N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 

[113] JAPON > [12] Zen
[97] PHILO - SPIRITUALITE > [12] Bouddhisme
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai
Ikkyu, Maître Zen Rinzai
une personnalité iconoclaste
par SEPULVEDA SCHULZ Claudio
 

Ikkyū est le moine zen du XVe siècle. Prêtre Rinzai, un des deux grands mouvements du zen nippon, il défendait l'illumination et sa pratique en compagnie des femmes, tout en étant excellent calligraphe, peintre, poète, maître de cérémonie du thé et de l'art des jardin.

 

Ikkyū Sōjun ( 1394 – 1481 ) est une grande figure de du bouddhisme nippon. Il fut prêtre dans la secte Rinzai ( chinois : Linji ), une des deux grandes sectes zen ( ch. chan ) avec l’école Sōtō de Dōgen. Le Zen Rinsai défend le concept de l’illumination soudaine telle que définie et défendue par Linji Yixuan à l’époque Tang. Ikkyū vécut à l’époque Muromachi ( 1336 – 1573 ) pendant le shōgunat Ashikaga, qui fut vaincu par Oda Nobunaga et ensuite relayé par Toyotomi Hideyoshi, pour lequel servit l’inventeur de la cérémonie du thé, Rikyū ( 1521 - 1591 ).


I • Linji Yixuan : fondateur de l’école Linji ( jap. Rinzai )

Linji ( = Rinzai )Linji Yixuan naquit au Shandong ( ? – 866 ), province orientale de la Chine au legs culturel et historique très riche : c’est par exemple la patrie du Kongzi ( Confucius, Ve siècle av. JC ). Jeune, Linji quitta sa famille pour étudier le bouddhisme, ce qu’il fit en plusieurs endroits jusqu’à sa rencontre avec le maître Chan : Huangbo Xiyun, qui enseignait par des méthodes abruptes favorisant l’illumination, n’hésitant pas au besoin à crier ou à frapper. Ses enseignements furent rassemblés par ses disciples sous le titre des Annales de Linji ( Linji Lü, jap. Rinzai Roku ). Esprit libre, Linji exhortait à se défaire des patrons et des ornières, que résument certains de ses célèbres commandements :

« Boddhidarma (1) était un vieux barbare barbu ».
« Si tu croises Bouddha sur ton chemin, tue-le ».
« Les enseignements sacrés ne sont qu’une liste de fantasmagories, des feuilles de papier juste bonnes à essuyer le pus de tes entrailles ».


II • Ikkyū : courte biographie

<I> Myōan Eisai</I>Le Zen Rinzai fut introduit au Japon en 1191 par Myōan Eisai ( 1141 – 1215 ), prêtre bouddhiste qui rapporta aussi le thé vert de Chine et qui fonda le premier temple Zen du Japon, le Hōonji, à l’extrême ouest dans l’île de Kyūshū. Son disciple fut maître Dōgen, fondateur de l’autre grande secte zen, l’école Sōtō.

Ikkyū est le fils par la jambe gauche de l’empereur Gokomatsu et d’une femme du clan Fujiwara. Il ne fut jamais reconnu de l’empereur, mais celui-ci le reçut deux fois au moins en audience. Il devint moinillon dès l’âge de six ans, ayant été envoyé à cinq ans au temple Ankoku dans la province de Yamashiro ( aujourd’hui dans Kyōto ). En 1406, à douze ans, il partit au temple Kennin pour étudier les canons chinois, ce qui le conduisit à l’âge de dix-sept ans à embrasser le zen et à se mettre sous l’enseignement de l’hermite Ken.O Soi.

A la mort de celui-ci en 1414, Ikkyū fut accepté comme élève par Keso Shudo ( 1352 – 1428 ), prêtre rinzai affilié au célèbre Daitokuji qui vivait sur les berges du lac Biwa et était réputé pour sa sévérité. C’est lui qui le baptisa Ikkyū ( un repos ), en référence à la conception zen de la non-dualité entre les mondes matériel et immatériel, où la seule voie vers l’illumination est celle d’une liberté parfaite, une pause dans la vacuité.

Par une nuit d’été pluvieux, méditant sur un bateau sur le lac Biwa, Ikkyū aurait à 26 ans connu l’illumination au croassement rauque d’un corbeau. Dès lors, il s’embarqua dans une vie itinérante qu’il observa jusqu’à sa vieillesse, fréquentant tavernes et bordels. Il opinait pouvoir ainsi mieux défendre l’esprit pur et originel du zen qu’en observant des conventions religieuses creuses. De fait, il soutint l’idée que son illumination s’approfondissait en compagnie des femmes, au point d’entrer dans les maisons de charme religieusement vêtu de noir, concevant le commerce charnel comme un rite religieux… Ikkyū est aussi célèbre pour son idylle avec Mori, une aveugle d’une vingtaine d’années dont il tomba éperdument amoureux en 1471 à l’âge de 77 ans, sa compagne pendant une décennie encore…























