N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
DALAÏ Lama - Leçons d'AmourDALAÏ Lama
Leçons d'Amour
Comment élargir le cercle de nos relations affectives
Titre original : How to expand Love
[8] Plon
 
190 pages - 17 €
ISBN 10: 2-259-20341-8
3
1 0
2 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Les ouvrages sur ou par le Dalaï Lama sont si nombreux en librairie que le lecteur peut s’y perdre et passer à côté de son enseignement, pourtant capital et si simple. Voici une tentative d’exposer la pensée lamaïste par un recoupement de ses citations et quelques explications…

Cet ouvrage est semblable à Esprit d’Amour, Esprit de Paix de Thich Nhat Hanh. Rappelons aussi que contrairement au réflexe cartésien d’identifier le Bouddhisme à une religion, le Bouddhisme n’est est pas une : il n’y a pas de théogonie pour commencer, pas d’Eglise obligatoire comme en Islam ou comme dans diverses obédiences chrétiennes, et pour finir il n’y a pas de Paradis dans le sens chrétien ou païen viking. En dépit d’un clergé et d’un patriarche mondialement connu, et le fait que le Dalaï Lama reconnaisse aux religions une téléologie similaire ( « les religions enseignent un message d’amour, de compassion, de sincérité et d’honnêteté (p.15) » ), le bouddhisme n’est pas une religion !

C’est une éthique comme le définit parfois l’enseignement occidental, et plus que cela, une connaissance de l’âme humaine, car « nous abritons à l’intérieur de nous-même tous les moyens d’agir (p.15) ». C’est cette connaissance qui seule permet le bonheur et de vivre sereinement : le Dalaï Lama lui-même précise dans le présent livre que « le but ultime du bouddhisme est d’aider les autres (p.108) ».

L’ouvrage est assez court, avec de nombreuses redondances, dont on connaît cependant les vertus pédagogiques d’assimilations. Elles sont d’ailleurs nécessaires à tous les exemples de méditation : on ne médite pas en vain, du moins au début ; on médite d’abord sur des aspects concrets, quitte à faire le vide ultérieurement lorsqu’on a quelque expérience. L’ouvrage est de plus parsemé de citations de maîtres bouddhistes des siècles précédents, et témoins de l’ancienneté de la sagesse humaine à laquelle l’Asie était parvenue…

Société Contemporaine : un état des lieux

La préface de Jeffrey Hopkins précise en quoi l’enseignement bouddhiste est important pour notre modernité qui court après le temps et la chimère du confort matériel, tout en négligeant l’essentiel, c’est-à-dire l’être humain. Ce passage est éloquent : « le monde s’est apparemment tourné vers le développement économique, avec son pendant d’exploitation, d’avidité et de convoitise : consumérisme galopant, manipulation de l’opinion qui renforce des envies vulgaires, proposition de loisirs insatisfaisants, aggravation de la fracture sociale entre riches et pauvres, problèmes humains complexes traités avec un simplisme déconcertant, suralimentation et obésité jusqu’à en souffrir, remise en cause des droits des travailleurs, laissant planer un retour aux normes du travail en vigueur au XIXe siècle, glorification du profit financier comme but ultime de la vie (p.9) ».

Et le Dalaï Lama d’expliquer à son tour que « dans la prime enfance, nous avons le sens de l’égalité entre les hommes. Plus nous grandissons, plus nous créons des distinctions et quantités de critères artificiels accessoires qui recouvrent peu à peu l’essentiel. Notre intérêt fondamental pour l’homme diminue. Voilà le problème […] A partir du moment où vous avez admis que nous sommes tous semblables, l’amour a une telle stabilité qu’il ne vacille plus, à la merci du moindre événement (p.102) ». Mais ce n’est pas tout : le piège est qu’il est aussi très facile d’imiter la multitude, toujours si occupée de nos jours et se laissant peu de temps pour elle-même : « les hommes s’agitent dans tous les sens […] Il faut être conscient que s’investir dans les aspects superficiels de la vie ne peut résoudre cette insatisfaction au fond de nous-même (p.14) », car « il ne sert à rien d’accumuler encore et encore plus d’objets matériels : vous resterez insatisfait (p.35) ».

