N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
ANDREIEV Leonid - Judas Iscariote et autres récitsANDREIEV Leonid
Judas Iscariote et autres récits
 
[3] José Corti
 
504 pages - 13 €
ISBN 10: 2-7143-0877-6
1
1 0
0 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Moins connu que d'éminents écrivains russes, l'ambition dans le choix de ses sujets et l'originalité de leur traitement confèrent à l'œuvre d'Andreïev une singularité à l'épreuve du temps et une indéniable universalité. Illustration par ce recueil de onze nouvelles…


Dossier Littérature Russe en partenariat avec www.zone-litteraire.com

Leonid ANDREÏEV, Ecrivain

Avocat de formation, Léonid Andreïev (1871-1919) étudia le Droit à Saint-Pétersbourg. Mais suite à l'échec d'une première plaidoirie, et son client refusant de le rétribuer, il s'employa à rédiger des chroniques judiciaires non loin des tribunaux. Elles durent alimenter son angoisse du gibet comme sa dénonciation de l'arbitraire judiciaire et de ses méthodes absurdes et inhumaines. Prolixe, il s'essaya au théâtre et à la nouvelle, puis aux romans courts dont Judas Iscariote et Les sept pendus sont les meilleures illustrations du présent recueil.

Révélé par Maxime Gorki, qui disait de lui que « pour tout ce qui touchait aux côtés sombres de la vie, aux contradictions de l'âme humaine, aux fermentations dans le domaine des instincts, il était d'une effroyable perspicacité », Andreïev devint rapidement un des principaux chefs de file du symbolisme russe. Sa pensée, caractérisée par un anti-tsarisme et un refus de tout système, en fit un anti-bolchevik dès la Révolution de 1917. Il avait en 1906 été expulsé de Russie par Nicolas II, avant de se réfugier en Finlande où il mourut des suites d'une tentative de suicide dit-on ratée… Comme il s'exerça aussi dans la photographie, il est par exemple l'auteur de l'autoportrait en couverture de ce recueil de onze nouvelles très diverses et regroupées chronologiquement de 1906 à 1908.

On sent chez lui la même fibre passionnelle que dans la puissance émotionnelle de sa prose, un être passionné, éternellement déçu, et que sa nature condamna à une inconsolable mélancolie : « j'étais assis, tout voûté, comme sur la tombe d'un mort, et je pleurais des larmes abondantes et intarissables, tenant mon mouchoir contre mon visage. En fait, quand je songe à la pose que j'avais alors, je me rends compte avec étonnement que, pour des raisons mystérieuses, je me donnais beaucoup de mal pour imiter, avec précision et sincérité, un homme qui vient de perdre un être passionnément aimé, et qui, en présence de ses amis et de ses proches, épanche son chagrin sur ses cendres (p.268) ». On retrouve la démesure sentimentale et mélancolique propre aux grands écrivains slaves, une écriture emphatique, une forme de spiritualité païenne, mêlant à la lucidité de l'hérétique, la démesure du mystique. Les lecteurs intéressés redécouvriront chez le même éditeur cinq autres volumes regroupant l'œuvre romanesque d'Andreïev.


La Religion

Ce présent recueil saisit d'emblée avec sa première nouvelle Les chrétiens, brillante par son absurdité comique. Elle présente un débat entre les différents membres d'un tribunal et une prostituée appelée à témoigner à ce procès dont on ne sait rien. Mais elle refuse de prêter serment puisque, croit-elle, sa condition l'en empêche. Or ses états d'âme n'ont pas de place dans un tribunal, et chacun essaie de l'en convaincre pour ne plus entraver davantage le bon fonctionnement de la Justice. Cette nouvelle, antérieure de vingt ans avant, préfigure le Procès de Kafka, qui dépeint l'absurdité brutale d'un monde qui se bureaucratise et nie tout principe personnel et individuel… Trois autres récits abordent avec irrévérence des thèmes religieux.

