N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
[23] Magellane
CONTI Nicolo de - Le Voyage aux IndesCONTI Nicolo de
Le Voyage aux Indes
De Nicolò de’ Conti ( 1414 – 1439 )
 
[39] Chandeigne
Entretien avec l'éditeur :
CHANDEIGNE Michel
175 pages - 20 €
ISBN 10: 2-904662-86-1
6
1 0
2 3
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Première traduction française du témoignage d’un Vénitien aux Indes : Inde, Birmanie et Moluques. Forcé de se convertir à l’Islam, Conti rapporta à Florence la première vision d’ensemble des géographie et trafic maritime de l’Océan Indien.

Reprécisons l’importance historique du voyage de Conti, « le premier Européen à pouvoir localiser assez précisément, pour y avoir vécu, les îles de l’Insulinde. De plus, grâce à une longue pratique des voies maritimes de ces régions, il était parvenu à une vue d’ensemble assez juste de l’organisation de l’océan Indien qui a inspiré les cartographes du XVe siècle (p.61) ». Conti identifie enfin les lieux d’origine d’épices prisées comme le poivre, noix de muscade et clou de girofle ( quoiqu’en les permutant ). Ce récit, riche en informations géographiques, est relativement court et elliptique, est cependant de la main de Poggio Bracciolini ( Le Pogge ), secrétaire du Pape Eugène IV.






















Un bon demi-millénaire après sa publication, le présent ouvrage constitue la première traduction en français de ce classique de la littérature de voyage ! Il fut pourtant célèbre en son temps, qui plus est d’une influence capitale sur la cartographie européenne de l’épique, au point d’avoir été un des livres de chevet de grands explorateurs tels Ludovico Varthema et Antonio Pigafetta ! Cette belle publication, qui comporte plusieurs cartes, est en quatre parties :
1. la très instructive préface historique, qui prend la moitié de la pagination ;
2. le récit du voyage proprement dit tel que transcrit par Le Pogge ;
3. le court témoignage de Pero Tafur, qui étaie le précédent ;
4. l’appareil critique, surtout annexe aux détails de la préface avec notes et trois reproductions, suivies de la bibliographie et de l’index alphabétique.

Si le périple de Conti dura 25 ans officiellement, le témoignage de Pero Tafur, « un des trois principaux espagnols du Moyen Age et le seul à voyager pour son plaisir (p.45) » et que Conti côtoya en Egypte à son retour, indique plutôt 40 ans. La préface détaille les incohérences et la véracité entre les deux récits, ainsi que des ‘nécessaires travestissements’ opérés par Le Pogge ( voire par Conti ) pour raisons politiques et religieuses : « ainsi, la précision de la narration de Conti devrait beaucoup au crible de l’esprit éclairé, emprunt de géographie ptoléméenne, de son transcripteur. Nous serions en présence de l’œuvre de deux hommes, le compilateur s’étant éloigné de la neutralité jusqu’à jouer un rôle à part entière dans l’écriture de ce récit de voyage (p.51) ».

Le récit de Pero Tafur semble autrement corroborer la réalité du voyage de Conti, bien que l’Espagnol s’illustre par un grand amalgame en Ethiopie, mais compréhensible pour l’époque, des détail et faits censés avoir eu lieu en Asie Mineure, en Inde et au Sud-Est asiatique… Sur le plan philologique cependant, ce récit a autorisé diverses conjectures quant au rôle du Pogge dans ses choix de retranscription des détails fournis par Conti. Du reste, la fin du Voyage aux Indes comporte tout un développement sur les fameuses Terres du Prêtre Jean ( l’Ethiopie ) et les sources du Nil , qu’il a librement adjoint sur la base d’un autre témoin.

Veneziano Conti

D’une manière générale, le Voyage aux Indes est pauvre en informations autres que géographiques. Même sa famille ( une Asiatique et quatre enfants ) sont à peine évoqués. Les informations personnelles du voyageurs sont quasiment nulles sauf sur le plan religieux, et/ou pour le grandir aux yeux des autorités catholiques. Ainsi de sa conversion à l’Islam, officiellement pour sauver la vie de sa famille : « en Egypte et dans les territoires du sultan, il dut dissimuler sa véritable identité, car les ressortissants castillans étaient interdits d’entrée et toute infraction punie de mort, du fait de la tension entraînée par la Reconquista (p.45) ». C’est même pour solliciter le pardon du Pape que Conti lui demanda audience à son retour, ce qui lui fut accordé sous condition de relater son périple. Ceci éclaire mieux l’optique qu’aurait prise Le Pogge dans sa retranscription, d’autant qu’il ne manque pas d’insister sur la présence des Nestoriens en Inde et en Chine.