Or le problème est que la conscience personnelle, si forte en Occident et qui le plus souvent s’identifie à l’ensemble de la personnalité, réfute tout argument qu’elle ne comprend pas. Pire, elle transige avec l’être, ratiocine et s’impose sans écouter la voix intérieure : « tant que votre conscience conceptualise, il est difficile pour la pensée d’observer la pensée (p.34) ». Il y a là un abus de langage ou de traduction : le reste du livre le montre, dans la pensée le Dalaï Lama distingue clairement entre conscience et esprit, et c’est celui-ci qui importe comme on le verra plus bas. En d’autres termes, « il est nécessaire dans la pratique quotidienne d’identifier et de se concentrer sur la nature de l’esprit. Néanmoins, contrôler son esprit est délicat. Il est enfoui sous la multitude de nos pensées […] L’esprit doit flotter indépendamment de toute pensée. Il retrouve alors son état naturel (p.29) »… C’est cet aspect du Soi, si évanescent quand la conscience s’interpose, que le Tao a décrit ou que la psychologie analytique appelle inconscient personnel. L’adéquation entre ce dernier et le Moi-sujet ( la conscience ) est le difficile processus et le résultat de l’individuation ( sagesse, supra-conscience, boddhisattva, etc. ), nous y reviendrons.

Affects, Attachement et Colère

L’ouvrage insiste aussi beaucoup sur les raisons et l’inanité des émotions perturbatrices, que la psychologie analytique désigne sous les termes d’affects ou de complexes. Ceux-ci, comme la colère ou la médisance, sont indépendants de la pensée bien qu’ils s’emparent trop souvent de la conscience. Il importe donc de comprendre que « les émotions perturbatrices n’appartiennent pas à la nature de l’esprit (p.148) », et qu’il est « possible d’isoler dans notre esprit les émotions aussi puissantes que la haine et les observer. Cela montre que la haine et l’esprit ne sont pas unis (p.71) ». D’ailleurs, intimement, chacun le sent bien à défaut de le comprendre : « face à votre colère, votre épouse, vos enfants et vos amis sont irrités, ils changent d’attitude. Vous devez faire face et maîtriser avec plus d’efficacité chaque contrariété, sans vous mettre en colère. Elle est vaine (p.140) ».

De plus, la colère libérée est un danger grave en société, car de même que le sang appelle le sang, la colère suscite celle des autres s’ils ne savent pas se maîtriser : « la colère ne peut éteindre la colère. Si une personne est irritée contre vous et que vous lui répondez avec colère, vous allez à la catastrophe (p.14) », car « tant qu’elles jugent leur colère justifiée, elles ne font aucun effort pour la réduire (p.139) ». Naturellement, pour cela, il faut pouvoir s’entraîner et sans cesse : c’est pourquoi « les ennemis sont donc les principaux inspirateurs de notre développement spirituel (p.69) », tout en essayant de les comprendre et d’apaiser leur souffrance. De fait, seule la compassion apporte du baume au cœur, au point que le Dalaï Lama considère que « l’altruisme est la seule arme capable d’arrêter le terrorisme (p.57) ». Sans doute, mais pour cela, il faut aussi du temps, et beaucoup d’altruistes dédiés et tenaces…

Mais il ne s’agit pas d’être naïf pour autant : si « la compassion supérieure est la prise de conscience que tous les êtres sensibles peuvent être libérés de la souffrance », il est néanmoins « difficile de rester compatissant devant la méchanceté. La colère ne doit pas être contenue mais contrôlée. Acceptez vos réactions. Ne les niez pas. Sinon, votre compassion est superficielle (p.138) ». Se connaître, reconnaître ses propres affects, et maîtriser leur expression, quitte parfois à enfreindre la réserve si cela est pour le meilleur : « des paroles dures sont parfois nécessaires pour interdire à quelqu’un de commettre un acte stupide (p.140) »…

Mais la colère n’est pas la seule source de contrariété, la seule émotion perturbatrice. Comme on l’a vu plus haut, « la futilité et l’argent vous attirent au détriment du développement spirituel. Les émotions perturbatrices se multiplient. Vous allez au-devant des ennuis. L’inquiétude vous ronge et perturbe votre entourage. Vous soucis s’aggravent alors que vous pensez avoir des solutions pour répondre aux émotions perturbatrices. Vous n’obtiendrez aucun bien-être tant que vous vous trouverez sous la pulsion de l’attachement (pp.96-97) », car elle ne sont qu’illusions malfaisantes : « ces comportements découlent de la vision erronée que les objets existent comme des entités indépendantes, alors qu’en réalité il n’en est rien (p.31) ». Comme la colère donc, « l’attachement est déraisonnable. Pendant un laps de temps très court, il vous recentre strictement sur vous-même. Plus puissant est l’attachement, plus vous êtes partial et obnubilé par vous. La moindre chose vous dérange […] L’attachement représente un obstacle et emprisonne l’esprit. Un élève qui se consacre à un seul sujet est vulnérable. De nombreux thèmes doivent être étudiés (pp.100-101) ».

