N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
NORAC Carl - Le Carnet de MontréalNORAC Carl
Le Carnet de Montréal
 
[6] Noroît (Le)
 
79 pages - . €
ISBN 10: 2-89018-417-X
1
0 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Pensées, descriptions et confessions présentées chronologiquement, en ‘entrées’ quotidiennes, parfois plusieurs par jour, et dépassant rarement la demi-page. Les thèmes abordés sont la vie, les tranches de vie, la sensualité, et l’intimité de l’écrivain… Avec une fable en prime.

Le recueil de poèmes en prose de cet adepte du « parti du vent » précède et annonce l’admirable Eloge de la Patience ( La Différence, 1999 ). Le poète se donne ainsi à connaître, en signifiant bien ses différence et distance d’avec le monde :

« je demeure du parti du vent, du clan de la distance. Mon détachement est une propriété de l’œil et mon errance une élévation. Je vais où l’on m’exauce et je me crois partout plus proche d’un nœud intérieur, d’une soute de sang, d’un équilibre savamment maintenu entre le vertige et le fleuve. A l’inverse, je demande à emplir, à assourdir un corps de ma présence, une bouche de ma langue et une ville de mon silence (p.18) » ;

« je ne suis pas un homme qui se laisse bercer par la vérité. Je préfère le trouble, l’excavation, l’équilibre sur une corde mouillée. La vérité, je la frôle pourtant, comme on le fait parfois de la poitrine d’une femme interdite (p.72) ».

Il dévoile aussi une grande sensibilité sensuelle, celle d’un grand amant, éternel amoureux mais qui ne se donne entièrement qu’à une âme sœur ; cependant, quelques allusions directes au doigté et aux caresses intimes peuvent parfois enlever au pouvoir d’évocation :

« ici, les poèmes s’achètent moins chers que les indulgences. Mais vous n’y trouverez pas plus qu’ailleurs de quoi sauver votre âme. Les poètes et les chiens, dans tous les pays, portent les mêmes péchés d’orgueil, certains en récitant et d’autres en aboyant. Le doigt qui vous sert à tourner les pages, vous feriez bien plus de cas de le flatter sur une autre gencive ou de le promener sur un sexe humide à votre passage (p.25) » ;

« tant de mots inutiles dégorgent avec la foi, patinent les dieux avant d’huiler les crânes. Tant de mots inutiles ravivent les passions, couchent les femmes silencieuses au bord de nos lits fatigués d’être revenus sourds au monde (p.52) »

« j’ouvre ma nuit à celle qui la trouve en moi, puis j’avance ma langue. La vie est moins amère dans la bouche des femmes. L’évidence d’être aimé s’y passe de poème. Ce que leur salive nous donne, ce n’est pas seulement un sucre ou un miel, mais une issue hors du désir qui pend aux lèvres des perdants (p.77) » ;

« il y a longtemps, je me souviens : l’herbe couchait avec n’importe qui. Nous savourions la terre avec les ongles. Je repense à ta chair d’ombres entre les cuisses, à ta langue qui me léchait en remontant doucement. J’aimais alors te soulever hors de l’herbe, te posséder dans l’air perdu. Alors, nous revenions avec ces fines plaies que les roseaux prolongent. Baignée de salive et de sueur, tu avais, ces soirs-là, quelques plis d’oiseaux au coin de la bouche (p.26) ».

Enfin, cette belle allégorie de l’instinct, présentée sous forme de fable ou d’anecdote fabuleuse, mérite d’être citée pour clore cette recension :

« à midi, j’ai mangé avec un loup. Il me regardait comme un homme. Par instants, il semblait rêveur, ses yeux s’humidifiaient, sans trahir une larme. Je n’ai pas osé le déranger, lui demander à quoi ou à qui il pensait. Les loups, même ceux de la ville, n’aiment guère les questions. Mais soudain, il m’a dit : ‘Je suis venu en ville pour me reproduire avec une humaine. C’est pour moi un désir ancien’.

