N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
CABANNE Pierre - La Chambre de Joë BousquetCABANNE Pierre
La Chambre de Joë Bousquet
Enquêtes et écrits sur une collection
 
[1] André Dimanche
 
203 pages - 38 €
ISBN 10: 2-86916-144-1
7
1 2
2 2
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Paralysé, Bousquet ne visita jamais une galerie ou un musée, mais il fit venir l’art à lui contre une vie d’efforts et de concessions. Ce livre interroge cette existence, dans une biographie hors du commun et reproduit certaines des plus belles œuvres d’art contemporain.


Lire aussi notre article sur Joë Bousquet
( Les reproductions ci-dessous sont du présent livre )

« N’oublie pas que je suis rentré à vingt ans dans une solitude… je n’avais pas regardé un tableau, pas entendu une symphonie (p.20) » écrivit Joë Bousquet à son ami Jean Paulhan. Jusque là, l’écrivain avait contemplé, observé, rédigé et correspondu ; puis les murs de sa chambre devinrent le centre de gravité de force génies. Les visites débutaient à dix-sept heures, par un dédale empreint d’opium : « la chambre, une demie-pénombre où seule une lampe de chevet éclairait le visage, le choc des tableaux et l’homme allongé, la main tendue (p.22) […] Pour accéder à lui, on traversait des couloirs obscurs, des paliers obscurs, on passait des portes obscures. Joë Bousquet vivait allongé derrière une tenture lourde, presque impénétrable. Il fallait s’encombrer d’elle, repousser dans le noir les plis de l’étoffe, chercher longuement la coupure pour pénétrer. Cette halte obligée, cet arrêt aveugle pour tous ceux du dehors, témoignait que tout, de l’extérieur, arrivait amorti dans le sanctuaire en désordre où il avait été contraint, pour un temps sans limitation, de se créer une existence singulière (p.9) ». C’est en homme du dehors, étonné et tâtonnant, qu’on pénétrait dans la chambre de l’écrivain, et le sentiment de claustration ne se dissipait qu’en le quittant : « il fallait partir, se délivrer de la touffeur et de l’air raréfié, mais sitôt qu’on était dehors, on avait le désir immédiat de retourner dans ce rayonnement (p.10) ».

Le lecteur de Bousquet, qui a l’habitude de ce rituel intérieur qu’est l’ouverture d’un ouvrage du poète, peut tout se représenter : la mansarde et ses fenêtres murées, son odeur d’opium et l’atmosphère opaque de chambre d’hôpital, la tour de livres sur la table de chevet et la faible lueur qui la veillait, le feuillage de lettres clairsemé sur le lit et sa plume au repos, ou à l’ouvrage, tout juste déposée et tantôt reprise… Il entre dans ce livre comme les célèbres amis de Bousquet devaient jadis aborder son antre, l’esprit mêlé de fragile compassion mais vite abrogée en rencontrant son profond regard. Il avait été percé, enfin par les yeux fiévreux de l’immobilité, prunelles portées au-delà des lieux et des murs, de leur silence et de leur cécité. Louis Pons, qui au début ne connaissait rien aux arts et aux lettres, apportait l’opium vital au poète comme il le raconte si bien : « c’est le type qui m’a le plus frappé de ma vie […] Il m’a ouvert des portes, j’ai compris qu’il y avait un autre monde qui était l’art […] Il avait compris que je ne savais rien. Tout de suite, il m’a balancé, comme on te balance dans la mer […] Là bas j’ai vu des choses que je n’ai jamais pu retrouver : j’ai vu des gouaches de Bellmer. C’était pour moi un rêve, un monde auquel je ne comprenais rien, mais que je sentais très fort (pp.12-13) ».