III • Ikkyū : moine saint et hérétique

Ikkyū observa une existence plutôt solitaire, évitant les contacts prolongés avec les plus grands monastères de Kyōto, dont il méprisait les valeurs telles qu’elles y étaient défendues et prêchées. Il condamnait leur corruption des fondamentaux du bouddhisme, ainsi que les liens rapprochés entre certains moines et les instances militaires et gouvernementales.

calligraphie d’IkkyūIkkyū, à l’image de la haute société ( masculine ) et de ses condisciples, écrivait en chinois classique, tant en raison du poids du corpus bouddhiste traduit et commenté en chinois, que par son extrême richesse et concision, plus aptes à consigner sa pensée… Mais certains de ses enseignements furent également rédigés en japonais courant ( kana-hogo ). Sa renommée est telle qu’elle fait de lui à la fois le plus grand calligraphe du Japon médiéval et un peintre de qualité. Il peignit souvent de petits sujets ( oiseaux, fleurs ) ainsi que de très nombreux bokuseki ( traces d’encres ) sur les poèmes et aphorismes zen, très prisés en Japon car révélateurs de son esprit et de son caractère.

Il fut aussi un des grands propagateurs de la cérémonie du thé ( cf. Rikyū et Le Livre du Thé ) et de l’art des jardins, ainsi que bon poète. Certains de ses poèmes et kōan ( devinettes destinées à l’éveil ) sont restés proverbiaux, comme celui-ci :

Ouvrez un cerisier et il n’y aura pas de fleurs…
Mais la brise printanière donnera une myriade de floraisons.

C’est la bouche originelle, mais il reste muet ;
Il est entouré d’une magnifique touffe ;
Les gens sensés peuvent s’y oublier complètement ;
C’est aussi l’origine de tous les Bouddhas des dix milles mondes (2)

Il s’affublait lui-même de son propre sobriquet de kyōun ( nuage fou ), que reprend le titre de son manuscrit kyōunshū ( Anthologie de Nuage Fou ), summum de son talent littéraire. L’Ikkyū Ossho Nenpu ( Chroniques du Révérend Ikkyū ), fut compilé pense-t-on peu après sa mort par son disciple Shoto Bokusai

La culture populaire voit en lui un homme espiègle et hédoniste, surtout en tant qu’enfant, où il aurait sans cesse berné ses professeurs et le Shōgun lui-même… Son personnage a fait l’objet de plusieurs adaptations modernes pour la jeunesse.

Ikkyū : manga de Sakaguchi Hisashi
Ikkyū-san : série animée de la Tōei Dōga.


Notes :
1 : fondateur mythique des sectes Chan et Shaolin
2 : le sexe féminin



* * *

[11]   MONDE SYNOPTIQUE > JAPON > Zen   
 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Dogen, Maître Zen Sōtō
 

Dōgen Zenji ( 19.I.1200 - 22.IX.1253 ) signifie « Maître Zen Dōgen », dont les deux caractères du nom signifient source/origine de la Voie. Biographie du fondateur de l'Ecole Zen Sōtō, brève présentation de ses principes et de ceux de l'Ecole Zen Sōtō. »»»

 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
 
DOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji RIKYU - Poèmes du Thé OKAKURA Kakuzo - Le Livre du Thé DOGEN Zenji - Shobogenzo : Bussho BERTHELIN Jean-Baptiste - Ecrire sur le Zen n'est pas Zen
 
 
[11]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Bouddhisme   
 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Dogen, Maître Zen Sōtō
 

Dōgen Zenji ( 19.I.1200 - 22.IX.1253 ) signifie « Maître Zen Dōgen », dont les deux caractères du nom signifient source/origine de la Voie. Biographie du fondateur de l'Ecole Zen Sōtō, brève présentation de ses principes et de ceux de l'Ecole Zen Sōtō. »»»

 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
 
DALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil NHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix DALAÏ Lama - Leçons d'Amour DOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo CONCHE Marcel - Nietzsche et le Bouddhisme DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji
 
 
[3]   Nos SPECIALITES > PSYCHO-ANALYSE > Mysticismes   
 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Dogen, Maître Zen Sōtō
 

Dōgen Zenji ( 19.I.1200 - 22.IX.1253 ) signifie « Maître Zen Dōgen », dont les deux caractères du nom signifient source/origine de la Voie. Biographie du fondateur de l'Ecole Zen Sōtō, brève présentation de ses principes et de ceux de l'Ecole Zen Sōtō. »»»

 
  CANTIN Hélène - La Spiritualité nuancée  Savoir-Vivre 
39 : 15.IX.09
CANTIN Hélène :
La Spiritualité nuancée
 

