N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
SOLESMES François - MaréesSOLESMES François
Marées
 
[31] Encre Marine
Entretien avec l'éditeur :
NEYME Jacques
258 pages - 30 €
ISBN 10: 2-909422-67-4
4
1 0
0 3
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Quand l’amour d’un poète pour la Mer et la Femme s’unissent en un même récit : la pensée vogue sur l’horizon entre les effluves maritimes, tandis que la passion amoureuse sourd, puis afflue et reflue dans une double communion sentimentale et littéraire…

La bibliographie de l’écrivain et poète François Solesmes ( lire notre entretien ) témoigne de sa passion pour la Mer : ce récit forme le troisième volet d’une tétralogie dévouée au domaine de Poséidon : Ode à l’Océan (1999), Océaniques (2001), Marées (2002) et l’Ile Même (2005), tous chez le même éditeur.

On connaissait aussi sa passion toute naturelle et toute masculine pour la femme ( cf. Les Murmures de l’Amour ), qui parsème son œuvre publiée jadis chez d’autres éditeurs. Or la mer comme la Femme ont souvent été, non sans raison, deux thèmes ou deux symboles dont mythologie et littérature ont abondamment dressé les parallèles quand ce n’est pas l’identité. Marées en est un bon exemple, une première semble-t-il chez François Solesmes qui ne les avait pas encore réunis :
« - ‘As-tu remarqué que nue est l’anagramme de une ? Je suis tout cela à la fois.
- Comme la mer…’ Et il ajoute, à part soi : ‘comme une parole juste’ (p.134) ».

La Mer

Le récit commence par d’amples descriptions et métaphores de la mer, dans le riche style de l’auteur : « mêlée aux frais embruns, une touffeur s’exhale de chaque vague qui s’abat, et l’oreille en suit la dissipation, cependant que se résout le piétinement de l’eau écumeuse. Et peut-être la bouffée de la chaleur est-elle illusoire, mais comment ne serait-elle pas une modalité de l’effervescence des flots ?
L’être est désormais soumis à une alternance de temps forts où quelque chose débouche, se précipite, s’engorge ; où profusion et confusion assombrissent le jour – puis de temps amoindris où la situation se dénoue, se défait ; où l’abondance se résorbe. Pour un instant, alors, la brume, le brouillard turbulents s’ouvrent, s’écartent : sable et mer se départagent, l’eau redevient elle-même et parle à votre peau d’une caresse sans suture (p.25) ».

De longs développements, à l’image du précédent et du suivant, témoignent de la séduction, quand ce n’est pas la subjugation, que montre le poète face à l’étendue maritime : « la mer monte, s’échauffe comme on se prend au jeu, comme on prend conscience de l’enjeu. Son ampleur se mesure au déploiement de la rumeur latérale ; sa résolution paraît dans ces vagues jetées en avant sur un rythme si pressé que l’éraflement de la basse paroi de l’espace en devient constant et que les silences ne peuvent plus prendre leur essor, tels des oiseaux aux ailes rognées (p.32) ».

La Femme

C’est là que l’univers du narrateur, un homme tout abandonné à l’emprise de la mer qu’on sent au travers des quelque cent premières pages, est troublé par la venue inopinée, on l’aura deviné, d’une femme… Celle-ci n’y est pour rien, elle, qui était librement venue sur la plage pour se délasser dans la tranquillité et la solitude, sérénité que l’irruption taquine de l’homme va immédiatement perturber :

« Elle se revoit, par un jour gris et froid d’automne, dévalant une dune littorale dans le volettement des pans de sa gabardine, s’asseyant sur la pente inférieure d’un rivage semblable à celui-ci, puis s’étendant sur le dos, bras écartés, visage à fleur de mer. Et il y avait eu, soudain, debout auprès d’elle, un homme qu’elle n’avait pas remarqué, abrité qu’il était, comme aujourd’hui, par un amas de bois d’épave. Un homme qui lui adressait la parole, au mépris des convenances, et qui se voulait désagréable : ‘J’espérais être seul, par un temps pareil : mais bien sûr, vous aimez les lieux où tout peut arriver, comme dans les contes… Méfiez-vous : l’espace, ici, ne fait qu’une bouchée des filles’.
L’indignation l’avait remise debout. Aussi furieuse que si on l’eût surprise dans son intimité, elle l’avait considéré, sans trouver les paroles cinglantes qu’elle eût souhaitées – paroles qu’il lui souffla, par jeu, comme s’il lisait une réplique, avec l’intonation de circonstance : ‘J’en ai assez, dit-elle, de ces malotrus qui vous importunent où que l’on soit ; de ces hommes ridicules qui ne peuvent voir une femme gracieuse, bien faite, sans l’aborder…’ Et elle avait souri, désarmée, à demi conquise par son humour, par ce qu’elle devinait de ses goûts, eu égard à sa présence en un tel lieu, par un jour hostile.
- ‘Je peux savoir en quoi je vous dérange ?
- Vous vous interposez entre la mer et moi…
- En somme, je vous trouble ! Eh bien, si votre passion pour elle était véritable, je serais à vos yeux à peine un contour, comme vous l’êtes aux miens.’
Et sur ces mots, elle s’était éloignée avec une vivacité d’épaules en partie enjouée (pp.113-115) ».