La Chasse aux Trésors

L’enquête de Cabanne retrace la genèse d’une collection unique, rassemblée par l’amour que le poète portait à ses peintres contemporains : c’est un rare témoignage sur la France artistique de ces années, et un travail de longue haleine. On imagine une recherche rude au vu du riche résultat. L’imaginaire du lecteur, parcourant le temps, s’imprègne de cette chambre qui peu à peu accumula autant de merveilles par Dalí, Miró, Tanguy, Chirico, Kandinsky, Bellmer, Klee, Magritte, Dubuffet et d’autres encore… Au fil des œuvres, lettres, photos et écrits, réunis autour de cette incroyable collection de peintures, Bousquet apparaît telle une araignée tissant sa toile dans le beau. Et il ne fut jamais à court d’arguments pour conserver ses toiles préférées : « vous ne pouvez pas imaginer ce que ces tableaux représentent pour moi… Il a fallu pour couvrir mes murs souffrir toutes les ironies, pas une de ces toiles qui ne représente une histoire. Que m’importe leur qualité, ils sont ma vie (p.28) ».

Tout avait commencé grâce à Gala Eluard, amie dévouée qui lui procura son premier Dalí. Elle fut ensuite relayée par les passeurs d’arts ( Schoeller, Paulhan… ) avant que Bousquet n’entretînt une correspondance avec les artistes qu’il conjurait de lui céder une œuvre contre paiement différé ou échange de manuscrit. Exemple : « je cherche maintenant vos hiboux, naissance du jour. Magritte, je vous en prie, écrivez-moi. Dites-moi à quel prix vous me livreriez vos toiles les plus récentes, quelles conditions de paiement je pourrais escompter. Vous êtes venu à Carcassonne. C’était hier. Vous n’êtes jamais reparti. Et le souvenir de votre présence a prit l’accent légendaire qu’il fallait (p.128) ». Son enthousiasme était avant tout orientée vers le surréalisme, cette « découverte passionnée de notre semblable (p.23) », avant de s’ouvrir aux néo-cubisme, cubisme, art brut et art nègreMalkine, Tanguy et Miró furent ainsi ses premiers amours, Eluard s’étant lui-même démené pour lui procurer un tableau de Max Ernst, dont Bousquet dit un jour : « je ne connais pas de désespoir que la contemplation de ses peintures ne réussisse à dissiper (p.27) ». Et sans plus de mesure dans ses inclinaisons, il dit aussi d’Eluard qu’ « un jour, j’ai été profondément troublé par un poème d’Euard, j’ai senti que cela tuait tout ce que l’on avait jusque là appelé poésie (p.25) ».

Ce livre est aussi le portrait d’un homme infiniment généreux, un admirateur certes mais un ami avant tout, un confident et un serviteur dévoué à l’art et à ses acteurs. Il remua ainsi ciel et terre pour aider Antonin Artaud, alors abandonné sans le sou dans sa cellule d’hôpital psychiatrique. Pour le soutenir, ses amis surréalistes organisèrent une exposition, Bousquet écrivant le manuscrit illustré par Magritte. Il montra autant de dévotion quand il cacha Hans Bellmer ( plusieurs échantillons de sa fameuse collection Les Jeux de la Poupée sont reproduits ici ) alors recherché par la police : « jamais je ne vis un homme à la solitude et au silence si redoutables (p.58) ».

Traduit de l’Image

Le Zarathoustra de Nietzsche avait déclaré « l'art et rien que l'art, nous avons l'art pour ne point mourir de la vérité », et nul mieux que Bousquet n’illustra cette double vérité : « sa vision suscitait un langage analogique qui doublait, s’il on peut dire, le tableau d’un éclairage poétique ; il ne retenait de l’image que son prolongement dans un au-delà du regard qu’une autre réalité dévoilait (p.31) ». Bousquet vécut de l’intérieur, sa pensée et sa passion semblant avoir repris toute la mobilité qui manquait à ses membres : le beau, la peinture, le poème et même le chagrin même furent vécus en lui comme une marche, comme un contrepoids intellectuel de l’anesthésie de ses jours. Le lecteur qui le connaissait cheminant en solitaire ou traduisant le silence, est ici impressionné de le voir décrire la peinture.