Plus curieux, rien n’est dit ou presque sur les mœurs et réalités en terres d’Islam, alors que l’intéressé y a vécu deux bonne décennies, au point de couramment parler arabe et persan. Dans la même veine, les détails ethnographiques sont imprécis, hormis la quantité de répétitions sur l’anthropophagie et les mœurs sexuelles dans telle ou telle autre contrée de son voyage. Exemple de ce passage plaisant et cocasse : « [Conti] remonta ensuite le fleuve jusqu’à une ville plus noble que toutes les autres, qui se nomme Ava et fait 15 000 pas de circonférence. Dans cette ville, il affirma qu’il y avait plusieurs boutiques, dont je [Pogge] décris en riant l’aspect lascif et ridicule : dans ces boutiques, des femmes seulement vendent ces instruments que nous appelons grelots et qui tintent. Ils sont en or, en argent et en cuivre et de la grosseur d’une petite noisette. Avant de prendre femme, les hommes se rendent dans ces boutiques car autrement le mariage ne pourrait se faire ; les femmes coupent la peau du membre viril en plusieurs endroits et elles insèrent ces grelots entre la peau et la chair, jusqu’au nombre de douze et plus encore, tout autour du membre en divers endroits. Une fois la peau recousue, les hommes guérissent en quelques jours. Ils font cela pour satisfaire la luxure des femmes. Car en raison des nœuds qui se forment et du renflement du membre, les femmes prennent grand plaisir lors du coït. Ainsi, lorsqu’ils marchent, nombre d’hommes font résonner les grelots de leur membre viril (p.97) »

Aussi l’intérêt de ce témoignage est-il, dans l’ampleur du voyage certes, mais surtout dans les détails et dimensions des villes visitées, et les distances et temps de navigation. L’ouvrage discute ainsi amplement sur les contributions directes et indirectes de Conti à l’élaboration de la Carte génoise (1447/57, pp.74-75), et de la superbe Carte de Fra Mauro (1459, pp.80-84) commanditée par le roi Dom Afonso V. Conti par exemple précisa que l’île de Taprobane des Latins était bien Ceylan, à dissocier donc de l’île Sumatra avec laquelle elle était confondue ; la mythique Chersonèse correspondrait de même à la péninsule malaise. Certaines voies de navigation et types d’embarcations sont également précisés.

C’étaient des jonques malaises dont la description des cinq mâts rappelle celle des jonques géantes des expéditions de l’amiral chinois Zheng He , qui croisaient également dans ces parages dans les deux premières décennies du XVe siècle, et qui avaient dû laisser une très forte impression à Ceylan comme à Java ( royaume de Majapahit). Conti parle d’ailleurs la grande Chine ( Macinum, pour Mâha-China ) ainsi que le Cathay, mais sans en expliquer la distinction, historiquement confondue avec le royaume des Kithans plus au nord et avec lesquels les Russes étaient en relation ( en russe, Chine se dit toujours ‘Kitaï’ ). De même, il mentionne la capitale chinoise Khânbaliq ( du mongol Canbuluc, ‘grande résidence du Khan’ ) pourtant déjà rebaptisée Beijing par les Ming (1368–1644) et signifiant capitale du Nord, par opposition à la capitale du Sud, Nanjing ( Nankin ). Autre grossière mais savoureuse erreur de retranscription latine, le Grand Khan fut appelé ‘Grand Chien’ ( Gran Cane )...

Gilles de ROKHA

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°30 : 09.X.06

* * *

[11]   THEMATIQUES > HISTOIRE > XVe siècle   
 
  SEPULVEDA SCHUlZ Claudio - Les Sept Expéditions Ming de l'Amiral Zheng He  Exploration 
23 : 01.XI.05
SEPULVEDA SCHUlZ Claudio :
Les Sept Expéditions Ming de l'Amiral Zheng He
 

2006 : 600e anniversaire. Un siècle avant Colomb, la Chine des Ming eut un illustre devancier en l’amiral Zheng He (1371–1435) dont les jonques géantes, cinq fois la taille de la caravelle Santa María, sillonnèrent les océans jusqu’au Moyen-Orient, l’Afrique, voire plus loin… »»»

 
  SEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai  Zen 
16 : 16.II.05
SEPULVEDA SCHULZ Claudio :
Ikkyu, Maître Zen Rinzai
 

