N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
JOURAVLIOVA Natalia - SaisonsJOURAVLIOVA Natalia
Saisons
 
[20] Inventaire (L’)
 
121 pages - 16 €
ISBN 10: 2-910490-69-6
4
1 0
2 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Quatre portraits de femmes russes, subtils et révélateurs chez l'auteur d'un grand sens de l'observation, tendre et précis, et parfois d'une imagination proche du fantastique. Cette édition en bilingue au format de poche est de qualité et facture très soignées : un petit bijou !

Nul doute, les éditions L'Inventaire ont trouvé un vrai écrivain en Natalia Jouravliova, une jeune Russe née en 1974. Le compliment, rare sur ce site, est motivé par son talent de la description, riche et vivant comme les nombreux passages ci-dessous ne manqueront pas de le montrer. Les quatre nouvelles ( Une Visite, Petite Macha Marie, Jeu d'Enfant et froid… ) sont publiées dans leurs versions française et russe ( en fin d'ouvrage ). Elles filent des thèmes communs : les amours et souvenirs de femmes d'époque, d'âge et de société différentes mais partageant toutes une douce mélancolie du regret… Les deuxième et troisième nouvelle relèvent en outre d'un très subtil maniement du récit fantastique.

Soulignons au passage l'excellente facture de l'ouvrage, ainsi que celle du second recueil Exils : couverture pelliculée avec rabats, encre de couleur sur papier de qualité, introductions étayées, illustrations ( rien moins que Nikolaï Maslov dans le second volume ! ), version russe dans le même corps que la traduction ( les bilingues apprécieront ), et le tout dans un très joli format, de qualité.


Amours de Femme

Outre le souci de certains détails, on note une plume féminine par les thèmes traités. Ces quatre histoires de femmes relatent des amours déçues d'une manière ou d'une autre : mort de l'être aimé, sentiment d'incomplétude auprès du compagnon, désir maladif d'enfant, permutation des rôles de mère/fille/poupée, passion étouffée par une éducation matriarcale…

Le traitement des amours varient, au point que la bride de la mère et de la grand-mère de la quatrième nouvelle contraste singulièrement avec la liberté de mœurs de la seconde : « elle n'aimait pas s'engager. Aussi, au matin, au moment où, enchanté de l'aventure, il se rendait à la salle de bains, ne manquait-elle pas de l'informer du prochain retour de son mari. Planté sous le jet de la douche, le copain s'ingéniait à régler d'une main le robinet. L'eau ruisselait sur son visage en rigoles irrégulières, des flocons mousseux dégoulinaient sur son corps jusqu'au fond de la baignoire (pp.34-35) »…


Souvenirs

Mais sans doute est-ce le souvenir qui caractérise la thématique de Jouravliova, présent qu'il est dans ses deux recueils. D'ailleurs l'ambiance et l'environnement d'Une Visite sont très proches du Captif, qui partage aussi en filigrane la thématique du prisonnier. Dans Une Visite, ce sont surtout les flash-back de la vieille femme qui donnent l'âme au récit, dont on admirera le transport émerveillé quand elle était plus jeune : « le soir, à la veillée, on se réunissait tous, nous autres du village, et tu m'aurais vue danser ! Mes pays en restaient bouche bée. Lui, il les accompagnait à l'accordéon et ne me lâchait pas du regard. Je n'étais plus moi-même : je tournoyais comme si j'avais des ailes, sans rien voir autour de moi. Je sentais juste qu'il chantait et jouait pour moi seule. Et le jour où sa famille nous a envoyé les marieurs, je n'y ai pas cru. Je me suis réfugiée derrière le poêle et que je te pleure, j'y croyais pas, tiens, que c'était moi qu'on mariait. Puis j'entends qu'on m'appelle, alors je sors de ma cache, en pleurs, les lèvres tremblantes, les yeux gros de larmes (p.27) »

Et comment ne pas revivre sa vie de paysanne à la lecture de ses souvenirs savoureux : « elle était jeune, pleine de forces, capable, en une journée, de traire ses quarante vaches. Elles étaient cinq femmes à faire tourner la ferme. Traîner les seaux à travers la cour boueuse, charger les bidons dans les charrettes : elles faisaient tout elles-mêmes. Au petit matin, elles sortaient le bétail et s'occupaient du foin ; elles revenaient pour le repas, trayaient une partie du troupeau et l'ensemble, encore une fois, à la brune. Elles lavaient le pis, le pressaient pour remplir le seau d'un lait chaud et mousseux, graissaient les tétines à vif de la bête, puis passaient à la suivante, qui meuglait d'impatience, le pis gonflé, et ainsi de suite, à en avoir des crampes (pp.23-24) ».

