N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
PERISSINOTTO Alessandro - Train 8017PERISSINOTTO Alessandro
Train 8017
Titre original : Treno 8017
[3] Fosse aux Ours (La)
 
218 pages - 17 €
ISBN 10: 2-912042-65-8
1
1 0
0 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Dans l'Italie meurtrie de l'après dernière guerre, Adelmo enquête sur les meurtres de cheminots. Et contrairement à la tradition dans le polar, l'ouvrage est magnifique : papier beige et épais, couverture originale d'après une affiche de Pierre Fix-Masseau… Un plaisir !

Turin, 1946 : inspecteur de la Police ferroviaire jusqu'à la libération de son pays, Adelmo Baudino est révoqué, injustement accusé de collaboration fasciste… Pour survivre, il se retrouve donc à cinquante ans à gâcher du ciment sur les chantiers de reconstruction de Turin, sa ville natale… Mais il y a aussi sa mère, qui « ne s'habituait pas à le voir rentrer d'une journée de travail les vêtements salis par la chaux et les cheveux qui paraissaient avoir blanchi d'un seul coup, la figure maculée d'un mélange de terre et de sueur, les mains couvertes de plaies. Cette main qui tenait avec sûreté une plume sur la photo accrochée dans la cuisine, où son fils figurait dans sa nouvelle fonction d'inspecteur de première classe : costume noir, col raide, nœud papillon, les cheveux coiffés en arrière, les moustaches en guidon bien entretenues, le regard absorbé et rieur à la fois et ces mains délicates, encore plus blanches si c'est possible que les longs poignets de chemise d'où elles dépassaient. Mais c'était en d'autres temps, lorsqu'on mangeait de la viande chaque jour de fête et qu'on ne se serrait pas la ceinture avec sa pauvre pension de veuve de la Grande Guerre. C'était du temps où son fils rentrait du travail beau comme un marié et non pas dégoûtant comme un vagabond à la soupe populaire (pp.15-16) »…

Ses seuls divertissements étaient désormais la lecture des faits divers et le dîner hebdomadaire avec Berto, son meilleur ami, bien plus argenté. C'est ainsi qu'il découvre les assassinats de deux cheminots, dont un ancien collègue qui aurait pu témoigner de sa bonne moralité et l'aider à sa réhabilitation… Alors, Adelmo, encouragé par Berto qui finance ses déplacements, part interroger les familles des victimes, fait des recoupements mais n'arrive juste que pour constater de nouveaux meurtres : « quelle belle expression ! Lieux-du-crime : à la lire dans le journal, elle résonnait dans votre tête comme un seul mot au ton technique, bureaucratique, dénué de nuances et d'émotions. Mais, être sur place, c'était différent, poser les pieds à l'endroit même où l'on avait tranché le foie à quelqu'un d'autre, c'était différent, être là, devant ce sang qui tachait le plâtre, c'était tout autre chose. Or c'était étrange, car au maquis, là-haut, ils en avaient vu, des morts coupés en deux par les mitrailleuses allemandes ; mais là, vraiment, c'était différent (p.57) »…

En les élucidant, il espère qu'on reconnaîtra son savoir-faire et, qui sait, qu'on le réintégrera dans son ancienne profession. Il parvient ainsi à relier ces meurtres en série à une catastrophe ferroviaire de mars 1944, inspiré du drame réel au tunnel des Armes, et il s'interroge : « c'était le poids des morts qui le troublait en ce moment, le poids différent des morts. En 44, on mourait pour un tas de raisons ; on mourait dans des camps de concentration, on mourait à cause d'une balle allemande, à cause d'une bombe alliée, on mourait pendu par les Républicains, et toutes ces façons de mourir avaient une valeur différente (p.120) ». Mais pour lui, la loi du Talion est inutile : « mais, au fond, la vengeance ne réclame que des justifications minimes, elle ne réclame qu'un prétexte quelconque pour se déchaîner. La vengeance ne punit pas les vrais coupables, la vengeance ne punit personne, elle apaise la douleur de quelqu'un et verse du sel sur les plaies des autres. Trente Italiens pour chaque Allemand, dix ou vingt partisans pour chaque Républicain, ce n'est pas de la stratégie, ni de la dissuasion, c'est de la rage, de la rage insensée (p.165) »…

Arrière-fond historique

La chute de Mussolini en septembre 1943 et le débarquement allié marquent la fin d'une période troublée en Italie. L'auteur montre bien comment les libérateurs étaient intéressés et que le peuple italien n'était pas dupe : « on ne pouvait pas dire du mal des Américains. Vingt-trois années de censure, et voilà que l'histoire se répétait : gare à qui contredisait les Américains, le monde était à eux maintenant, et c'était un monde qui ne lui plaisait pas, peut-être que le monde de Staline était meilleur, mais en ce dernier non plus il n'avait guère confiance (p.166) »… En fait, est-ce en raison de l'interventionnisme américain des ces dernières années, mais l'auteur met les propos suivants dans la bouche de son protagoniste déjà à l'époque :
« - je pense surtout que quand les Américains interviennent quelque part, il n'en ressort rien, bon ou mauvais.
- Je le pense moi aussi ; j'ai à l'idée que, dans les années à venir, on verra de belles saloperies (p.182) »…

