettre…

Clarisse YOUNG

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°9 : 01.X.04

* * *

[29]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Société   
 
  AUGUSTIN Jean-Pierre - L'Olympisme  Sports 
6 : 16.VIII.04
AUGUSTIN Jean-Pierre GILLON Pascal :
L'Olympisme
2 0
1 0
 

Argumenté et précis, tout sur l'olympisme moderne, enjeux, finances, histoire, sélections, problèmes, géopolitique, etc ! »»»

 
  McLIAM WILSON Robert - WYLIE Donovan - Les Dépossédés  Société 
22 : 21.IX.05
McLIAM WILSON Robert - WYLIE Donovan :
Les Dépossédés
3 1
2 0
 

13 ans après sa parution en 1992, voici un témoignage édifiant sur la situation des pauvres au Royaume-Uni exacerbée par le thatchérisme démantelant l'Etat providence du pays. Un récit poignant, analysé et illustré par une triple enquête à Londres, Glasgow et Belfast. »»»

 
 
JULLIARD Jacques - Que sont les grands hommes devenus ? MARZANO Michela - Malaise dans la Sexualité LEGENDRE - Ce que l'Occident ne voit pas de l'Occident RUIZ Don Miguel - Les Quatre Accords Toltèques MARIANI Jessica - Une Guerre contre les Femmes ? DIAMANT Carole - Ecole, Terrain Miné
 
 
[23]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Rel. humaines   
 
  CESSE Philippe - Femmes Président et Premier Ministre  Rel. humaines 
33 : 18.V.07
CESSE Philippe :
Femmes Président et Premier Ministre
 

Seule une cinquantaine de femmes de par le monde ont été élues ou nommées Président ou Premier Ministre, avec légitimité électorale. La moitié le devraient à une caution patriarcale, inconsciente ou sociale, que ce soit par filiation, mariage, conflits armés ou formation scientifique. »»»

 
  MORRIS Desmond - La Femme Nue  Sociobiologie 
17 : 10.III.05
MORRIS Desmond :
La Femme Nue
2 1
3 0
 

Les formes du corps féminin sont le résultat d'une longue Evolution et servent autant de signaux pour attirer l'homme que d'adaptions efficaces à la vie et à la reproduction. Synthèse détaillée d'un vaste empire de la tête aux pieds, avec analyses biologiques et sociologiques… »»»

 
 
PINK FLOYDS - Another Brick in the Wall COLLET Peter - Ces gestes qui parlent pour nous DIAMANT Carole - Ecole, Terrain Miné GAULT Vanessa - Le Corps incertain CALLEMAN Carl Johan - A09 - Le problème de la date de fin du Calendrier Maya : 2011 ou 2012 ? CALLEMAN Carl Johan - A11 - Participez à la Convergence Cosmique
 
 
[25]   Nos SPECIALITES > ANTHROPO - ETHNO - SOCIO > Comportement   
 
  LESTEL Dominique - Portrait de l'humain comme animal particulier qui se pense comme animal spécial  Comportement 
14 : 01.I.05
LESTEL Dominique :
Portrait de l'humain comme animal particulier qui se pense comme animal spécial
 

Ce membre de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) a écrit de nombreux ouvrages sur l'éthologie. Il détaille ici les fondements et limites du propre de l'homme par opposition à l'animal, avant de proposer de nouvelles ouvertures. »»»

 
  CESSE Philippe - Les dessous du Football 2/4 : de la sociobiologie au chef de meute  Sociobiologie 
40 : 01.VII.10
CESSE Philippe :
Les dessous du Football 2/4 : de la sociobiologie au chef de meute
 

Le football s’organise autour de deux clans aux territoires bien indentifiés ; de plus, l’action de chaque équipe se coordonne autour d’un chef de meute, sorte de mâle dominant son équipe qui remporte tous les suffrages, avec autant de succès auprès des fans que des femmes… »»»

 
 
