N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
BENET Juan - Le Chevalier de SaxeBENET Juan
Le Chevalier de Saxe
Titre original : El Caballero de Sajonia
[15] Passage du Nord/Ouest
 
200 pages - 16 €
ISBN 10: 2-914834-15-2
4
1 0
1 2
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Juan Benet est un des grands romanciers espagnols du XXe siècle. Dans ce dernier roman, il figure au XVIe siècle un chevalier Georges à l'histoire haute en couleurs : excommunié, violé par une femme, rencontre Lucifer avec qui il a des échanges savoureux et lucides…

Contrairement à l'ensemble des récits de Juan Benet qui se déroulent dans l'imaginaire province de Región, son dernier roman Le Chevalier de Saxe fait exception à la règle, et lui a préféré un cadre germanique de fin moyen âge pour relater les pensées et périples du chevalier Georges, en route vers une entrevue secrète…

Ne cédant à aucune facilité stylistique, l'auteur s'est employé à exploiter la subtile mécanique de son verbe dans les enjeux métaphysiques de ce roman difficile d'accès, tel le sang qui irrigue le complexe organisme du corps humain, en le traversant en toutes dimensions pour alimenter ses tissus, initier les battements du cœur, et lui insuffler rythme et sa vitalité… On savoure ainsi la précision du style : « je vois que ce n'est pas le meilleur moment, dit une voix dans son dos, d'un ton calme mais un peu criard et chantant, comme celui qu'adoptent certains adultes pour s'adresser à des gens et des créatures de peu d'entendement, et par lequel ils prétendent combiner (sans distinction possible), l'affection, le sarcasme et la réprimande (p.58) ».

Quatre étapes

Centré sur quatre étapes développées en autant de chapitres, la narration suit l'itinéraire sinueux, voire contradictoire, de la réflexion métaphysique. De la campagne d'Ansbach à Pottmes, en passant par Eichstätt et Neuburg, les descriptions peignent le paysage morne et désolé de la Saxe de l'hiver 1531. Mais leur rareté contribue au sentiment de claustration.

Georges se fait aussi appeler Docteur et se dévoile dans l'exercice introspectif et les quelques rencontres. Mais on devine bientôt une éminente figure religieuse sous ce pseudonyme dont-il s'est affublé après son excommunication effective que demandait l'empereur par Rome. D'ailleurs, il expérimente une forme de voyage initiatique toute singulière, puisque après avoir été violé par une femme de mauvaise vie, il rencontre le Diable en personne qui le contraint à nouer le dialogue.

Cet échange présente le Malin brillamment en atteignant des sommets d'intelligence : « je le répète ce n'est pas ton âme qui m'intéresse mais bien l'esprit de rébellion qui l'anime et ta force de volonté (p.88) ». Et Satan, en parlant du Christ, poursuit : « je l'ai connu. […] Mais son caractère s'accordait mal au mien. Je me suis fait des illusions parce que j'ai pris au pied de la lettre certains de ses sermons et j'en suis venu à supposer que lui aussi désirait s'élever contre l'ordre établi et lutter pour un autre moins misérable. Mais non ; il était trop respectueux des autorités et prétendait faire de sa pusillanimité une norme de conduite (p.91-92) »…

Des échanges religieusement hétérodoxes

Après ce coup d'éclat, on attend une suite savoureuse, mais le troisième chapitre déçoit par sa confusion… dont celle du chevalier Georges, qui ne sait peut-être plus s'il est chevalier, Georges, Docteur, Martin ou Luther… Ce chapitre n'en constitue pas moins une étape décisive. Ainsi, tel le prisonnier nihiliste qui rejoint la critique de la bonne conscience formulée par Camus dans La chute, l'évêque défroqué constate les limites de son autorité et de sa force de conviction chrétienne. Lorsqu'il propose l'absolution, le prisonnier perspicace répond :

« Ecoutez-moi bien mon père ; à moi cela ne me sert à rien mais à vous, si. A vous, cela vous sert à retrouver la tranquillité, convaincu que vous avez rempli votre mission de pasteur. Vous n'avez rien à vous reprocher, on vous paie pour cela. Vous, en effet, vous partez en paix, voilà la différence. Les faveurs que vous, les curés, prodiguez retombent toujours sur vous. Vous me donnez l'absolution mais c'est moi qui vous absous (p.130) »… Dans ce coup de maître, Juan Benet donne à étudier une œuvre profonde : « le dernier des coquins lui-même assure qu'il obéit à l'appel du Seigneur et qu'il suit le chemin que lui signale sa conscience, éclairée par sa foi dans le Christ (p.156) ».