Le texte, émaillé de mots italiens, atténue un peu l'ambiance lourde de cette période, où croissait la méfiance entre compatriotes ; et entendre cette langue chantante à travers le récit transporte le lecteur dans ce pays aujourd'hui si évocateur de vacances… Alessandro Perissinotto figure ainsi la variété des paysages italiens, de Turin à Bergame, en passant par Naples, le tout avec force descriptions détaillées et imagées : « Adelmo s'arrêta devant un étal qui vendait du poisson et resta comme charmé devant les formes prodigieuses de ces animaux agonisants qui frétillaient de temps à autre : loups, dorades, petits anchois, grosses tranches de thon, calamars, poulpes et seiches avec leurs tentacules retournées sur le corps. Encore vivantes dans les grandes cuvettes en zinc, moules et patelles envoyaient des signaux de bulles d'air, tandis que les escargots de mer tentaient de timides sorties de leur coquille. Mais encore le rose intense des homards et les transparences d'autres crustacés qu'il ne connaissait pas. (p.84) »…

Et un peu plus loin, il poursuit : « ces palais avaient des entrées avec des voûtes qui rappelaient des nefs de cathédrales et des portails immenses, sculptés par des mains d'artistes et creusés par le travail incessant des vers, qui n'avaient plus été fermés depuis allez savoir quand, les gonds avaient rouillé au point de se souder. Et il y avait des escaliers incroyables. Les volées, courbées en arches molles, étaient des voiles de galions, les paliers des hunes et les balustrades des vergues et des antennes. Il n'avait jamais vu des escaliers aussi élégants et aériens que ceux qui s'élevaient au fond des cours. (pp.92-93) ».

Norah GUENEAU

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°19 : 01.V.05

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
PADURA Leonardo - Passé Parfait HADDAD Hubert - Un Rêve de Glace DAVIDSEN Leif - La Chanteuse Russe LEDIG Gert - Sous les Bombes SAND George - Gabriel PERISSINOTTO Alessandro - La Chanson de Colombano
 
 
[20]   LITTERATURES / pays > EUROPE (autres) > Italien   
 
  CAMILLERI Andrea - La Disparition de Judas  Roman 
22 : 21.IX.05
CAMILLERI Andrea :
La Disparition de Judas
1 0
0 0
 

Roman original mêlant style journalistique, rapports administratifs et missives entre hauts fonctionnaires, dans une enquête de disparition d'un notable ayant joué le rôle de Judas dans la représentation de la Passion du Christ, un Vendredi Saint, en Italie. Tout un programme… »»»

 
  DI CARA Piergiorgio - L'Ame à l'Epaule  Roman 
19 : 01.V.05
DI CARA Piergiorgio :
L'Ame à l'Epaule
1 0
0 0
 

Palerme : une enquête actuelle vue de l'intérieur et menée de main de maître, mots violents pour descriptions crues, enchaînements rapides et cohérents. L'auteur, commissaire à la brigade anti-mafia de Palerme, est aussi romancier : exemple de double casquette réussie… »»»

 
 
DI CARA Piergiorgio - L'Ile Noire WU MING - Guerre aux Humains RIOTTA Gianni - Alborada BEVILACQUA Alberto - La Pâque Rouge STUPARICH Giani	 - L’île MAGGIANI Maurizio - Treize Variations sur l'Amour
 
 
[112]   Nos SPECIALITES > POLAR & POLICE > Polar/Suspense   
 
  collectif - Le Rose et le Noir  Nouvelle(s) 
10 : 16.X.04
collectif :
Le Rose et le Noir
1 0
2 0
 

10 nouvelles sur le thème des revers de l'amour : cinq lauréats du 5e Concours de nouvelles noires et policières côtoient cinq écrivains confirmés. L'ensemble est de qualité du début à la fin : maîtrise du sujet et du déroulement de l'intrique, style assuré, et chutes garanties. »»»

 
  LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes  Polar/Suspense 
27 : 15.VI.06
LARSSON Stieg :
Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes
3 0
1 1
 

Plus qu’une enquête et admirablement mise en contexte, cette saga mène le lecteur par un subtil enchaînement des faits et un luxe de détails. Rappelons pour plus de piquant que c’est le premier volet d’une trilogie que l’auteur remit à l’éditeur, juste avant une fatale crise cardiaque… »»»

 
 
GIHEF - CALLEDE Joël - Haute Sécurité T.1~4 BESSON Bernard - L’Imam bleu STEINHAUER Olen - 36, Boulevard Yalta OTSUKA - TAJIMA - MDP Psycho TSUKASA Hojo - Angel Heart T.3 SWAIN James - Le Sens de l'Arnaque
 
 

     
Du même auteur
PERISSINOTTO Alessandro
 
PERISSINOTTO Alessandro - La Chanson de Colombano
 
ROMAN :
nos préférés
 
LITTELL Robert - La CompagnieGUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la Femme
NESBO Jo - Rouge-GorgeMANKELL Henning - Le Retour du Professeur de Danse
SCARBOROUGH Dorothy - Le VentDAVIDSEN Leif - La Chanteuse Russe
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceYOSHIMURA Akira - La Guerre des Jours Lointains
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
ITALIEN :
dernières entrées
 
PENNACCHI Matteo - Le Tour du Monde sans un RondBOITO Camillo - Senso
CARBOCCI Mario - Sur les Epaules du FleuveSINISGALLI Leonardo - Le Moineau et le Lépreux
PASINETTI Pier Maria - A propos d’AstolfoWU MING - New Thing
WU MING - Guerre aux HumainsANDREINI Isabella - Lettres à mes Amants
 
POLAR/SUSPENSE :
dernières entrées
 
HENRIET Alain – CALLEDE Joël - Damoclès T.1-2CALLEDE Joël – PIGNAULT Roland - Asthénie T.1
GIHEF - CALLEDE Joël - Haute Sécurité T.1~4MARININA Alexandra - L’Illusion du Péché
LYNDS Gayle - Le dernier Maître-EspionJAMES Peter - Mort ou presque
LE ROY Philip - Couverture dangereuseALESSANDRINI Giancarlo – GIROUD Frank - Quintett T.5 : La Chute
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)