N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
KAGAN Robert - Le Revers de la PuissanceKAGAN Robert
Le Revers de la Puissance
 
[8] Plon
 
121 pages - 13 €
ISBN 10: 2-259-20068-0
3
2 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Ce dernier livre de Robert Kagan est riche en pistes de réflexions et de considérations sur la légitimité du droit d'intervention, qui valent finalement autant pour les Etats-Unis que pour l'Europe. C'est pourquoi nous le considérons de portée plus générale…


This last book by Robert Kagan elicits some fundamentals that could draw American might from its current crisis of legitimacy. The author shows that despite the United States' early and strong support for the establishment of the United Nations, the country has never really abided to its Charter, much less to prior legitimisation by the Security Council of any pre-emptive attack, whatever the motives or emergency. In fact, throughout their history, the U.S. have always maintained full leeway to their foreign policy and national interests, thereby overrunning international law whenever necessary. Furthermore, the discussion clearly shows that every modern power has behaved thus, provided it had the power and the room to do so. This proves the current French-German call for multilateralism rather odd, considering history and the recent European intervention in the Balkans along just those lines now both denounce. In fact many of the conclusions on the United States could easily be applied to the European Union, whether now or in the future…

Might is Right ( la loi du plus fort )

Ce livre analyse la légitimité de la politique étrangère américaine, maintenant que les Nations-Unies apparaissent au grand jour comme un simple faire-valoir des intérêts américains, pour peu qu'elles consentent dans leur sens. C'est aussi un moyen de tenter de sauver la face, à défaut de la légitimité : « lorsque le président Bush a décidé de se tourner vers les Nations Unies, c'était en grande partie à cause de la situation politique de Blair au Royaume-Uni et aussi pour renforcer son influence sur le Vieux Continent (p.44) ». Autrement dit, il fallait soutenir le principal allié, en fait l'unique allié de poids, alors que la puissance militaire des Etats-Unis n'en avait nul besoin, contrairement à sa diplomatie.

Car là est le paradoxe : « malgré leur rôle dans la création des Nations-Unies et dans la rédaction de leur Charte, les Etats-Unis [n'ont] jamais pleinement accepté la légitimité de l'ONU, et surtout pas la doctrine de l'inviolabilité de l'égalité souveraine de toutes les nations inscrite dans sa charte. En effet, l'Amérique a toujours été férocement jalouse de sa propre souveraineté mais […] durant toute son histoire [elle s'est réservé] le droit d'intervenir partout et n'importe où - de l'Amérique latine et des Caraïbes à l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient, du Pacifique sud à l'Asie de l'Est et enfin, au XXe siècle, en Europe même (pp.72-73) ».

Mais si la tentation hégémonique des Etats-Unis date du jour de leur proclamation d'indépendance, il est faux de l'imputer aujourd'hui aux seuls Républicains, puisque déjà sous l'ère Clinton le célèbre politologue « Samuel P. Huntington a mis en garde contre l'arrogance et l'unilatéralisme des politiques américaine (p.31) ». Certes, comparée au gouvernement actuel, l'administration Clinton apparaît plutôt respectueuse du 'droit international'… Surtout après l'essai Promoting the National Interest de Condoleezza Rice, actuelle conseillère de George Bush, paru début 2000 dans la très prestigieuse revue Foreign Affairs N°79 et où l'intéressée dénonce que « la précédente administration n'avait pas réussi à se focaliser sur l'intérêt national et avait préféré se tourner vers des 'intérêts humanitaires' ou vers les intérêts de la 'communauté internationale' (pp.108-109) »…

Or depuis l'Uruguay Round, on observe partout un durcissement de la position américaine à toutes les négociations, économiques et politiques, préférant les accords bilatéraux aux cinquante ans d'ère multilatérale qui bâtirent les principales organisations de coopération internationale. Le multilatéralisme désormais perçu comme trop coercitif, pourquoi se lier les mains quand on a largement les moyens de faire cavalier seul ? Cette optique est bien résumée par l'aphorisme du politologue Christopher Croker : « multilatéral si possible, unilatéral si nécessaire (p.51) »… Car « tel est en fait le monde dans lequel nous vivons, et d'ailleurs le seul dans lequel nous ayons jamais vécu. C'est un monde où, persuadé qu'il a toujours raison, le fort impose aux autres sa vision de la justice (p.62) »…

La souveraineté : une notion en désuétude

Pire, la légitimité onusienne à laquelle on se réfère pieusement aujourd'hui n'a jamais été qu'une poudre aux yeux, et pas uniquement du seul fait américain. Car la légitimité et le pouvoir du Conseil de Sécurité sont depuis l'origine battus en brèche par tel ou tel autre de ses membres.