Aussi regrettera-t-on que le contexte politique soit resté trop flou ou trop complexe pour le néophyte du schisme de la chrétienté. Sans doute l'auteur reporta-t-il toute son ambition à l'examen des contextes et enjeux religieux de Europe du début XVIe siècle, qui trouvent leur expression dans ce dernier face à face entre Charles Quint ( « tout est lié : l'humanité, l'Allemagne, la conscience chrétienne et la monarchie universelle (p.188) » ) et Martin Luther ( « je ne crois qu'à la domination du Christ, au royaume de l'esprit, et je sens que la vie temporelle sera toujours plus agréable et paisible sous l'autorité d'un prince juste même s'il n'est point puissant (p.189) » )…


Parmi l'œuvre de Juan Benet, on retiendra le roman Tu reviendras à Région, ses nouvelles Treize fables et demie, ses cinq pièces de théâtre et l'essai L'inspiration et le style. Disparu en 1993, l'héritage de Juan Benet est aujourd'hui incarné par Javier Marias, à sa manière certes et à qui on doit les deux grands romans contemporains, Un cœur si blanc et Demain dans la bataille pense à moi.

Xavier CHARRETON

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°16 : 16.II.05

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
MEZARIGUE Laure - L’Agrément RIEL Jorn - Soré TAJADOD Nahal - Roumi le brûlé HOBAEK HAFF Bergljot - L'œil de la Sorcière ALCOTT Louisa May - Derrière le Masque SENNA Danzy - Symptomatique
 
 
[13]   LITTERATURES / pays > HISPANO-LUSOPHONE > Espagne   
 
  STROH Olivier - Don QUICHOTTE : redresseur de torts depuis 400 ans  Culture 
15 : 21.I.05
STROH Olivier :
Don QUICHOTTE : redresseur de torts depuis 400 ans
 

En 2005, l'Espagne fêtait les 400 ans de cette œuvre majeure de la littérature universelle publiée en 1605 par Miguel de Cervantes Saavedra, avec moult festivités tout au long de l'année, en Espagne et en Amérique du Sud. Analyse de ce monument. »»»

 
  MONTERO Rosa - La Fille du Cannibale  Espagne 
25 : 15.III.06
MONTERO Rosa :
La Fille du Cannibale
1 0
0 0
 

Roman initiatique sur la vie et son cheminement, sous des accents de polar : Ramón disparaît dans les toilettes de l'aéroport, alors qu'il s'apprêtait avec sa femme à partir pour Vienne passer le Jour de l'An. Une enquête policière menée à trois voix dans les eaux troubles de l'âme. »»»

 
 
PITOL Sergio - Le Voyage SENDER Ramon - Requiem pour un Paysan espagnol SILVA Lorenzo - Le Chagrin du Bolchevique ANTHOLOGIE POETIQUE - Trois poètes espagnols contemporains GARATE-MARTINEZ Ignacio - Le Duende - Vivre sa Vie AGUILERA Juan Miguel - Rihla
 
 

     
Du même auteur
BENET Juan
 
BENET Juan - Treize fables et demie
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
GONZALEZ RODRIGUEZ Sergio - Des Os dans le Désert
 
ROMAN :
nos préférés
 
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
GUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la FemmeSERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour
LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les FemmesYOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours Lointains
EMECHETA Buchi - La Cité de la DècheNESBO Jo - Rue Sans-Souci
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
ESPAGNE :
dernières entrées
 
ANTHOLOGIE POETIQUE - Trois poètes espagnols contemporainsMONTERO Rosa - La Fille du Cannibale
OREJUDO Antonio - De l’Avantage de voyager en TrainAGUILERA Juan Miguel - Rihla
GARATE-MARTINEZ Ignacio - Le Duende - Vivre sa VieSTROH Olivier - Don QUICHOTTE : redresseur de torts depuis 400 ans
LAFORET Carmen - NadaSILVA Lorenzo - Le Chagrin du Bolchevique
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)