N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
STUDART Heloneida - Les Huit CahiersSTUDART Heloneida
Les Huit Cahiers
Titre original : Selo das Despedidas
[14] Allusifs (Les)
 
237 pages - 16 €
ISBN 10: 2-922868-36-2
3
1 0
1 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain…

« Les femmes de ma famille n'ont pas besoin de lunettes, dit Mariana. Elles voient la réalité tout le temps, avec tous les détails, et c'est peut-être pour cela qu'elles sont si râleuses (p.18) »…

C'est aussi Heloneida Studart ( née en 1932 ) qui parle : chaque page montre combien elle a les yeux en face des trous et le courage de dénoncer l'injustice. Mieux, c'est une féministe militante et un écrivain réputé dans son pays depuis les années 1950, avec plusieurs prix : que faisait donc l'édition française avant que cet excellent éditeur canadien ne comble la lacune, un bon demi-siècle plus tard ? Aujourd'hui élue au Parlement brésilien, on ne saurait trop conseiller au lecteur de lire cette interview pour mieux cerner le personnage et son œuvre avant de poursuivre cette chronique ou le livre en question.

Le roman est complexe et détaille les devoirs et problèmes auxquels les femmes étaient encore confrontées au milieu du XXe siècle, et certains comme la machisme ont la peau coriace. Petit avant-goût :
« à chaque génération de Nogueira, une des filles était préparée pour le célibat dans le but de servir plus tard, sa vieille mère. A cette élue, on refusait les symboles de la féminité ; personne ne lui adressait de galanterie, ne lui offrait un petit bracelet, une paire de boucles d'oreilles, un flacon de parfum. Pour qu'elle soit mieux disposée à son futur sort de vieille demoiselle dédiée à mitonner les soupes et les bouillons de sa mère, on lui interdisait d'aller à la fenêtre, de se rendre à des fêtes ou d'avoir des amis et des confidents. Certaines matrones de la famille Nogueira abusaient même dans ce sens et élevaient deux vieilles filles à la fois. C'est ce que fit dona Dondon, grand-mère de Maria das Graças, qui mit à sécher, comme deux feuilles jumelles entre les pages d'un livre, ses filles les plus jeunes (p.6) ».
Pour Mariana, ce n'est là qu'une des oppressions et vexations subies autrefois qu'elle (re)découvre à la lecture du journal intime de sa tante Maria, qu'elle vient de recevoir après son suicide sous forme de huits cahiers jaunis ( le titre français ne reprend pas l'original ).


L'Amour

L'amour, et l'absence d'amour, sont ce qui de près ou de loin relie personnages et personnalités : soit par les sentiments, soit au contraire par les clichés et les interdits. Le témoignage de Maria est souvent émouvant, comme lorsqu'elle parle avec tendresse de sa sœur Melba, déjà nubile : « quand elle arriva au coin de rue qu'on appelait 'coin du péché' - où une brise coquine soulevait toujours la jupe des femmes -, le vent retroussa ses deux volants de tulle et fit apparaître ses cuisses dorées. Ce fut alors un immense vol de serpentins : tous les danseurs arrêtés à cet endroit lui lancèrent des confettis colorés et elle riait, tenant son loup à la main, joyeuse comme elle l'avait toujours été, remplie d'allégresse comme jamais, car ma petite sœur était promise au bonheur. Elle était le plus rieur des bébés et la plus gaie des petites filles. Au collège des religieuses, elle refusait d'aller aux retraites de la Semaine sainte où le père Peixoto prononçait des sermons éloquents sur la condamnation éternelle (p.151) »…

Or Melba a un amant, et se confie à sa sœur : « Melba me jure que nous avons été élevées dans le mensonge. L'amour physique n'est ni sale ni douloureux, ce n'est pas non plus un devoir humiliant que les femmes mariées doivent accomplir un sacrifice offert sur l'autel du mariage. L'amour physique est une splendeur de la nature, une joie si forte qu'il faut crier pour le proclamer. En m'affirmant cela, Melba pousse un cri et je dois lui fermer la bouche de ma main pour qu'on ne l'entende pas (p.71) ». Mais l'indiscrétion de leur sœur aînée, Dona Mimi ( la future mère de Mariana ) lui attire les foudres paternelle et maternelle, le paternel allant quérir père Peixoto comme témoin de la disgrâce, lequel à son tour appelle le médecin qui ne peut que confirmer par écrit : « hymen perforé, défloration récente », constat qui revient deux fois dans le roman.

Melba est donc perdue, au sens propre : « seuls le mariage et la mort lavent l'honneur d'une femme qui s'est perdue. Le garçon s'est enfui de la ville après sa conversation avec le père Peixoto. Le scélérat a disparu ! Et comme personne dans cette maison n'a le courage de tuer Melba, elle doit mourir aux yeux du monde extérieur (p.135) ». On l'envoie donc au couvent : « le jugement des religieuses du collège qui lui disaient : 'il faut briser cette petite. Si ce n'est pas elle qui pleure, ce sont ses parents qui pleureront (p.37) ». L'auteur y reviendra à la fin du roman pour dénoncer la jalouse méchanceté et l'hypocrisie complaisante de ces sœurs censées assurer les bonnes œuvres.