Ainsi d’une œuvre de Michaux, il écrivit : « en premier plan, pétris de la même clarté qui se dissout à l’horizon, deux sommets d’arbres décapités, comme des mains impuissantes à retenir cette nuit. On dirait en pleines ténèbres l’ascension d’un gouffre […] C’est la première fois qu’un rêve où est la vie m’exalte au lieu de m’attrister (p.44) ». A Poussin il conféra le mérite « de donner à la lumière conscience d’elle-même (p.31) », de Fautrier il dit qu’ « il dégage du silence. Il supprime le nom des choses qu’il peint », de Bellmer que « c’est un retour à la mamelle. A la mamelle et un peu au-delà (p.172) », et d’un bois découpé de Arp, qu’ « on ne sait pas si c’est un oiseau qui s’envole ou une main ouverte, c’est cela la poésie (p.48) ». En 1943, Bousquet écrivit à Paulhan ces lignes essentielles : « tu m’as demandé une fois ce que j’éprouvais devant un grand tableau. Je t’ai répondu le besoin de marcher et, en même temps, d’arracher au peintre d’autres secrets […] Devant le Fautrier je dirai ce qu’on éprouve devant un grand tableau, c’est le besoin de prier (p.49) ». Cet ouvrage donne de superbes traductions du pictural : « tout mon courage venait de leur cœur […] la poésie n’est pas un fait de langage mais le langage et son fait (p.69) ».













Le miroir de mots qu’offre Bousquet à ces peintres est éclatant de vérité et de poésie ; ainsi du Jardin du garde-barrière de Klee : « un grand vent de fête où les distances suspendent des couleurs, enveloppe toute l’image, il y rend les lignes invisibles en les unissant à ses limites : l’ondoiement des bords absorbe le mouvement des lignes, le recouvre comme une vague ». Les intéressés l’avaient bien compris et le célébrèrent à leur tour, correspondances et collaborations se multipliant.

Dubuffet vint même le portraiturer, comme le fit Bellmer.
Entre autres coopérations, Ernst inspira Bousquet pour ses recueils Partitions et Les Choses sont, séduit par le dessin et la beauté de l’écriture du premier : « les hommes veulent mener deux vies à la fois, et on dirait qu’ils épuisent dans l’une ce qui ferait la grâce et la saveur de l’autre […] Il n’y a qu’un monde, me disais-je, il n’est pas possible que notre cœur batte pour nous en séparer (p.75) ». Dans une lettre magnifique à Bellmer, dense de considérations complexes sur le regard, il soutint que « l’homme est, dans toutes ses épaisseurs, extérieur à lui-même et comme expulsé de sa chair. Il me fait penser à une carte géologique roulée sur elle-même et qui se fut mise à vivre dans le coin où elle avait été abandonnée (p.167) ».

Et les questions n’en finissent pas : Bousquet aurait il écrit s’il n’avait été alité ? Sans doute n’aurait-il jamais écrit ainsi. Mais aurait-il écrit voire survécu sans « la lumière poétique (p.4) » des œuvres qui l’entouraient ? Assurément non, affirme Pierre Cabanne. Mais imprégné des gouaches, reliefs, courbes et couleurs qu’il chérissait, Bousquet eut par exemple l’envie singulière d’écrire en ‘style Dubuffet’ : « je dois raconter ce qui m’arrive par une porcelaine de ma cheminée. J’obtiendrais ainsi une œuvre dont on pourrait dire ce que j’écris de Dubuffet : Il voit des choses comme les verrait son pinceau s’il lui prêtait des yeux (p.190) ». Ce livre donne de superbes traductions du pictural, dont il confia que « tout mon courage venait de leur cœur […] la poésie n’est pas un fait de langage mais le langage et son fait (p.69) »…

Le Déshérité

Si Bousquet avait longuement réfléchi à la succession de sa collection, il ne prit pas les justes mesures pour éviter sa dispersion. A sa mort, une partie fit de Carcassonne le premier musée surréaliste. Le poète légua le reste à plusieurs amis, et nul ne s’occupa de les rassembler. Les cotes de ses toiles acquises sur vingt ans ayant depuis centuplé, l’appât du gain les dissémina une fois pour tout malgré les efforts de son ami René Nelli. Si Bousquet avait longuement réfléchi à la succession de sa collection, il ne prit pas les justes mesures pour éviter sa dispersion. A sa mort, une partie fit de Carcassonne le premier musée surréaliste. Le poète légua le reste à plusieurs amis, et nul ne s’occupa de les rassembler. Les cotes de ses toiles acquises sur vingt ans ayant depuis centuplé, l’appât du gain les dissémina une fois pour tout malgré les efforts de son ami René Nelli.