Ainsi pendant toute la période froide, comme dans le jeu du chat et de la souris, les USA et l'URSS ont systématiquement bloqué les résolutions de l'un si contraires aux intérêts de l'autre. D'ailleurs, cela vaut aussi la légitimité des pays eux-mêmes : « les Américains n'ont jamais acquiescé à la légitimité de l'Union Soviétique et ont toujours cherché des moyens de la saper de l'intérieur et de l'extérieur, au risque même de créer une instabilité mondiale (p.73) ». C'est aussi ainsi que l'ambassadeur américain opposait un veto systématique aux résolutions visant la cause palestinienne, contraires aux intérêts israéliens, débat que Kagan n'aborde d'ailleurs pas.

On oublie aussi facilement que, plus récemment, en 1994 « l'administration Clinton a dépêché des troupes en Haïti sans l'accord du Conseil de Sécurité qui n'est venu qu'après (p.49) », un peu comme pour l'intervention américaine dans la Guerre de Corée. Enfin, en 1998, Clinton avalisa derechef l'opération Renard du Désert : trois jours de bombardements intensifs sur l'Irak, sans nul mandat onusien.

L'UE, ou la loi de plus fort en Europe

Et on aurait toujours tort de réduire le mépris de l'ONU aujourd'hui aux seuls Etats-Unis : « au Kosovo, ce sont les Européens et les Américains qui sont partis en guerre sans obtenir de légitimation de leur action par le Conseil de Sécurité (p.49) », pour contourner le veto slave de la Russie, alliée traditionnelle de la Serbie. L'ONU ne peut, pas plus qu'hier, imposer quoi que ce soit à l'un de ses cinq membres permanents, dont l'Europe a deux sièges. Si bien qu'en 2003, France et Allemagne exigeaient des Etats-Unis « une norme juridique internationale qu'eux-mêmes avaient ignorée, pour de bonnes raisons morales et humanitaires (p.58) » en 1995.

Or Dominique de Villepin souligna que « les Américains ainsi que l'Angleterre de Tony Blair ont vu dans le Kosovo le premier exemple d'un droit coutumier d'intervention humanitaire sans mandat de l'ONU », là où la France voyait « au contraire un exception, justifiée à la fois par un large soutien et par la menace d'un désastre humanitaire imminent (p.51) ». La guerre fut donc illégale, d'abord car non commanditée ni avalisée par l'ONU, ensuite parce que contre un Etat souverain, comme l'Irak d'ailleurs, mais qui à la différence de ce dernier n'avait commis aucune agression à l'extérieur, à part organiser le massacre de telle ethnie de leur population.

En outre, l'Europe s'est depuis dotée d'un organe qui lui permet de passer outre le Conseil de Sécurité, grâce aux TPI créé sous l'égide des Nations Unies, mais que ni la Chine et ni les USA par exemple n'ont ratifié : « le Tribunal pénal international, dont les gouvernements européens se sont faits les champions, autorise à agir contre les dirigeants responsables d'autres pays, même lorsque ces derniers n'ont pas ratifié le traité (p.71) ». Mieux encore, le TPI ne peut fonctionner que sur des pays plus petits comme la Serbie, proie facile, surtout avec le feu nourri de l'OTAN dont rien que le matériel est majoritairement américain. Alors, si nombre d'intellectuels américains et européens n'hésitent plus à qualifier certaines actions américaines de criminelles, imagine-t-on seulement le TPI autoriser une action contre l'administration Bush ?

L'Europe : un nain dans la cour du grand

Sans l'OTAN, jamais l'Europe ne serait intervenue au Kosovo : ses propres atermoiements et dissensions internes, largement étalées en public, ont montré une fois encore que le géant économique demeurait le même nain politique, avec des capacités militaires très en deçà de la puissance américaine : « les propres capacités du Vieux Continent ne cessent de décliner par rapport aux Etats-Unis, et les ambitions françaises en matière de création d'un contrepoids européen face aux Etats-Unis sont sans cesse contrecarrées par une aversion européenne postmoderne plus affirmée (p.34) ».

Et quand on sait que l'Europe est si divisée, d'abord entre nord et sud, puis entre latins et anglo-saxons, et plus récemment entre ouest et est, même ceux qui font cavaliers seuls ( par rapport à l'optique franco-allemande ) se tirent des balles dans le pied et ruinent leur propre crédibilité ! Ainsi du caniche des Etats-Unis, Tony Blair qui s'est engagé corps et âme à leurs côtés « à tel point qu'il a sacrifié une grande part de son capital politique personnel et international en tentant vainement d'obtenir une seconde résolution autorisant explicitement la guerre (p.44) ».