De même, dans Petite Macha Marie, ce sont cette fois, dans un rapport inversé, les souvenirs d'une petite fille au sujet d'une sortie avec sa grand-mère. On croirait revivre la scène : « la balançoire s'envola et elle reçut le ciel en plein visage. Elle riait, prenant de plus en plus d'élan. Debout derrière elle, Grand-mère donna une nouvelle impulsion. Le ciel immense se rapprochait et elle était sur le point d'y basculer. Déjà, la ligne d'horizon se trouvait sous ses pieds. Encore un peu… et elle versa dans le ciel. Elle s'élança, bras ouverts, dans son immensité… En une fraction de seconde, le ciel se retourna et la petite Macha comprit qu'elle tombait. Mais elle ne voulait plus, elle hurlait de terreur, dans l'anticipation de la douleur. Elle hurlait étendue sur le sol, bien qu'elle ne sentît rien, sinon un insoutenable dépit, sans compter qu'elle refusait de croire à cette trahison (p.37) »…


Le Bébé

De fait, les descriptions de l'enfance suivent dans la troisième nouvelle, Jeu d'Enfant, dont la chute étonnante relève tout l'art de la narration qui la précède. Nous n'en dirons pas plus pour ne pas gâcher le plaisir. Mais la seconde nouvelle témoigne tout aussi bien du sens de l'observation de la jeune femme sur l'enfant, en l'occurrence un bébé, dans cette suite d'extraits dignes d'anthologie : « elle eut à peine le temps de distinguer le minois du bébé, noyé dans un flot de dentelles et de couvertures ; elle retint seulement la vision de joues dodues, de petites lèvres boudeuses et de fins sourcils étirés vers le haut. Il y avait, dans l'expression du petit visage, quelque chose de drôle et d'émouvant, qui le faisait ressembler à un caneton (p.39) », dont l'auteur sait décrire à merveille les changements d'expression : « le visage du bébé se fripa comme s'il allait pleurer mais, toujours endormi, il se contenta d'exhaler un soupir (p.41) »…

Et pour qui a tenu et dû nourrir un nourrisson dans ses bras, ce passage suffira à en revivre l'expérience : « avec des gestes lents, Marie prit le biberon, étendit l'enfant sur ses genoux et se mit en devoir d'insérer la tétine dans la bouche hurlante du bébé. Il n'en voulait pas, se détournait, s'étranglait avec sa salive et s'égosillait de plus belle. Elle n'en continua pas moins de lui enfoncer la tétine, avec les mêmes gestes lents et sûrs. Un jet de lait ruissela dans la petite bouche grande ouverte, l'enfant s'étouffa, toussa, voulut tourner la tête, battit des bras. Elle retira le biberon. Le bébé s'apaisa et posa sur elle des yeux écarquillés. A nouveau, elle approcha la tétine de sa bouche. Il eut une vilaine grimace, prêt à fondre en larmes, mais Marie le souleva légèrement, se pencha vers lui et prononça distinctement : 'ça suffit, maintenant. Bois !' Elle inclina le biberon et, de mauvaise grâce, l'enfant se mit à ingurgiter le lait froid, rivant sur Marie un gros œil effrayé (p.42) »…

Soit donc un sens parfait du conte, sans fioritures et sans mots en trop.

Erwan L'HELGOUACH

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°12 : 01.IV.05

* * *

[65]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Nouvelle(s)   
 
  collectif - Le Rose et le Noir  Nouvelle(s) 
10 : 16.X.04
collectif :
Le Rose et le Noir
1 0
2 0
 

10 nouvelles sur le thème des revers de l'amour : cinq lauréats du 5e Concours de nouvelles noires et policières côtoient cinq écrivains confirmés. L'ensemble est de qualité du début à la fin : maîtrise du sujet et du déroulement de l'intrique, style assuré, et chutes garanties. »»»