Depuis la disparition de Joë Bousquet, Pierre Cabanne n’a pas souhaité revenir dans cette chambre mythique aux murs marqués par les traces fantômes des rectangles disparus, désormais vidée de son âme. Il le fait ici enfin, et guide le lecteur dans la mémoire d’une collection époustouflante, pour revivre avec lui « entre quatre murs, fasciné(s), regardé(s) par les plus beaux tableaux du monde »…

Sonia SANDOZ

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°27 : 07.V.06

* * *

[23]   Nos SPECIALITES > EDITION > Ecrivains   
 
  SCHLECHTER Lambert - Regards d'un écrivain luxembourgeois   Ecrivains 
34 : 14.VI.07
SCHLECHTER Lambert :
Regards d'un écrivain luxembourgeois
 

Entretien. Depuis son Grand Duché du Luxembourg, Lambert Schlechter explore les littératures et philosophies mondiales qu’il distille au travers d’émissions radio et de chroniques mensuelles. Auteur de plusieurs livres, il revient sur l’épopée des emblématiques éditions Phi. »»»

 
  KAUFMAN Philip - Henry et June  Bio-Histoire 
22 : 21.IX.05
KAUFMAN Philip :
Henry et June
3 1
2 3
 

Paris, 1931 : rencontre de deux écrivains encore inconnus mais qui symboliseront rapidement la littérature érotique moderne, Henry Miller et Anaïs Nin. Avec l'exquise Maria de Medeiros, la troublante Uma Thurman, l'excellent Fred Ward et l'incontournable Kevin Spacey… »»»

 
 
GILBERT Brian - Oscar Wilde AQUIEN Pascal - Oscar Wilde SOLESMES François - Poète de la Nature BELLATIN Mario - Shiki Nagaoka : un nez de fiction BRECHON Robert - Henri Michaux L'HELGOUACH Erwan - Siham Bouhlal dévoile sa poésie ?
 
 
[4]   LIVRES > BEAUX-LIVRES > Peinture   
 
  MUSEES DE SENS - Gilles Marrey  Peinture 
28 : 17.VII.06
MUSEES DE SENS :
Gilles Marrey
1 2
1 1
 

Expo. Certaines toiles montrent une indéniable inspiration de peintres symbolistes, parfois proches de Gauguin ou Van Gogh. Gilles Marrey s’illustre surtout par ses ambiances chaudes, ou au contraire, à celles froides de la modernité. Musée de Sens : 25.VI–24.IX.06 ) »»»

 
  Von FRANZ Marie-Louise - BIRKHÄUSER Peter - La Lumière sort des Ténèbres  Art visionnaire 
48 : 23.I.13
Von FRANZ Marie-Louise :
BIRKHÄUSER Peter - La Lumière sort des Ténèbres
1 4
3 2
 

Apprécié de C.G. Jung et M.L. von Franz, voici une monographie détaillée du parcours et de l’œuvre de Peter Birkhäuser, qui peignit force archétypes. La petite cinquantaine de reproductions couleurs est généralement commentée à l’aune de la psychologie analytique. »»»

 
 
PREAUD Maxime - LE GUILLOU Philippe - RUBEL Georges - Yves Doaré L’ARCHE DE MORPHEE - La Mort Transfigurée
 
 
[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
RIGAL Denis - Les Proies et les Ombres ADAM Olivier - Le Coeur régulier GARDELLE Linda - Aylal, une Année en Mongolie BILLY Alain - Les Amandes GAUTIER Théophile - Le Godemichet de la Gloire VOITURE Vincent - Le Langage des Tétons & Lettres de Vincent Voiture
 