Ainsi, la nouvelle de Lazare ( frère de Marie et de Marthe, après une résurrection par Jésus qui le bannit du regard des hommes ) semble être une métaphore sur le destin des bannis qui amena aussi l'auteur à écrire Judas Iscariote. Celle-ci présente un Judas humain et fascinant, avec une relecture des Evangiles d'après le point de vue de ce dernier. Il a livré le Christ par amour et par jalousie envers Pierre et Jean qui ambitionnent tous deux sa place auprès du Christ : « Judas […] entendait Pierre dire d'une voix forte :
- Non je ne Le connais pas !
Mais manifestement on insistait sur le fait qu'il était l'un des disciples de Jésus, car Pierre répéta d'une voix encore plus forte :
- Mais non, voyons, je ne comprends pas de quoi vous parlez !
Sans se retourner et souriant malgré lui, Judas hocha la tête avec conviction et marmonna :
- Allons, allons, Pierre ! Ne cède à personne ta place auprès du Christ ! (p. 113) ».

On sent une ironie amère poindre derrière ces figures religieuses si peu orthodoxes. Celle-ci est prolongée par Le fils de l'homme, qui relate le basculement dans la folie d'un prêtre orthodoxe, après promulgation d'un décret de tolérance.


La Révolution de 1905

1905 est l'autre grand thème du recueil : trois nouvelles expriment l'amertume de la désillusion. La plus connue, Les Sept Pendus, relate les dernières heures de sept condamnés, dont cinq terroristes démasqués avant même d'agir. Seule leur présence fait indirectement écho à la faillite de la révolution.

Deux autres récits, Ivan Ivanovitch et Les ténèbres développent l'amertume, en opposant deux figures, un fonctionnaire d'état et un terroriste tacitement co-responsables du statu quo politique et social dans la Russie tsariste. Ivan Ivanovitch est commissaire de police, dont la redondance du nom étaie la stupidité du caractère : pris à parti par des révolutionnaires à peine moins ballots, il ne pense qu'à ne point salir ou abîmer son manteau neuf. Les ténèbres », qui valu à son auteur sa rupture d'avec Gorki, narre la nuit d'un terroriste réfugié dans un bordel la veille d'un attentat politique. Mais la narration déçoit et n'atteint pas la même qualité du Judas Iscariote ou la puissante résonance de La Malédiction de la Bête.

Deux autres nouvelles se détachent par leur modernité : Le Géant et La Malédiction de la Bête, qui saisit les enjeux psychologiques et sociaux de l'urbanisation du XXe siècle : « j'avais déjà vu un homme, puis deux, puis trois, dont le visage ressemblait au mien, et du coup, mon costume ne m'appartenait plus, mon visage ne m'appartenait plus. Même chose pour ma volonté et mes désirs (p.236) ». Il y décrit avec fureur l'horreur et la dépravation de la ville : « c'est la ville qui les conduit à la folie, à cette bestialité absolue, la ville remplie de jolies femmes inaccessibles qui appartiennent à d'autres (p.263) ». En établissant un parallèle brillant entre les hommes encagés dans leurs appartements et les animaux parqués au zoo dont la visite est le point culminant, l'auteur a sublimé sa critique dans un style expressif et tourmenté. Différente dans ses proportions et ambitions, Le Géant est une nouvelle courte, en fait un monologue enthousiaste évoquant des scènes oniriques avant une chute magistrale !

Xavier CHARRETON

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°18 : 01.IV.05

* * *

[65]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Nouvelle(s)   
 
  collectif - Le Rose et le Noir  Nouvelle(s) 
10 : 16.X.04
collectif :
Le Rose et le Noir
1 0
2 0
 

10 nouvelles sur le thème des revers de l'amour : cinq lauréats du 5e Concours de nouvelles noires et policières côtoient cinq écrivains confirmés. L'ensemble est de qualité du début à la fin : maîtrise du sujet et du déroulement de l'intrique, style assuré, et chutes garanties. »»»

 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
 
FORTON Jean - Jours de Chaleur STAMM Peter - D'Etranges Jardins ROUX Frédéric - Contes de la littérature ordinaire DÔLE Gérard - Le Vampyre des Grampians RIEL Jorn - La Circulaire et autres racontars ASSELINEAU Charles - L’Enfer du Bibliophile
 
 
[15]   MONDE SYNOPTIQUE > RUSSIE / CEI > Littérature   
 
  KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov  Biographie 
46 : 10.IV.12
KRIVONOSOV Youri :
Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov
2 2
3 2
 