DIBIE Pascal - Ethnologie de la Chambre à Coucher CAMPION Pierre - Se rafraîchir à La Fontaine BAUDELAIRE Charles - De l’Essence du Rire CALLEMAN Carl Johan - Le début de la Quatrième nuit de la Neuvième Onde du système du calendrier Maya NADOUCE Philippe - L’Opium du Peuple CESSE Philippe - Les dessous du Football 3/4 : de la chasse coopérative du paléolithique au Panem et Circenses
 
 
[4]   Nos SPECIALITES > AMOUR & EROS > Sexualité   
 
  AILHAUD Violette - L’Homme Semence  XIXe siècle 
31 : 20.XI.06
AILHAUD Violette :
L’Homme Semence
2 0
4 1
 

Poignant témoignage de l’instinct féminin face à la folie des hommes : la douleur d’une jeune femme, qui perd son promis à la guerre, se mue en une profonde écoute de soi en parfaite entente avec les autres femmes du village. Une économie de mots qui se passe de commentaires… »»»

 
  JUDSON Olivia - Manuel universel d'éducation sexuelle  Biologie 
6 : 16.VIII.04
JUDSON Olivia :
Manuel universel d'éducation sexuelle
2 0
1 0
 

Un livre sémillant sur les kaléidoscopiques stratégies de séduction et de reproduction des espèces. La forme est originale, le ton volontiers ludique, et l'on ne peut s'empêcher de faire des rapprochements confondants avec les comportements humains… »»»

 
 
Anonyme - Roman d’un inverti-né  -
 
 

     
SOCIETE :
nos préférés
 
McLIAM WILSON Robert - WYLIE Donovan - Les DépossédésCOLLET Peter - Ces gestes qui parlent pour nous
RECLUS Elisée - Du sentiment de la nature dans les sociétés modernesAUGUSTIN Jean-Pierre - L'Olympisme
 
SOCIETE :
dernières entrées
 
CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieuxHARDY Christine - La Prédiction de Jung : la Métamorphose de la Terre
RUIZ Don Miguel - Les Quatre Accords Toltèques - Notules sur la France
RECLUS Elisée - Du sentiment de la nature dans les sociétés modernesBRUCKNER Pascal - La Tyrannie de la Pénitence
MARIANI Jessica - Une Guerre contre les Femmes ?GIBSON Michael Francis - Ces Lois inconnues
 
REL. HUMAINES :
dernières entrées
 
CALLEMAN Carl Johan - A12 - La ‘Fin’ du calendrier Maya, Eruptions solaires et Changements terrestresCALLEMAN Carl Johan - A09 - Le problème de la date de fin du Calendrier Maya : 2011 ou 2012 ?
AIYANA Pierre - A07 - La Fin de l’HistoireCALLEMAN Carl Johan - A11 - Participez à la Convergence Cosmique
CALLEMAN Carl Johan - Le début de la Quatrième nuit de la Neuvième Onde du système du calendrier MayaCALLEMAN Carl Johan - Le Troisième jour de la Neuvième Onde (Inframonde Universel)
McCURRY Steve - « Cultures » – L’Aleph de McCurryERASURE - The Circus
 
COMPORTEMENT :
dernières entrées
 
CALLEMAN Carl Johan - Le début de la Quatrième nuit de la Neuvième Onde du système du calendrier MayaCALLEMAN Carl Johan - Le Troisième jour de la Neuvième Onde (Inframonde Universel)
CESSE Philippe - Les dessous du Football 2/4 : de la sociobiologie au chef de meuteCESSE Philippe - Les dessous du Football 4/4 : Psychanalyses du Football
CESSE Philippe - Les dessous du Football 3/4 : de la chasse coopérative du paléolithique au Panem et CircensesCESSE Philippe - Les dessous du Football 1/4 : Anthropologie du Territoire
CASTILLE Lili - Le foot, nouvel opium du peuple ?KUWATA Keisuke – MR. CHILDREN - Kiseki no Hoshi
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)