Progressivement. La défiance se mue en observation, qui assure la transition de la mer à la femme, avec parfois des considérations ayant valeur d’aphorisme : « qu’il a fallu de caresses, depuis la création, pour obtenir le poli d’un flanc de femme… Qu’il n’y ait pas de plage de sable sans une patience infinie, je ne l’oublierai pas […] La femme est vraiment la chance pour tout homme de s’éprouver créateur – par la caresse (pp.138-139) »…

Et comme dans tant d’histoires d’amour débutées sur quelque antagonisme, celui-ci cède bientôt sa place aux amours ; et sous la plume d’un homme naturellement, plutôt sous le volet érotique : « Elle a ouvert un peu plus les jambes pour dégager l’aine. ‘Que j’aime ce supplice !... Comme il fait bien semblant de ce pas voir ce qui bâille… bâille et bat, et brûle !... Ah, c’est trop différer… Désigne mon sang… désigne-moi !’ Et elle voudrait se soulever jusqu’à lui tendre son bassin à hauteur de la bouche, pour qu’il s’y abreuve à longs traits […]« Il pose le talon de sa main sur le pubis, fermeté pour fermeté, et enveloppe, de la paume et des doigts joints, l’écusson d’ombre (pp.154-155) »…

Claudio SEPULVEDA SCHULZ

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°5 : 21.VI.05

* * *

[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
MAÏ Franca - Quicky MESCHONNIC Henri - Voyageurs de la Voix VERS André - Martel en Tête ADAM Olivier - Le Coeur régulier ALCARY Luc - Art et Délit KOPP Dominique - L'Ordre des Choses
 
 
[29]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Récit   
 
  GOLCHIRI Houchang - Chronique de la Victoire des Mages  Récit 
12 : 01.VII.04
GOLCHIRI Houchang :
Chronique de la Victoire des Mages
1 0
1 1
 

Récit ramenant le lecteur aux premiers temps de la Révolution iranienne, période historique troublée qui marqua l'Iran de toute une génération et une culture plusieurs fois millénaire… L'auteur célèbre aussi avec force la joie de vivre et l'identité de tout un peuple… »»»

 
  MONTERROSO Augusto - Mouvement Perpétuel  Récit 
16 : 16.II.05
MONTERROSO Augusto :
Mouvement Perpétuel
1 0
0 2
 

Mouches, poésie et curiosité universelle : tels sont les ingrédients de ce curieux mélange. Chacun de ces brillants essais est précédé d'une citation poétique sur les mouches, car ces messagères du destin sont censées fournir le fil conducteur de ce recueil hétéroclite. Brillant. »»»

 
 
BERGAMINI Alexandre - Retourner l'Infâme ALCARY Luc - Art et Délit RIGAL Denis - Les Proies et les Ombres BRAUN Volker - Les Quatre Outilleurs FEYDER Vera - Dernière Carte du Tendre CIAM Gabrielle - Celui d’en Face
 
 
[37]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Poésies   
 
  GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2   Edition 
49 : 01.VI.13
GIMENO-PONS Vincent :
Marché de la Poésie – Entretien N°2
 

Entretien N°2. Huit ans après notre entretien de 2005 avec le commissaire du Marché de la Poésie ( officieusement le premier salon en France de l’édition indépendante tous genres confondus ), retour sur les 31 années de cet événements emblématique. »»»

 
  al WASHSHA - Le Livre de Brocart  Arabe Classique 
5 : 01.VIII.04
al WASHSHA :
Le Livre de Brocart
2 0
3 0
 

Rédigé à Bagdad au Xe siècle, ce livre est une collection d'aphorismes et pensées savoureuses d'auteurs que le rédacteur avait en haute estime. Commentés et classés par thèmes, on y trouve la sagesse du savoir-vivre, l'amitié, l'amour, les us et coutumes… A recommander. »»»

 
 
POPE John - GUITRY et GERALDY : Télégrammes du Coeur MESCHONNIC Henri - Combien de Noms SOLESMES François - Poète de la Nature BOUHLAL Siham - Etreintes CARPELAN Bo - L'Année, Telle une Feuille ANTHOLOGIE POETIQUE - Les Yeux du Dragon
 
 

     
Du même auteur
SOLESMES François
 
SOLESMES François - Poète de la NatureSOLESMES François - Les Murmures de l'Amour
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
AUDI Paul - CréerHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
»»» Plus de choix [31]
 
FRANCE :
nos préférés
 
GUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la FemmeLE ROY Philip - Le Dernier Testament
GODARD Henri - Une Grande GénérationGUILLEBON Swann de - Farang
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
CABANNE Pierre - La Chambre de Joë BousquetHUYSMANS Joris-Karl - Trois Primitifs
»»» Plus de choix [11]
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
 
RECIT :
dernières entrées
 
SCHLECHTER Lambert - La Robe de NuditéMAHIEU Stéphane - Petit manuel de littérature d’outre-tombe
JULIEN Jacques - Big Bear, la révolteBERGAMINI Alexandre - Cargo Mélancolie
collectif - La Corée, le Voyage vers l’Estanonyme - La Légende des Soleils
DELIEGE Robert - Voyage à nowhereVERNET Joël - L’Abandon Lumineux
 
POESIES :
dernières entrées
 
GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson
BOUHLAL Siham - EtreintesANTHOLOGIE POETIQUE - L’Assemblée littéraire
 - Colibri - Les Chattes
POPE John - GUITRY et GERALDY : Télégrammes du CoeurKHATIBI Abdelkébir - Quatuor Poétique – Rilke, Goethe, Ekelof, Lundkvist
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)