Pour ce qui est de la génération suivante, qui vit à Rio, les problèmes sont autres. Mariana et Leonor sont désormais mariées, mais mal mariées : « comme disait grand-mère Pequenina : 'Ton choix, ta peine'. Si tu veux te marier, marie-toi ; après, tu pleureras dans ton lit, bien au chaud (p.12) ». Le couple de Mariana, depuis la mort de leur très jeune enfant, se parle à peine : « elle refusa en le remerciant cérémonieusement. Ils devenaient de plus en plus polis au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient l'un de l'autre. Ils ne pouvaient même plus discuter, se chamailler. Il leur manquait l'intimité pour cela (p.73) ».

Quant à Leonor sa cadette, la situation frise la pathologie : « les deux sœurs évitaient consciencieusement de se parler de leurs expériences sexuelles et de leurs désarrois au lit, mais ce matin-là, Leonor, emportée par l'indignation, lui raconta que son corps était comme une fête gâchée. Alfredo avait toujours refusé de le voir, n'avait jamais essayé de le réveiller, s'appliquant à ce qu'elle ait honte de lui. 'Un jour que je me levais du lit, nue, pour fermer une fenêtre, il m'a dit que j'avais brisé l'enchantement du mariage en me comportant comme une pute'. Pire : la nuit de leur mariage, il avait douté de sa virginité, car il n'avait pas vu la quantité de sang espéré et elle avait dû jurer, sur le salut de son âme, qu'elle n'avait jamais couché avec un autre homme (p.64) ». Et cela n'inaugure jamais rien de bon, en roman ou dans la vie…


Un Roman Matriarcal

Devant ce qui précède et ce qui suit, l'adjectif n'est point trop fort dans le sens anthropologique. Le fait est suffisamment inhabituel pour être souligné, et très intéressant sur le plan littéraire autant que comme témoignage d'une réalité guère très ancienne, dont nombre de stigmates perdurent aujourd'hui encore, au Brésil et ailleurs. Démonstration :

. les principaux protagonistes sont tous des femmes liées par le sang, au propre comme au figuré, et dans ce dernier cas comme sœurs, filles, petites-filles, nièces, etc. Devant la multiplicité des personnages, le lecteur dressera avec profit un petit arbre généalogique au fil de la lecture pour ne pas se perdre ;

. le roman est inspiré du Nordeste brésilien des années 1940-50, où l'auteur naquit avant de s'enfuir pour vivre librement en travaillant. Or par atavisme semblerait-il, chaque génération de ladite famille compte au moins une femme qui, non contente de sortir de la norme, a à cœur de se battre ouvertement pour ses convictions : les aïeules Francisca Clotilde ( « première femme à publier un roman dans l'Etat du Ceará (p.7) » ) et Barbara de Alencar ( abolitionniste et républicaine ), la tante Maria das Graças Nogueira de Alencar qui vient de se suicider, et Mariana, sa nièce et avocate à Rio.

. certaines s'entraident autant qu'elles le peuvent face à la bêtise et à la cruauté masculines ; simulation orgasmique et prostitution morale sont évoquées comme chez Mariana qui n'hésite pas à coucher pour s'assurer les services d'un médecin éperdu, et perdu, bien qu'elle dise que « j'ai toujours trouvé que coucher avec un homme sans l'aimer est une épreuve humiliante. Nous allonger sous cet homme non désiré et recevoir des coups dans la partie la plus secrète de notre ventre… Et il insistera toujours pour nous donner un plaisir que nous ne prétendons pas avoir (p.174) » ;

. les femmes sont opprimées par les hommes, dont aucun à part le commissaire Miltão ne fait l'objet d'un portrait flatteur : Maria décrit son père comme « faible » ; le jeune amour de sa vie Cid lutine aussi sa sœur Melba qu'il féconde ; sa nièce Mariana n'estime pas son mari qu'elle trompe par intérêt et non sans quelque trouble la première fois ; la sœur de celle-ci est mariée à un Alberto édifiant de suffisance et étriqué dans ses clichés ; policiers et politiques sont corrompus ; et les hommes sont veules en amour : « on lisait dans ses yeux qu'il était courageux. Mais peut-être se trompait-elle : les femmes, dans l'amour, sont les seules téméraires (p.148) » ; etc.

. pour bonne mesure, outre mentionner l'activité des aïeules Francisca Clotilde et Barbara de Alencar, le rôle historique de la Brésilienne Anita Garibaldi est aussi évoquée ( eh oui, derrière les grands hommes il y a toujours de grandes femmes ignorées ) ; et sur ce thème de libération politique, les révolutions ne sont souvent que vent et grands mots : « à quoi cela sert-il que je lui dise que la démocratie a gagné sur plusieurs continents et que les pauvres peuvent avoir espoir, car les socialistes ont également gagné ? Pour les femmes, il n'y a ni libération ni victoire (p.215) » ;