Ouvrage richement illustré sur la vie et l’œuvre du célèbre écrivain Russe. C’est aussi une des rares biographies d’écrivain réussies et disponibles en français, avec nombre d’analyses et citations de son œuvre, avec quantité de photos sur les grands intellectuels russes qui l’ont côtoyé. »»»

 
  AKHMATOVA Anna - Requiem  Poésie 
21 : 21.VI.05
AKHMATOVA Anna :
Requiem
0 1
2 2
 

Requiem est un recueil à part dans la production d'Anna Akhmatova, avec Marina Tsvétaïeva, une des grandes poétesses russes de la première moitié de XXe siècle. Cette nouvelle traduction, avec le texte original, comporte des photographies d'Akhmatova et quatre gravures. »»»

 
 
HIPPIUS Zinaïda - Petrograd An 1919 GROSSMAN Vassili - La Madone Sixtine CHALAMOV Varlam - Mes Bibliothèques ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Avant-Garde Russe BOULGAKOV Mikhaïl - La Locomotive Ivre ANTHOLOGIE POETIQUE - Poètes Russes d'Aujourd'hui
 
 
[28]   LITTERATURES / pays > SLAVE > Russie   
 
  OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des Livres  Témoignage 
13 : 11.XII.05
OSSORGUINE Mikhaïl :
Les Gardiens des Livres
1 2
1 2
 

Alors que les bolcheviques fermaient les librairies, à Moscou la Librairie des Ecrivains résista de 1918 à 1922, aidant les livres à circuler et aux intellectuels à ne pas mourir de faim. Faute de papier, elle lança aussi une série d’illustrations et livres manuscrits, dont un de Tsvétaïeva. »»»

 
  KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov  Biographie 
46 : 10.IV.12
KRIVONOSOV Youri :
Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov
2 2
3 2
 

Ouvrage richement illustré sur la vie et l’œuvre du célèbre écrivain Russe. C’est aussi une des rares biographies d’écrivain réussies et disponibles en français, avec nombre d’analyses et citations de son œuvre, avec quantité de photos sur les grands intellectuels russes qui l’ont côtoyé. »»»

 
 
MARININA Alexandra - L’Illusion du Péché ANTHOLOGIE POETIQUE - Poètes Russes d'Aujourd'hui SENKOVSKI Ossip - Les Travailleurs de l’Enfer LOUNTZ Léon - Les Frères Sérapion BOULGAKOV Mikhaïl - La Locomotive Ivre BOTCHORICHVILI Elena - Opéra
 
 

     
NOUVELLE(S) :
nos préférés
 
SERNA Enrique - Amours d'Occasioncollectif - Le Rose et le Noir
 
NOUVELLE(S) :
dernières entrées
 
ASSELINEAU Charles - L’Enfer du BibliophileNODIER Charles - Infernaliana
LONDON Jack - L’Ennemi du MondeMERI Veijo - Une Histoire de Corde
EWERS Hanns Heinz - Tannhäuser crucifiéMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves
collectif - PeurJAMES Henry - L’Elève
 
LITTERATURE :
dernières entrées
 
KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl BoulgakovAKHMATOVA Anna - Requiem
PROKOFIEV Serge - La Tour VagabondeTCHEKHOV Anton - Voyage à Sakhaline, 1890 - 1891
ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Avant-Garde RusseANTHOLOGIE POETIQUE - Poètes Russes d'Aujourd'hui
BOTCHORICHVILI Elena - OpéraBOULGAKOV Mikhaïl - La Locomotive Ivre
 
RUSSIE :
dernières entrées
 
KRIVONOSOV Youri - Chroniques photographiques de la vie et de l’œuvre de Mikhaïl BoulgakovPILNIAK Boris - Le Conte de la Lune non éteinte
collectif - PeurMARININA Alexandra - L’Illusion du Péché
collectif - Bienvenue à ZBACKES Jean-louis - Aleksandr Blok
AKHMATOVA Anna - Requiem, Poème sans HérosTCHOUKOVSKAÏA Lydia - Sophia Pétrovna
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)