 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
 
HOFFMANN Ernst Theodor Amadeus - Le Choix d’une Fiancée FORTON Jean - Jours de Chaleur INCARDONA Joseph - Taxidermie O’SULLIVAN Vincent - En attendant Rongo TIE Ning - La Douzième Nuit MALTE Marcus - Intérieur Nord
 
 
[28]   LITTERATURES / pays > SLAVE > Russie   
 
  OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des Livres  Témoignage 
13 : 11.XII.05
OSSORGUINE Mikhaïl :
Les Gardiens des Livres
1 2
1 2
 

Alors que les bolcheviques fermaient les librairies, à Moscou la Librairie des Ecrivains résista de 1918 à 1922, aidant les livres à circuler et aux intellectuels à ne pas mourir de faim. Faute de papier, elle lança aussi une série d’illustrations et livres manuscrits, dont un de Tsvétaïeva. »»»

 
  KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov  Biographie 
46 : 10.IV.12
KRIVONOSOV Youri :
Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov
2 2
3 2
 

Ouvrage richement illustré sur la vie et l’œuvre du célèbre écrivain Russe. C’est aussi une des rares biographies d’écrivain réussies et disponibles en français, avec nombre d’analyses et citations de son œuvre, avec quantité de photos sur les grands intellectuels russes qui l’ont côtoyé. »»»

 
 
collectif - Peur BACKES Jean-louis - Aleksandr Blok PROKOFIEV Serge - La Tour Vagabonde BOULGAKOV Mikhaïl - Adam et Eve AKHMATOVA Anna - Requiem, Poème sans Héros LOUNTZ Léon - Les Frères Sérapion
 
 
[15]   MONDE SYNOPTIQUE > RUSSIE / CEI > Littérature   
 
  KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov  Biographie 
46 : 10.IV.12
KRIVONOSOV Youri :
Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov
2 2
3 2
 

Ouvrage richement illustré sur la vie et l’œuvre du célèbre écrivain Russe. C’est aussi une des rares biographies d’écrivain réussies et disponibles en français, avec nombre d’analyses et citations de son œuvre, avec quantité de photos sur les grands intellectuels russes qui l’ont côtoyé. »»»

 
  AKHMATOVA Anna - Requiem  Poésie 
21 : 21.VI.05
AKHMATOVA Anna :
Requiem
0 1
2 2
 

Requiem est un recueil à part dans la production d'Anna Akhmatova, avec Marina Tsvétaïeva, une des grandes poétesses russes de la première moitié de XXe siècle. Cette nouvelle traduction, avec le texte original, comporte des photographies d'Akhmatova et quatre gravures. »»»

 
 
ANDREIEV Leonid - Judas Iscariote et autres récits CHALAMOV Varlam - Mes Bibliothèques ANTHOLOGIE POETIQUE - Poètes Russes d'Aujourd'hui BOULGAKOV Mikhaïl - La Locomotive Ivre PROKOFIEV Serge - La Tour Vagabonde ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Avant-Garde Russe
 
 

     
NOUVELLE(S) :
nos préférés
 
SERNA Enrique - Amours d'Occasioncollectif - Le Rose et le Noir
 
NOUVELLE(S) :
dernières entrées
 
ASSELINEAU Charles - L’Enfer du BibliophileNODIER Charles - Infernaliana
LONDON Jack - L’Ennemi du MondeMERI Veijo - Une Histoire de Corde
EWERS Hanns Heinz - Tannhäuser crucifiéMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves
collectif - PeurJAMES Henry - L’Elève
 
RUSSIE :
dernières entrées
 
KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl BoulgakovPILNIAK Boris - Le Conte de la Lune non éteinte
collectif - PeurMARININA Alexandra - L’Illusion du Péché
collectif - Bienvenue à ZBACKES Jean-louis - Aleksandr Blok
AKHMATOVA Anna - Requiem, Poème sans HérosTCHOUKOVSKAÏA Lydia - Sophia Pétrovna
 
LITTERATURE :
dernières entrées
 
KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl BoulgakovAKHMATOVA Anna - Requiem
PROKOFIEV Serge - La Tour VagabondeANDREIEV Leonid - Judas Iscariote et autres récits
TCHEKHOV Anton - Voyage à Sakhaline, 1890 - 1891ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Avant-Garde Russe
ANTHOLOGIE POETIQUE - Poètes Russes d'Aujourd'huiBOTCHORICHVILI Elena - Opéra
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)