. la biologie féminine est inhabituellement très présente chez une femme écrivain : description de la fausse couche traumatique de Laurinha, évocation des accouchements secrets pour éviter l'opprobre, mention récurrente des règles et d'autres petits détails que la pudeur féminine tait généralement en public ( moins en privé ), tel celui-ci : « si elle se pinçait les cuisses, elle pouvait sentir rouler, comme de petites billes, les nodules de cellulite (p.84) »…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°1 : 01.VI.04

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
CIARAN Carson - Le thé au trèfle ALCOTT Louisa May - Secrets de Famille HAMDI Nora - Des Poupées et des Anges WERTH Léon - Clavel Soldat HIGHSMITH Patricia - Ces gens qui frappent à la porte LEHTOLAINEN Leena - La Poisse
 
 
[11]   LITTERATURES / pays > HISPANO-LUSOPHONE > Brésil   
 
  MINDLIN Betty - Fricassée de Maris  Brésil 
20 : 01.VI.05
MINDLIN Betty :
Fricassée de Maris
1 0
3 0
 

Superbe compilation de contes amoureux et fantastiques de l'ouest amazonien : mœurs libres côtoient tabous et us rigides, agencés dans un récit savoureux parfois remanié par l'auteur. Humanité et espièglerie garanties, sur fond guilleret et dans une selve exotique… »»»

 
  STUDART Heloneida - Le Cantique de Meméia  Roman 
14 : 01.XI.05
STUDART Heloneida :
Le Cantique de Meméia
1 0
0 1
 

Publiée en 1975, voici l'histoire d'une famille du nordeste brésilien, telle que vue et relatée par Marina. Bien conçue et bien écrite, ses thèmes et son déroulement annoncent, en presque tous points, un roman plus récent et plus abouti de l'écrivain : Huit Cahiers»»»

 
 
CARONE Modesto - Résumé d'Ana REZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'Aliéniste
 
 
[10]   AMERIQUES > Brésil > Littérature   
 
  STUDART Heloneida - Le Cantique de Meméia  Roman 
14 : 01.XI.05
STUDART Heloneida :
Le Cantique de Meméia
1 0
0 1
 

Publiée en 1975, voici l'histoire d'une famille du nordeste brésilien, telle que vue et relatée par Marina. Bien conçue et bien écrite, ses thèmes et son déroulement annoncent, en presque tous points, un roman plus récent et plus abouti de l'écrivain : Huit Cahiers»»»

 
  STUDART Heloneida - Le Bourreau  Roman 
35 : 01.X.07
STUDART Heloneida :
Le Bourreau
1 0
1 2
 

Le bourreau, bébé abandonné et élevé par une sorcière, devient un tortionnaire contaminé par la rage du damné : le roman finit sur un massacre et un gouffre de folie, dans le Nordeste brésilien où le feu du ciel s’allie à son silence et abandonne les êtres à leur malédiction. »»»

 
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves CARONE Modesto - Résumé d'Ana collectif - Charlemagne, Lampião & autres Bandits MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits
 
 
[46]   MONDE SYNOPTIQUE > AMERIQUE LATINE > Littératures AL   
 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
  STUDART Heloneida - Le Cantique de Meméia  Roman 
14 : 01.XI.05
STUDART Heloneida :
Le Cantique de Meméia
1 0
0 1
 

Publiée en 1975, voici l'histoire d'une famille du nordeste brésilien, telle que vue et relatée par Marina. Bien conçue et bien écrite, ses thèmes et son déroulement annoncent, en presque tous points, un roman plus récent et plus abouti de l'écrivain : Huit Cahiers»»»

 
 
MONTERROSO Augusto - Le Mot Magique STUDART Heloneida - Le Bourreau MIZON Luis - Poèmes d’eau et de lumière GIARDINELLI Mempo - Les Morts sont Seuls SEPULVEDA Luis - Le Monde du Bout du Monde GÜIRALDES Ricardo - Don Segundo Sombra
 
 
[56]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Roman   
 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
STUDART Heloneida - Le Cantique de Meméia MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves PADURA Leonardo - Adios Hemingway SEPULVEDA Luis - Le Monde du Bout du Monde MAÏ Franca - Momo qui kills CONRADO Julio - C’était la Révolution
 
 

     
Du même auteur
STUDART Heloneida
 
STUDART Heloneida - Le BourreauSTUDART Heloneida - Le Cantique de Meméia
 
ROMAN :
nos préférés
 
HOBAEK HAFF Bergljot - Le Prix de la PuretéTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
SCARBOROUGH Dorothy - Le VentMANKELL Henning - Le Retour du Professeur de Danse
GUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la FemmeDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
LAXNESS Halldor Kiljan - Gens IndépendantsEMECHETA Buchi - La Cité de la Dèche
»»» Plus de choix [24]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
BRESIL :
dernières entrées
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’EsclavesREZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge
CARVALHO Bernardo - Neuf NuitsMINDLIN Betty - Fricassée de Maris
collectif - Charlemagne, Lampião & autres BanditsMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amourMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'Aliéniste
 
LITTERATURE :
dernières entrées
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’EsclavesREZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge
CARVALHO Bernardo - Neuf Nuitscollectif - Charlemagne, Lampião & autres Bandits
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & JacobMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'AliénisteCARONE Modesto - Résumé d'Ana
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)