On conçoit que l'Europe s'émeuve et dénonce l'arrogance américaine, cela fait partie de son folklore depuis 1968 au moins, mais elle ne s'en donne jamais les moyens, alors qu'elle est en tête dans bien des domaines… Or, si on peut saluer la construction européenne là où Bolivar échoua lamentablement en Amérique Latine, quelle lenteur tout de même quand on lit la lucidité prophétique de John Quincy Adams père, deuxième président des Etats-Unis. De Londres, il écrivait voici deux siècles déjà, en 1817 : « face à la croissance prodigieuse de notre population, et de notre puissance, l'Europe est unanimement persuadée que nous deviendrons, à conditions de rester unis, un membre particulièrement dangereux de la société des nations (p.74) ».

Enfin, à supposer que l'accusation d'unilatéralisme américain soit justifiée, que signifie-t-il au juste ? Quand la France et l'Allemagne dénoncent cet unilatéralisme, que font-elles des pays de l'Union comme l'Italie, l'Espagne ou la Pologne qui représentent tout de même cent quarante millions d'habitants, soit autant qu'à elles deux ? Et quand bien même tous les petits pays de l'UE auraient voté avec les Etats-Unis, le verdict aurait-il différé ? « Ce qu'ils veulent dire vraiment, c'est que le soutien européen n'a pas été assez large (p.95) », lire sans l'Allemagne, sans la France. Et puis, concrètement, à partir de combien de pays, ou avec quels pays, tous européens s'entend, peut-on parler de consensus ?

L'Europe : plus légitime que les Etats-Unis ?

La question mérite d'être posée, car « l'Union Européenne jouit d'une légitimité naturelle du seul fait qu'elle est une organisation collective (p.39) ». Mais pour cela, encore faudrait-il qu'elle parle d'une seule et même voix, alors que l'axe historique franco-allemand est tiraillée des deux côtés, avec l'Angleterre d'un côté et la Pologne de l'autre qui mangent tous deux dans la main du puissant américain.

De plus, si « Europe compte, c'est parce qu'elle reste, avec les Etats-Unis, le cœur du monde démocratique libéral (p.103) ». Pour reprendre une expression du politologue Zaki Laïdi, la France, l'Allemagne, même l'Europe, sont des « nations à message », car le monde entier, Amérique inclue, écoutent ce qu'elles ont à dire : « les autres grandes démocraties libérales de la planète, y compris l'Inde et le Japon, ne pèsent pas encore aussi lourd que l'Europe dans les calculs de l'Amérique […] les opinions de New Delhi n'ont pas autant de poids et ne déchaînent pas autant les passions que celles de la capitale française (p.104) ».

Enfin, l'Europe a au moins un troisième atout : « l'OTAN est la seule organisation capable de concilier l'hégémonie américaine avec l'autonomie et l'influence des Européens (p.114) ». Mais il faudrait qu'elle s'affermisse et s'engage rapidement dans la voie que préconise par exemple Christian Saint-Etienne dans son livre La Puissance ou la mort - l'Europe face à l'empire américain ( Seuil, oct. 2003 ).

Et l'Europe a tout à gagner à faire jeu égal, et non pas contre, mais avec les Etats-Unis. Car comme le rappelle Joschka Fischer : « les Etats-Unis sont le seul véritable acteur mondial, et je dois mettre en garde contre toute mésestimation de leur rôle dans la paix et la stabilité du monde. Gardons-nous également de mésestimer ce que signifie ce pays pour notre propre sécurité (p.117) ».

Richard ACKERMANN

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°4 : 16.VII.04

* * *

[24]   AMERIQUES > U.S.A. > Politique   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  ZWICK Edward - Couvre-Feu  Action/Thriller 
11 : 01.XI.04
ZWICK Edward :
Couvre-Feu
0 0
0 0
 

Un film prémonitoire : des attaques de cellules terroriste à New York, où se mêlent le complot politique ourdi par la CIA, une armée américaine incarnée par un inquiétant général, et le FBI qui tente de sauver les citoyens en louvoyant entre les intérêts de l'agence et de l'armée… »»»

 
 
BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur Démasquée STROH Olivier - Qui dirige le monde ? VICTOR Barbara - La Dernière Croisade SUSKIND Ron - Le Roman Noir de la Maison Blanche WALLERSTEIN Immanuel - Sortir du monde états-unien FRACHON Alain - VERNET Daniel - L'Amérique Messianique
 