Ikkyū est le moine zen du XVe siècle. Prêtre Rinzai, un des deux grands mouvements du zen nippon, il défendait l'illumination et sa pratique en compagnie des femmes, tout en étant excellent calligraphe, peintre, poète, maître de cérémonie du thé et de l'art des jardin. »»»

 
 
MATHIAS Cédric - Le Calendrier Aztèque collectif - Thessalonique, chroniques d'une ville prise collectif - Naufragés VESPUCCI Amerigo - Le Nouveau Monde CA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456) collectif - Voyages de Vasco de Gama
 
 
[61]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Litt. de voyage   
 
  STADEN Hans - Nus, féroces et anthropophages  Amazonie 
20 : 01.VI.05
STADEN Hans :
Nus, féroces et anthropophages
2 1
2 0
 

Immense succès en Europe au XVIe siècle, ce témoignage relate les différences et affres de l’Européen rencontrant les Indiens Tupis anthropophages. Ce récit, publié en 1557, concis et précis, est instructif autant qu’agréable, orné de reproductions de gravures originelles. »»»

 
  FABRY Philippe - La Relève de l'Escadre de Perse  Histoire 
35 : 01.IX.07
FABRY Philippe :
La Relève de l'Escadre de Perse
1 0
2 2
 

Mars 1671 : trois navires quittent La Rochelle, cap sur l'Inde, avec mission d'asseoir la puissance du Royaume de France avec l'Escadre de Perse qui les rejoint à Goa. Récit d'une géopolitique entre Anglais, Danois, Hollandais et Musulmans : l'expédition est un désastre. »»»

 
 
LANNI Dominique - Fureur et Barbarie WALLER Michel - Le Tibet interdit KNIVET Anthony - Un Aventurier Anglais au Brésil DE VEER Gerrit - BARENTSZ Willem - Prisonniers des Glaces CARUS Carl Gustav - Voyage à l’Ile de Rügen VARTHEMA Ludovico di - Voyage de Ludovico di Varthema
 
 
[7]   Nos SPECIALITES > GRANDS VOYAGEURS > Italiens   
 
  CA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)  Exploration 
25 : 16.III.06
CA' DA MOSTO Alvise :
Voyages en Afrique Noire (1455&1456)
3 1
2 3
 

Un des premiers témoignages européens sur l’Afrique Noire : concis, factuel et vivant, le jeune Alvise consigna une foule d’impressions et observations de grande valeur historique et ethnologique. Si les Portugais n’en sortent pas grandis, leur volonté d’exploration est à saluer. »»»

 
  LIUTPRAND DE CREMONE - Ambassades à Byzance  Histoire 
20 : 01.VI.05
LIUTPRAND DE CREMONE :
Ambassades à Byzance
2 0
0 1
 

A vingt ans d'intervalle, 949 et 969, Liutprand porta à Byzance les demandes des seigneurs de Rome : si la première mission se déroula dans les plaisirs et la bonne entente, la seconde termina en calvaire, consignées en latin dans l'Antapodosis et le Legatio respectivement. »»»

 
 
VESPUCCI Amerigo - Le Nouveau Monde VARTHEMA Ludovico di - Voyage de Ludovico di Varthema collectif - La Découverte du Brésil	PENNACCHI Matteo - Le Tour du Monde sans un Rond collectif - Naufragés
 
 
[3]   MONDE SYNOPTIQUE > ASIE (autres) > Indonésie   
 
  anonyme - Histoire des Rois de Pasey  Mythes 
12 : 21.XI.04
anonyme :
Histoire des Rois de Pasey
1 0
2 1
 

Cette épopée malaise composée à la charnière des XIVe et XVe siècles, traduite en France en 1874 par Aristide Marre, est enfin disponible à nouveau, étayée par un important appareil critique : rappels historiques, généalogie des protagonistes et un index particulièrement détaillé. »»»

 
  collectif - Histoires Tragico-Maritimes  Naufrages 
32 : 11.X.06
collectif :
Histoires Tragico-Maritimes
1 0
2 3
 

Témoignage de trois naufrages au milieu du XVIe siècle. Le troisième récit, le plus long et de grande qualité littéraire, est remarquable par le périple raconté, depuis le Portugal à Sumatra, en passant par l’Afrique et le Brésil. Avec un glossaire maritime en fin d’ouvrage. »»»

 
 
VARTHEMA Ludovico di - Voyage de Ludovico di Varthema
 
 
[11]   MONDE SYNOPTIQUE > ASIE (autres) > Inde   
 
  FABRY Philippe - La Relève de l'Escadre de Perse  Histoire 
35 : 01.IX.07
FABRY Philippe :
La Relève de l'Escadre de Perse
1 0
2 2
 

