N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
MAURICE Violette - N.N. / Ecrire, résisterMAURICE Violette
N.N. / Ecrire, résister
Titre original : Nacht und Nebel
[31] Encre Marine
Entretien avec l'éditeur :
NEYME Jacques
256 pages - 17 €
ISBN 10: 2-909422-55-0
4
2 0
1 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Rares parmi celles à être revenues, l'auteur a brossé plusieurs tableaux de sa vie de déportée. Le ton juste et la plume sûre sans fioritures, ces textes poignants sont sans concession sur la nature humaine et les insondables souffrances que l'égoïsme peut générer…

Cette nouvelle réédition, au format poche sur beau papier MBM Ingres d'Arches, s'enrichit d'une préface de Marcel Conche et de vingt-cinq textes courts inspirés par le livre de Violette Maurice, tous de la plume d'auteurs publiés par les éditions encre marine. Et c'est sans oublier la belle calligraphie d'Eido Shimano Roshi et la douzaine d'encres de Michel Denis. Le titre se réfère à l'expression euphémistique et métaphorique dont usaient les nazis pour désigner les déportés destinés à l'extermination.

L'auteur n'avait d'autre prétention que de coucher des souvenirs et tranches de vie terribles vécues par celles qui furent déportées. Peu en revinrent, et l'ouvrage entier se souvient de celles qui terminèrent leur vie dans les camps de la mort. D'une telle expérience, on sort détruit ou nécessairement fortifié, car l'horreur permet de mieux mesurer le prix de la vie et d'affermir son verbe : « la vie peut nous serrer à présent contre son cœur ; nous sommes, vois-tu, quoi qu'il arrive, les femmes des camps de concentration mûries trop tôt au spectacle de la déchéance humaine, dans le reversement des valeurs spirituelles ; nos souvenirs sont maîtres de nous et nous n'y pouvons rien ».

Quand la vie n'a pas de prix

On retrouve ici et là les conditions dégradantes que l'on connaît, comme ici : « il n'y a pas de latrines… La cour est un espace putride où les sabots glissent et s'enfoncent ; l'odeur des excréments colle à nos corps et à nos vêtements fripés. Il est difficile de se laver : nous n'avons presque pas d'eau et les sentinelles sont là qui surveillent la toilette et ricanent (p.102) »… Eternelle histoire entre prisonnières et gardes-chiourmes, dont voici un portrait saisissant et difficilement plus réaliste :

« le marchand d'esclaves tarde à venir. Le voici enfin qui arrive, d'une démarche de canard, sanglé dans son uniforme SS menaçant d'éclater aux entournures. Il est gras à faire envie ! Regardez ce visage laiteux de brute allemande et cette hilarité gouailleuse digne d'un véritable maquignon ! Bien entendu il a la cravache et il est prêt à s'en servir. Sa manière de dévisager les femmes dénote le sadisme le plus complet. Elles sont là, serrées les unes contre les autres, comme rétrécies encore par l'angoisse d'une séparation prochaine : cinquante visages exsangues qui n'ont plus rien de féminin, cinquante loqueteuses, aux traits burinés et aux yeux fébriles, dont l'âme est en train de mourir jour après jour, à petit feu. Pour eux, de simples numéros de matricule (pp.69-70) »…

En effet, la vie n'avait aucune valeur, pas même celle du travail quand celui-ci continuait d'affluer. Ainsi, même les condamnées par la maladie étaient programmées pour la crémation avant même de mourir : « il n'a plus d'espoir ; on lui a déjà mis son numéro sur le bras pour le four crématoire (p.79) »… Il y avait déjà parmi elles de forts esprits, certaines s'étant même déclarées objecteurs de conscience ( Bibelforscher ). Par principe. Mais, hélas pour elles, non sans bêtise quand cela revint à tenir tête à une soldatesque imbécile… En ces cas-là, fierté flirte avec insolence, et elle ne peut gagner contre la bêtise armée. Elles le payèrent donc au tarif fort : « elles mouraient par centaines chaque jour, en ce temps-là, tombant d'en haut des échafaudages d'où elles étaient parfois volontairement précipitées (p.54) »…

Quand la faim taraude…

La faim est une souffrance personnelle et permanente du matin au soir : « faim envahissante, faim avilissante, faim qui abêtit : les femmes ne parlaient plus que de menus et trompaient leurs affres en copiant des recettes de cuisine. Je fis serment de ne jamais me laisser aller à en copier et tins jusqu'au bout. J'essayais en vain de penser à autre chose : l'idée de la faim revenait sans cesse. Nous nous réveillions la nuit en train de saliver ; nous rêvions indigestions et estomacs trop pleins (p.66) »…

Or la nature humaine accepte mal la souffrance, conformément à son interprétation de danger. Il arrive ainsi un moment où, une fois le seuil franchi, la solidarité s'efface devant la quête du salut individuel : « ces souffrances nous rendaient méchantes les unes contre les autres […] c'est tout juste si nous n'en voulions pas à notre compagne pour avoir reçu, un jour par hasard, une part de pain plus grosse que la nôtre (p.64) ». En fait, les instincts pouvaient s'abaisser davantage : « les scènes pénibles se multipliaient : dans le 'Revier' mouraient de faim les malades trop faibles pour lutter, à qui on volait leurs rations de soupe ou de pain. Les prisonnières en arrivaient à s'en piller les unes les autres (p.62) »…

Soit donc un témoignage simple, concis et précis pour résumer en quelques pages toute l'atrocité vécue pendant des années de réclusion barbare…