Dernier exemple ici d’affect perturbateur, ne pas respecter ce qu’on sent qu’on doit faire, ou à l’inverse, s’inquiéter quand on ne le peut pas : « si vous pouvez résoudre un problème, faites-le. Si vous n’y arrivez pas, s’inquiéter est inutile (p.143) »…

Esprit d’Ecoute et de Compassion

Tout ce qui précède, le Dalaï Lama ne cesse de le répéter, peut se résumer à ceci, et à ceci seulement : « il faut comprendre que les êtres vivants recherchent le bonheur, et qu’ils rencontrent tous des épreuves douloureuses (p.88) », sachant que « le meilleur moyen de rendre la bonté aux autres est de les aider à se libérer de toutes les formes de souffrance (p.74) »… En effet, « la haine n’appartient pas au fondement de l’esprit. En revanche l’amour est enraciné dans la vérité (p.28) », et « le rayonnement sans entrave de l’esprit est appelé la compassion (p.36) ». C’est donc dans ce sens qu’il faut comprendre l’amour de son prochain que préconisent les Bouddhistes lamaïstes : empathie profonde pour tous les êtres, pour leur apprendre à se connaître et soulager leur souffrance. Et ce quels qu’ils soient : « dans la pratique de l’altruisme, il est strictement impossible de traiter une personne mieux qu’une autre (p.110) ».

Le Dalaï Lama, cohérent avec son discours, martèle que la compassion est la panacée absolue, que chacun y gagne, et qu’à l’inverse, « la mort d’un être humain est une vie perdue pour l’humanité (p.79) ». Entre maintes citations, il rappelle notamment celle-ci de Nâgârjuna : « avec la compassion, tous les buts peuvent être atteints (p.127) ». Pour cela, il faut un minimum de discipline personnelle, une méditation matinale : « cette méditation s’effectue très tôt le matin. Votre esprit est éveillé et lucide, alors que tous vos sens ne sont pas encore sollicités. Il faut avoir dîné légèrement la veille sans avoir trop dormi […] Si vous méditez sur l’essence de l’esprit tôt dans la matinée, votre esprit est plus alerte toute la journée. Vos pensées sont apaisées. Votre mémoire s’améliore si vous renoncez à l’agitation psychique pour pratiquer une courte méditation chaque jour (p.30) ». Et c’est un travail de longue haleine, duquel il ne faut pas se décourager, car « il faudra des mois et des années pour les cultiver (p.125) »…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°27 : 27.VII.06

* * *

[11]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Bouddhisme   
 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Ikkyu, Maître Zen Rinzai
 

Ikkyū est le moine zen du XVe siècle. Prêtre Rinzai, un des deux grands mouvements du zen nippon, il défendait l'illumination et sa pratique en compagnie des femmes, tout en étant excellent calligraphe, peintre, poète, maître de cérémonie du thé et de l'art des jardin. »»»

 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Dogen, Maître Zen Sōtō
 

Dōgen Zenji ( 19.I.1200 - 22.IX.1253 ) signifie « Maître Zen Dōgen », dont les deux caractères du nom signifient source/origine de la Voie. Biographie du fondateur de l'Ecole Zen Sōtō, brève présentation de ses principes et de ceux de l'Ecole Zen Sōtō. »»»

 
 
CONCHE Marcel - Nietzsche et le Bouddhisme DALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix DOGEN Zenji - Shobogenzo : Yui Butsu yo Butsu / Shoji DOGEN Zenji - Shobogenzo : Bussho
 
 
[33]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Philosophie   
 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
  VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir  Philosophie 
10 : 01.IV.05
VALLA Lorenzo :
Sur le Plaisir
1 0
3 4
 