Mars 1671 : trois navires quittent La Rochelle, cap sur l'Inde, avec mission d'asseoir la puissance du Royaume de France avec l'Escadre de Perse qui les rejoint à Goa. Récit d'une géopolitique entre Anglais, Danois, Hollandais et Musulmans : l'expédition est un désastre. »»»

 
  CESSE Philippe - Statues Héroïques II : Sous-continent indien  Inde 
37 : 31.X.08
CESSE Philippe :
Statues Héroïques II : Sous-continent indien
 

Depuis l’Antiquité, dieux et héros répondent à l’archétype du géant : Titans, Colosse de Rhodes, Statue de la Liberté, etc. Le sous-continent indien offre un intéressant syncrétrisme d’influences hellénistiques, hindouistes, bouddhistes, et même chrétiennes. »»»

 
 
TAGORE Rabindranath - Poèmes chantés / Song-poems DELIEGE Robert - Voyage à nowhere CESSE Philippe - Les Halloween de Michael Jackson TAGORE Rabindranath - Quatre Chapitres BUSQUET Gérard – JAVRON Jean-Marie - Tombeau de l’Eléphant d’Asie FACERIAS Daniel - Mère Teresa, l'Indienne
 
 
[9]   LIVRES > CULTURE > Epices / plantes   
 
  BECAUD Nadia - Le Thé, La Culture Chinoise du Thé  Culture 
18 : 01.IV.05
BECAUD Nadia :
Le Thé, La Culture Chinoise du Thé
1 1
2 2
 

Un livre magnifique ( riche et superbement mis en page ) sur l'histoire du Thé en Chine, ses différents thés et leur histoire, sans excès. L'exposé est abondamment illustré, et en fait un beau petit livre très complet sur la culture chinoise du thé. »»»

 
  OKAKURA Kakuzo - Le Livre du Thé  Culture 
16 : 16.II.05
OKAKURA Kakuzo :
Le Livre du Thé
2 0
2 2
 

L'Art du Thé, Sadō ( litt. Voie du Thé ) compte un demi-millénaire au Japon, et constitue un des parangons du raffinement Zen. Plus qu'un raffinement, c'est une recherche de pureté… Voici donc un grand classique : un siècle de carrière et toujours aussi actuel. »»»

 
 
BOULMETIS Tassos - POLITIKI Kouzina (2003) GALLAND Antoine - De l'Origine et du Progrès du Café BOUHLAL Siham - Le Café des Soufis, ou Qahwat Al Sûfiyya Abbé RAYNAL - Epices & Produits Coloniaux KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs VARTHEMA Ludovico di - Voyage de Ludovico di Varthema
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
ENDERS Armelle - Histoire de l'Afrique LusophoneTEYSSIER Paul - Comprendre les Langues Romanes
DE VEER Gerrit - BARENTSZ Willem - Prisonniers des GlacesCA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)
 
XVE SIECLE :
nos préférés
 
CA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)
 
XVE SIECLE :
dernières entrées
 
collectif - Voyages de Vasco de GamaVESPUCCI Amerigo - Le Nouveau Monde
CA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)DELAFOSSE Eustache - Voyage d'Eustache Delafosse
SEPULVEDA SCHUlZ Claudio - Les Sept Expéditions Ming de l'Amiral Zheng Hecollectif - Naufragés
GEORGES de Hongrie - Des TurcsSEPULVEDA SCHULZ Claudio - Ikkyu, Maître Zen Rinzai
 
LITT. DE VOYAGE :
dernières entrées
 
PENNACCHI Matteo - Le Tour du Monde sans un RondGROSLIER Georges - Eaux et Lumières
FABRY Philippe - La Relève de l'Escadre de PerseMENESES Manuel de – MELO Francisco Manuel de - Le Naufrage des Portugais
MASCARENHAS João - Esclave à AlgerKATSURAGAWA Hoshū - Naufrage & Tribulations d’un Japonais
HEIDEN Frans Janssen van der - Le Naufrage du Terschelling sur les côtes du Bengale (1661)BONTEKOE Willem Ysbrantsz - Le Naufrage de Bontekoe
 
ITALIENS :
dernières entrées
 
PENNACCHI Matteo - Le Tour du Monde sans un RondVARTHEMA Ludovico di - Voyage de Ludovico di Varthema
VESPUCCI Amerigo - Le Nouveau MondeCA' DA MOSTO Alvise - Voyages en Afrique Noire (1455&1456)
collectif - NaufragésLIUTPRAND DE CREMONE - Ambassades à Byzance
collectif - La Découverte du Brésil
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)