Clarisse YOUNG

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°15 : 21.I.05

* * *

[62]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Témoignage   
 
  OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des Livres  Témoignage 
13 : 11.XII.05
OSSORGUINE Mikhaïl :
Les Gardiens des Livres
1 2
1 2
 

Alors que les bolcheviques fermaient les librairies, à Moscou la Librairie des Ecrivains résista de 1918 à 1922, aidant les livres à circuler et aux intellectuels à ne pas mourir de faim. Faute de papier, elle lança aussi une série d’illustrations et livres manuscrits, dont un de Tsvétaïeva. »»»

 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
 
BERGAMINI Alexandre - Autopsie du Sauvage RAPPER Gilles de - Ismaïl Kadaré et l'Albanie DUROY Lionel - Ecrire ADORNO Theodor Wiesengrund - Mes Rêves AILHAUD Violette - L’Homme Semence MICHON Pierre - Vies minuscules
 
 
[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
HADDAD Hubert - Le Nouveau Magasin d'Ecriture GABORIAU Emile - Les Esclaves de Paris SAND George - Impressions et souvenirs STROH Olivier - Le Prince Philippe BIZOT Véronique - Les Jardiniers CAYRE Hannelore - Commis d'Office
 
 
[9]   MONDE SYNOPTIQUE > DEUTSCHE WELT > Nazisme   
 
  STROH Olivier - L’art contre la guerre  Peinture 
47 : 17.VIII.12
STROH Olivier :
L’art contre la guerre
 

Après 1945, la Littérature tenta de rendre l’indicible, tel l’Art qui a toujours sondé les tréfonds de l’âme humaine, capable du pire si obsédée par la haine. Lecture de trois œuvres, différentes et visionnaires, sur les ravages du nazisme, par trois artistes : Heartfield, Nussbaum et Boltanski. »»»

 
  MURPHY David E. - Ce que savait Staline  Histoire 
31 : 13.XII.06
MURPHY David E. :
Ce que savait Staline
3 0
2 0
 

L’Opération Barberousse, magistralement ourdie par Hitler, permit à l’Allemagne d’envahir l’URSS et violer leur Pacte de non-agression. Documents à l’appui, cet ex-agent de la CIA montre comment les personnalité et pouvoir de Staline furent seuls coupables du désastre annoncé. »»»

 
 
DUCHER Guillaume - Les Camps tragiques BOR Josef - Le Requiem de Terezin LEDIG Gert - Après Guerre DREYFUS Jean-Claude - Souvenirs lointains de Buchenwald et Dora LEDIG Gert - Sous les Bombes PIERSON Frank - Conspiracy
 
 
[20]   THEMATIQUES > CONFLITS & GUERRES > World War II   
 
  STROH Olivier - L’art contre la guerre  Peinture 
47 : 17.VIII.12
STROH Olivier :
L’art contre la guerre
 

Après 1945, la Littérature tenta de rendre l’indicible, tel l’Art qui a toujours sondé les tréfonds de l’âme humaine, capable du pire si obsédée par la haine. Lecture de trois œuvres, différentes et visionnaires, sur les ravages du nazisme, par trois artistes : Heartfield, Nussbaum et Boltanski. »»»

 
  MURPHY David E. - Ce que savait Staline  Histoire 
31 : 13.XII.06
MURPHY David E. :
Ce que savait Staline
3 0
2 0
 

L’Opération Barberousse, magistralement ourdie par Hitler, permit à l’Allemagne d’envahir l’URSS et violer leur Pacte de non-agression. Documents à l’appui, cet ex-agent de la CIA montre comment les personnalité et pouvoir de Staline furent seuls coupables du désastre annoncé. »»»

 
 
WERTH Léon - 33 jours LEDIG Gert - Sous les Bombes NAKAZAWA Keiji - J'avais six ans à Hiroshima, le 6 août 1945, 8h45 PIERSON Frank - Conspiracy BOR Josef - Le Requiem de Terezin FOGTDAL Peter H. - Le Front Chantilly
 
 

     
Du même auteur
MAURICE Violette
 
MAURICE Violette - Incandescence
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
AUDI Paul - CréerHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
»»» Plus de choix [31]
 
TEMOIGNAGE :
nos préférés
 
OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des LivresSEGEV Arieh - Le prisonnier du Kippour
SEIERSTAD Asne - Le Libraire de KaboulGONZALEZ RODRIGUEZ Sergio - Des Os dans le Désert
WILDE Oscar - De Profundis
 
TEMOIGNAGE :
dernières entrées
 
DUCHER Guillaume - Les Camps tragiquesDREYFUS Jean-Claude - Souvenirs lointains de Buchenwald et Dora
SEGEV Arieh - Le prisonnier du KippourGONZALEZ RODRIGUEZ Sergio - Des Os dans le Désert
Anonyme - Roman d’un inverti-néFRANCOEUR Marie & Louis - Plus fort que la mort
MAUPASSANT Guy de - En l’AirLONDON Jack - Ce que signifie la vie pour moi
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
 
NAZISME :
dernières entrées
 
STROH Olivier - L’art contre la guerreDUCHER Guillaume - Les Camps tragiques
DREYFUS Jean-Claude - Souvenirs lointains de Buchenwald et DoraRUZOWITZKY Stefan - Les Faussaires (2008)
MURPHY David E. - Ce que savait StalineLEDIG Gert - Après Guerre
LEDIG Gert - Sous les BombesBOR Josef - Le Requiem de Terezin
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)