Publié en 1431, De Voluptate est un étonnant réquisitoire envers la liberté de chacun, sans entraves sociales, religieuses ou philosophiques. C'est cette acception large du plaisir que développa cet observateur, authentique et perspicace, qui ne transigea pas avec la vie… »»»

 
 
DOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo EVAGORAS de Mégare - Le Monde en Miettes BETHARDS Betty - Interprétez vos Rêves SALEM Jean - Lénine et la Révolution KAGAN Robert - Le Revers de la Puissance ERASME - L'Epicurien et autres banquets
 
 
[23]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Rel. humaines   
 
  CESSE Philippe - Femmes Président et Premier Ministre  Rel. humaines 
33 : 18.V.07
CESSE Philippe :
Femmes Président et Premier Ministre
 

Seule une cinquantaine de femmes de par le monde ont été élues ou nommées Président ou Premier Ministre, avec légitimité électorale. La moitié le devraient à une caution patriarcale, inconsciente ou sociale, que ce soit par filiation, mariage, conflits armés ou formation scientifique. »»»

 
  MORRIS Desmond - La Femme Nue  Sociobiologie 
17 : 10.III.05
MORRIS Desmond :
La Femme Nue
2 1
3 0
 

Les formes du corps féminin sont le résultat d'une longue Evolution et servent autant de signaux pour attirer l'homme que d'adaptions efficaces à la vie et à la reproduction. Synthèse détaillée d'un vaste empire de la tête aux pieds, avec analyses biologiques et sociologiques… »»»

 
 
GAULT Vanessa - Le Corps incertain COLLET Peter - Ces gestes qui parlent pour nous McCURRY Steve - “Culturas” – El  Aleph de McCurry AIYANA Pierre - A07 - La Fin de l’Histoire CALLEMAN Carl Johan - A12 - La ‘Fin’ du calendrier Maya, Eruptions solaires et Changements terrestres NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix
 
 
[21]   Nos SPECIALITES > ANTHROPO - ETHNO - SOCIO > Croyances   
 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
  HAVARD-dit-DUCLOS Damien - Les précurseurs mythiques du Robot  Robots & Histoire 
15 : 21.I.05
HAVARD-dit-DUCLOS Damien :
Les précurseurs mythiques du Robot
 

L'Homme a toujours tenté de dépasser le règne animal auquel il appartient, et de créer la vie artificielle. Les créatures imaginaires peuplent ainsi notre inconscient collectif, riche en légendes, peurs et espoirs ancestraux, relayés sous diverses formes aujourd'hui… »»»

 
 
FACERIAS Daniel - Mère Teresa, l'Indienne CONCHE Marcel - Nietzsche et le Bouddhisme GUILLEBON Jacques, de – VAN GAVER Falk - L’Anarchisme chrétien PEDRON-COLOMBANI Sylvie - Maximón au Guatemala NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
DELOISON Yvette - Préhistoire du piétonLAURENT Eric - La Face cachée du Pétrole
 
BOUDDHISME :
nos préférés
 
CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership
 
BOUDDHISME :
dernières entrées
 
CONCHE Marcel - Nietzsche et le BouddhismeNHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix
CLEARY Thomas - L'Art Zen du LeadershipDALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil
BERTHELIN Jean-Baptiste - Ecrire sur le Zen n'est pas ZenSEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen SōtōDOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
URSIN Jean - René GuénonBETHARDS Betty - Interprétez vos Rêves
AMANIEUX Laureline - Ce héros qui est en chacun de nousSAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en séries
GARELLI Jacques - De la Création poétiqueHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
anonyme - Le Tableau de CébèsLUCIEN de Samosate - Eloge du Parasite
 
REL. HUMAINES :
dernières entrées
 
CALLEMAN Carl Johan - A12 - La ‘Fin’ du calendrier Maya, Eruptions solaires et Changements terrestresCALLEMAN Carl Johan - A09 - Le problème de la date de fin du Calendrier Maya : 2011 ou 2012 ?
AIYANA Pierre - A07 - La Fin de l’HistoireCALLEMAN Carl Johan - A11 - Participez à la Convergence Cosmique
CALLEMAN Carl Johan - Le début de la Quatrième nuit de la Neuvième Onde du système du calendrier MayaCALLEMAN Carl Johan - Le Troisième jour de la Neuvième Onde (Inframonde Universel)
McCURRY Steve - « Cultures » – L’Aleph de McCurryERASURE - The Circus
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)