 
[22]   THEMATIQUES > ACTUALITE > Etats-Unis   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
 
LAURENT Eric - La Face cachée du Pétrole CLARK Wesley K. - L'Irak, le Terrorisme et l'Empire Américain SOROS George - Pour l'Amérique contre Bush KUPCHAN Charles A. - Comment l'Europe va sauver l'Amérique NADOUCE Philippe - Saint Gates MOORE Michael - Bowling for Columbine
 
 
[33]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Philosophie   
 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
  VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir  Philosophie 
10 : 01.IV.05
VALLA Lorenzo :
Sur le Plaisir
1 0
3 4
 

Publié en 1431, De Voluptate est un étonnant réquisitoire envers la liberté de chacun, sans entraves sociales, religieuses ou philosophiques. C'est cette acception large du plaisir que développa cet observateur, authentique et perspicace, qui ne transigea pas avec la vie… »»»

 
 
SIMMEL Georg - Kant et Goethe DOGEN Zenji - Shobogenzo : Bussho MENAGE Gilles - Histoire des Femmes philosophes DOGEN Zenji - Shobogenzo : Yui Butsu yo Butsu / Shoji HUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie DOGEN Zenji - Shobogenzo : In-mo
 
 
[28]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Politique   
 
  RITTER Scott - Les Mensonges de George Bush  Politique 
11 : 01.XI.04
RITTER Scott :
Les Mensonges de George Bush
2 0
2 0
 

Cet ancien investigateur de l'UNSCOM, décrit comment son action a été entravée, déformée et instrumentalisée par l'administration Bush, avec les acteurs et les mensonges sciemment construits pour museler les sceptiques et le Congrès, pour mieux engager les USA contre l'Irak. »»»

 
  LAURENT Eric - La Face cachée du Pétrole  Guerres du Golfe 
28 : 15.VIII.06
LAURENT Eric :
La Face cachée du Pétrole
1 0
2 0
 

Enquête saisissante, documentée mais un peu journalistique, sur l’histoire des enjeux pétroliers : épuisement de cette grande ressource stratégique, conspiration du silence. L’arme pétrolière aurait de plus servi à freiner l’URSS autant qu’à motiver la réélection de George Bush… »»»

 
 
SUSKIND Ron - Le Roman Noir de la Maison Blanche MOORE Michael - Tous aux Abris ! BILBAO Luís - Chávez et la Révolution bolivarienne BASHIR Ala - Le Médecin de Saddam MICHEL Serge - WOODS Paolo - American Chaos	MOSSE Claude - Les Grecs Inventent la Politique
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
DELOISON Yvette - Préhistoire du piétonLAURENT Eric - La Face cachée du Pétrole
 
POLITIQUE :
nos préférés
 
LAPHAM Lewis - L'Amérique BâillonnéeTHORET Jean-Baptiste - 26 secondes, l'Amérique éclaboussée
RITTER Scott - Les Mensonges de George BushBERLIOZ-CURLET Jacques - FBI Histoire d’un empire
 
POLITIQUE :
dernières entrées
 
STROH Olivier - Qui dirige le monde ?CESSE Philippe - Barack OBAMA, Chronique d’une Victoire annoncée
BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur DémasquéeFUKUYAMA Francis - D’où viennent les Néo-conservateurs ?
BERLIOZ-CURLET Jacques - FBI Histoire d’un empireTHORET Jean-Baptiste - 26 secondes, l'Amérique éclaboussée
KUPCHAN Charles A. - Comment l'Europe va sauver l'AmériqueSUSKIND Ron - Le Roman Noir de la Maison Blanche
 
ETATS-UNIS :
dernières entrées
 
STROH Olivier - Qui dirige le monde ?CESSE Philippe - Barack OBAMA, Chronique d’une Victoire annoncée
BLIN Arnaud - 11 Septembre – La Terreur DémasquéeNAIM Moisés - Le Livre Noir de l’Economie mondiale
FUKUYAMA Francis - D’où viennent les Néo-conservateurs ?LAURENT Eric - La Face cachée du Pétrole
NADOUCE Philippe - Saint GatesKUPCHAN Charles A. - Comment l'Europe va sauver l'Amérique
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
URSIN Jean - René GuénonBETHARDS Betty - Interprétez vos Rêves
AMANIEUX Laureline - Ce héros qui est en chacun de nousSAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en séries
GARELLI Jacques - De la Création poétiqueHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
anonyme - Le Tableau de CébèsLUCIEN de Samosate - Eloge du Parasite
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)