Témoignage tout personnel sur l’essence de la psyché, non pas en termes de psychologie des profondeurs avec qui il partage force vérités, mais dans un langage propre inscrit dans la spiritualité, laquelle ne s’atteint que par un intérêt légitime et désintéressé… Immersion. »»»

 
 
YAQOB Zara - Le Sage d’Abyssinie
 
 
[21]   Nos SPECIALITES > ANTHROPO - ETHNO - SOCIO > Croyances   
 
  CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership  Philosophie 
26 : 07.V.06
CLEARY Thomas :
L'Art Zen du Leadership
1 0
3 0
 

Excellente anthologie de citations du Chan ( ou Zen ), avec de nombreux inédits exhumés de documents moins connus. L'idée centrale est celle de la Voie, la rectitude et l'équilibre spirituel, indispensable à une vie sereine et une société harmonieuse. »»»

 
  HAVARD-dit-DUCLOS Damien - Les précurseurs mythiques du Robot  Robots & Histoire 
15 : 21.I.05
HAVARD-dit-DUCLOS Damien :
Les précurseurs mythiques du Robot
 

L'Homme a toujours tenté de dépasser le règne animal auquel il appartient, et de créer la vie artificielle. Les créatures imaginaires peuplent ainsi notre inconscient collectif, riche en légendes, peurs et espoirs ancestraux, relayés sous diverses formes aujourd'hui… »»»

 
 
FRACHON Alain - VERNET Daniel - L'Amérique Messianique anonyme - Histoire des Rois de Pasey DALAÏ Lama - Leçons d'Amour CESSE Philippe - SR&IC 09 - Mythologies LOUIS Patrice - A Dormir Debout MENARD Guy - Petit Traité de la vraie Religion
 
 
[11]   THEMATIQUES > HISTOIRE > XVe siècle   
 
  SEPULVEDA SCHUlZ Claudio - Les Sept Expéditions Ming de l'Amiral Zheng He  Exploration 
23 : 01.XI.05
SEPULVEDA SCHUlZ Claudio :
Les Sept Expéditions Ming de l'Amiral Zheng He
 

2006 : 600e anniversaire. Un siècle avant Colomb, la Chine des Ming eut un illustre devancier en l’amiral Zheng He (1371–1435) dont les jonques géantes, cinq fois la taille de la caravelle Santa María, sillonnèrent les océans jusqu’au Moyen-Orient, l’Afrique, voire plus loin… »»»

 
  SEPULVEDA SCHUlZ Claudio - Ciudad Perdida : Capitale des Indiens Tairona  Cités antiques 
9 : 01.X.04
SEPULVEDA SCHUlZ Claudio :
Ciudad Perdida : Capitale des Indiens Tairona
 

Découverte en 1975, la Cité Perdue des Tairona existait dès 900. D'accès difficile, nulle route n'y mène, seul l'hélicoptère épargne les cinq jours de marche à travers la jungle colombienne de la Sierra Nevada de Santa Marta culminant à 5770 m : le plus haut massif littoral du monde ! »»»

 
 
VESPUCCI Amerigo - Le Nouveau Monde CONTI Nicolo de - Le Voyage aux Indes GEORGES de Hongrie - Des Turcs MATHIAS Cédric - Le Calendrier Aztèque collectif - Naufragés CA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)
 
 

     
Du même auteur
SEPULVEDA SCHULZ Claudio
 
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Le Centre Culturel Borges
Le Centre Culturel Borges
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Bariloche – Villa Angostura – San Martin
Bariloche – Villa Angostura – San Martin
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Mendoza, la ville jardin
Mendoza, la ville jardin
»»» Plus [19]
 
ZEN :
nos préférés
 
CLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership
 
ZEN :
dernières entrées
 
CLEARY Thomas - L'Art Zen du LeadershipRIKYU - Poèmes du Thé
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen SōtōOKAKURA Kakuzo - Le Livre du Thé
DOGEN Zenji - Shobogenzo : BusshoDOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo
BORJA Erik - L'Esprit du Zen dans nos JardinsRYOKAN - TEISHIN - La Rosée d'un Lotus
 
BOUDDHISME :
dernières entrées
 
CONCHE Marcel - Nietzsche et le BouddhismeNHAT HANH Thich - Esprit d’Amour, Esprit de Paix
DALAÏ Lama - Leçons d'AmourCLEARY Thomas - L'Art Zen du Leadership
DALAI Lama - Au Cœur de l'EveilBERTHELIN Jean-Baptiste - Ecrire sur le Zen n'est pas Zen
SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen SōtōDOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji
 
MYSTICISMES :
dernières entrées
 
CANTIN Hélène - La Spiritualité nuancéeSEPULVEDA SCHULZ Claudio - Dogen, Maître Zen Sōtō
YAQOB Zara - Le Sage d’Abyssinie
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)