A qui pouvais-je le présenter ? Les femmes que je connais n’aimeront pas, je le crains, l’odeur ni la stature de ce loup. Tentant de le dissuader, je lui ai fait l’éloge de la louve. Il a grimacé un moment, puis se rendant à ma démonstration, il a mordu rageusement dans le pain, m’a salué à peine et s’est enfui vers le mont Royal (p.31) »…

Erwan L'HELGOUACH

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°1 : 01.VI.04

* * *

[114]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Poésie   
 
  ANTHOLOGIE POETIQUE - Femmes Poètes de la Chine  Poésie 
21 : 21.VI.05
ANTHOLOGIE POETIQUE :
Femmes Poètes de la Chine
0 0
4 0
 

Excellente anthologie de 180 poèmes d'amour, par 127 poétesses de la Chine impériale essentiellement. Certes, il existe quantité d'anthologies plus fournies, mais la qualité et l'optique de celle-ci en font une excellente introduction qui honorera toute bibliothèque… Sélection. »»»

 
  MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles - Paris, 1860  Gravure 
14 : 01.I.05
MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles :
Paris, 1860
0 2
2 2
 

Réédition de cet ouvrage commun à deux artistes emblématiques du IIIe Empire, qui reposa essentiellement sur la volonté du célèbre poète dont les Tableaux Parisiens répondent de l’intérieur aux gravures extérieures de Charles Meryon, marin avant de devenir graveur… »»»

 
 
HIKMET Nazim - C'est un dur métier que l'Exil… ANTHOLOGIE POETIQUE - 101 Poèmes contre la Guerre CARPELAN Bo - Le titre du tableau peint par Klee ANTHOLOGIE POETIQUE - 25 Poètes Islandais d'Aujourd'hui ANTHOLOGIE POETIQUE - Jeux de Montagnes et d’Eaux ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Amour de Toi
 
 
[9]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > Wallonie   
 
  BARONIAN Jean-Baptiste - Une Bibliothèque Excentrique  Essai / Etude 
2 : 16.VI.04
BARONIAN Jean-Baptiste :
Une Bibliothèque Excentrique
1 0
0 1
 

Voici un petit livre comme on les aime à Arts Livres : un livre qui sort de l'ordinaire convenu de nos jours, un titre à l'amour des lettres, un livre personnel enfin, reflet des lectures passées au tamis après des lustres passés à la lecture. »»»

 
  BRECHON Robert - Henri Michaux  Auteurs 
34 : 00..00
BRECHON Robert :
Henri Michaux
1 0
3 2
 

Biographie très personnelle de ce lecteur assidu et connaisseur de Michaux, qui priviégia la lumière intérieure aux feux de l'extérieur. L'accent a été mis sur la genèse de certaines œuvres, citations à l'appui, et sur ses grandes quêtes vers la spiritualité. »»»

 
 
DUCOBU Michel - L’Ile élue RUSSO Albert - Sang mêlé FEYDER Vera - Dernière Carte du Tendre PERROS Georges - Correspondance 1966-1977 FRANÇOIS Rose-Marie - Une Ballade de Carnaval BARONIAN Jean-Baptiste - Quatuor X
 
 

     
POESIE :
nos préférés
 
AQUIEN Pascal - Oscar WildeMERYON Charles – BAUDELAIRE Charles - Paris, 1860
ANTHOLOGIE POETIQUE - Jeux de Montagnes et d’EauxBRECHON Robert - Fernando Pessoa
ANTHOLOGIE POETIQUE - Femmes Poètes de la Chine
 
POESIE :
dernières entrées
 
BOUHLAL Siham - EtreintesANTHOLOGIE POETIQUE - L’Assemblée littéraire
KHATIBI Abdelkébir - Quatuor Poétique – Rilke, Goethe, Ekelof, LundkvistMIZON Luis - L’Oreiller d’Argile
AL-MASRI Maram - Le Retour de WalladaDESCHENES Dominic - Le Silence de l’Attente
ANTHOLOGIE POETIQUE - Trois Poètes PortugaisBOUHLAL Siham - Corps lumière
 
WALLONIE :
dernières entrées
 
FRANÇOIS Rose-Marie - Une Ballade de CarnavalDUCOBU Michel - L’Ile élue
RUSSO Albert - Sang mêléPERROS Georges - Correspondance 1966-1977
FEYDER Vera - Dernière Carte du TendreBARONIAN Jean-Baptiste - Quatuor X
WART Jean-Luc - Le Lion de SableBARONIAN Jean-Baptiste - Une Bibliothèque Excentrique
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)