 
[36]   LIVRES > CULTURE > Biographie   
 
  JIN Xing - Rien n'arrive par hasard  Danse 
17 : 10.III.05
JIN Xing :
Rien n'arrive par hasard
1 0
2 0
 

« Mon corps est un corps de garçon mais, dans ma tête, dans mon âme, je suis une fille. J'ai décidé de devenir une fille (p.158) »… Tel est le rêve exaucé de ce colonel devenu danseuse et chorégraphe célèbre, conté dans un témoignage poignant digne d'un grand écrivain. »»»

 
  AQUIEN Pascal - Oscar Wilde  Auteurs 
32 : 08.IV.07
AQUIEN Pascal :
Oscar Wilde
2 0
2 2
 

Biographie abondamment détaillée du célèbre écrivain irlandais, dont l’esprit et l’amour des hommes lui valut l’opprobre et l’hypocrisie des Anglais. Tout en rendant hommage à son génie, cette étude a aussi le mérite de décrire des facettes moins élogieuses du personnage. »»»

 
 
DELVAILLE Bernard - Vies parallèles de Blaise Cendrars & de Charles-Albert Cingria THEODOROPOULOS Takis - Le Roman de Xénophon FOUCHE Joseph - Mémoires de Joseph Fouché, Duc d'Otrante SUETONE Caius - Vie de Caligula II : ses cruautés et ses exactions REIBEL Olivier - La vie secrète d’Hergé DE GASQUET Pierre - La Dynastie des Agnelli
 
 
[24]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Auteurs   
 
  AQUIEN Pascal - Oscar Wilde  Auteurs 
32 : 08.IV.07
AQUIEN Pascal :
Oscar Wilde
2 0
2 2
 

Biographie abondamment détaillée du célèbre écrivain irlandais, dont l’esprit et l’amour des hommes lui valut l’opprobre et l’hypocrisie des Anglais. Tout en rendant hommage à son génie, cette étude a aussi le mérite de décrire des facettes moins élogieuses du personnage. »»»

 
  SCHLECHTER Lambert - Regards d'un écrivain luxembourgeois   Ecrivains 
34 : 14.VI.07
SCHLECHTER Lambert :
Regards d'un écrivain luxembourgeois
 

Entretien. Depuis son Grand Duché du Luxembourg, Lambert Schlechter explore les littératures et philosophies mondiales qu’il distille au travers d’émissions radio et de chroniques mensuelles. Auteur de plusieurs livres, il revient sur l’épopée des emblématiques éditions Phi. »»»

 
 
MAISON de l'AMERIQUE LATINE - Pablo Neruda en Noir et Blanc BRECHON Robert - Henri Michaux AUXEMERY Jean-Paul - Réflexions sur la Création STROH Olivier - Gracq sur le Rivage des Syrtes PENOT-LACASSAGNE Olivier - Antonin Artaud BRECHON Robert - Fernando Pessoa
 
 

     
ECRIVAINS :
nos préférés
 
AQUIEN Pascal - Oscar WildeCABANNE Pierre - La Chambre de Joë Bousquet
 
ECRIVAINS :
dernières entrées
 
BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric - Semer l’Amour sur les RuinesCAILLEAUX Christian – BOURHIS Hervé - Piscine Molitor
STROH Olivier - Harold Pinter - PortraitCollectif - Ma pièce préférée
L'HELGOUACH Erwan - Siham Bouhlal dévoile sa poésie ?STROH Olivier - Gracq sur le Rivage des Syrtes
STROH Olivier - Pierre Loti, le KaléidoscopePENOT-LACASSAGNE Olivier - Antonin Artaud
 
PEINTURE :
dernières entrées
 
Von FRANZ Marie-Louise - BIRKHÄUSER Peter - La Lumière sort des TénèbresL’ARCHE DE MORPHEE - La Mort Transfigurée
MUSEES DE SENS - Gilles MarreyPREAUD Maxime - LE GUILLOU Philippe - RUBEL Georges - Yves Doaré
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)