N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
STUDART Heloneida - Le Cantique de MeméiaSTUDART Heloneida
Le Cantique de Meméia
Titre original : O pardal é um passaro azul
[14] Allusifs (Les)
 
176 pages - 14 €
ISBN 10: 2-922868-31-1
2
1 0
0 1
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Publiée en 1975, voici l'histoire d'une famille du nordeste brésilien, telle que vue et relatée par Marina. Bien conçue et bien écrite, ses thèmes et son déroulement annoncent, en presque tous points, un roman plus récent et plus abouti de l'écrivain : Huit Cahiers

Ayant d'abord lu Les Huit Cahiers (2000), on ne peut que constater que ce dernier est le cru bonifié vingt-cinq ans durant, et différent, du présent roman… Démonstration, la preuve par neuf :

1. l'intrigue est située dans le nordeste brésilien, dans une famille bourgeoise consciente de sa condition au-dessus du peuple ; les pauvres sont généralement perdants : « car la chance ne sourit jamais aux gens faibles, et je suis faible (p.101) » ; il y a de brèves allusions à l'abolition de l'esclavage et à la lutte pour l'égalité des droits, avec mention de quelques noms ayant œuvré en ce sens ;

2. les personnages sont essentiellement féminins, et partagent entre eux de proches liens de parenté, et ce sur trois générations ; existence d'une patriarche, une grand-mère dans les deux romans, femme austère ayant la haute main sur la maisonnée ;

3. ces femmes entre elles entretiennent des liens contrastés, soit réellement fraternel entre la protagoniste et sa petite sœur, soit plus souvent ambiguës ou retorses, jusqu'à la trahison : « les gens disaient qu'elle avait dénoncé sa sœur Guiomar par scrupule. Je pense que ce fut plutôt le choc de voir la nudité splendide de l'autre, la douleur de comparer ces seins parfaits avec sa poitrine plate, ces cuisses admirables avec ses jambes comme des allumettes, qui la poussèrent à la délation (p.13) » ;

4. poids de la religion, et la réserve féminine aux avances masculines est de rigueur, au point que l'éducation des filles a travesti les amours sexuelles sous le sceau de l'opprobre : « Marina, l'amour n'a rien à voir avec ce qu'on nous a dit. La famille nous a toujours trompées et les bonnes sœurs nous ont bourré le crâne de mensonges (p.82) » ;

5. les licences amoureuses sont donc interdites en dehors du cadre du mariage, chrétien cela va de soi : « et prend garde à ne pas trop écarter les jambes. Tu connais la loi des Carvaihais Medeiros : une femme est mariée, vierge ou veuve. Rien d'autre (p.82) » ; ' fauter' est ainsi puni de couvent, seule exutoire honorable pour la famille autant que pour la 'fille perdue' : « celle-là est aimée de ses parents. S'ils avaient vraiment voulu la punir, ils l'auraient abandonnée et elle serait devenue une femme facile (pp.130-131) » ; dans le même esprit, le séducteur doit épouser ou fuir pour éviter d'être occis ;

6. dans ce contexte, la narratrice est une forte tête : elle a plus de latitude que ses sœurs et porte un autre regard sur les siens et sur son monde ; son prénom Marina rappelle ceux de Maria et Mariana, les protagonistes de Huit Cahiers ;

7. naturellement, dans une famille comptant autant de femmes, certaines aiment et s'abandonnent : une tante en a été punie et internée en couvent : « notre autre grand-tante, Cecilia, fut internée pour expier un éché qu'elle avait omis de confesser avant sa première communion (p.9) » ; c'est aussi la petite sœur Delva (Melba dans Huits Cahiers ) qui connaît l'amour et qui, encore, s'en ouvre à sa sœur aînée : « elle ne put plus se contenir et un torrent chaud de sensualité et de confidences lui sortit du cœur, ce qui était jusque-là défendu. Elle me raconta tout. De sa gracieuse petite bouche s'échappait une haleine lubrique. Tandis qu'elle parlait, elle touchait sans s'en apercevoir ses seins, palpait sa gorge. Je sus alors que le Paraguayen ne l'avait pas seulement physiquement possédée, mais il l'avait soumise à toutes sortes de fantaisies sexuelles (p.104-105) » ;

8. comme la Maria de Huits Cahiers, Marina a aimé aussi, longtemps seule et sans que personne ne s'en aperçoive : « je gardai le silence. L'amour me promettait seulement une interminable souffrance et une angoisse infinie - je ne pouvais partager ces sentiments avec personne (p.82) » ; cet homme aimé était poursuivi : « c'est pour cela que je me sentais si malade, si abattue. João était comme une graine dans la pulpe d'un fruit, il était profondément introduit dans la vie de mon corps. A mesure qu'il s'affaiblissait, je dépérissais. Ils étaient en train de tuer João, ils me tuaient aussi (p.143) » ; et comme lui, elle n'était pas libre de tous ses mouvements : « j'ai toujours été plus prisonnière que lui : c'était moi qui portait ces barreaux partout avec moi, qui étais prisonnière de ma solitude et enfermée dans la cage de mon profond désespoir (p.161) » ;

9. mention au passage d'une nisei ( Brésiliens d'ascendance japonaise qui constituent aujourd'hui la plus grande communauté 'nippone' en dehors du Japon ) : « j'examinai son petit visage et ses mains fines qui tenaient une revue de bandes dessinées. Elle avait cette féminité intense des Asiatiques qui rend les autres femmes si grossières (p.141) ».

C'est, dans le fond, incontestablement la même histoire, même si contée différemment au point d'en faire deux romans distincts, qu'on prendra plaisir à lire, même à la suite. Dans celui-ci, quelques phrases m'ont interpellé pour d'autres raisons :

. « non, Calunguinha, c'est la conscience qui fait souffrir les hommes (p.72) » : truisme littéraire sans doute, c'est aussi une réalité neurophysiologique. La douleur, physique ou psychique, n'est perçue par l'être humain qu'au-delà d'un certain seuil, et plus important, que si elle devient consciente ; en général, certaines souffrances sont infra-liminaires et restent donc insconscientes, constat sur lequel la psychologie, et la psychanalyse en particulier, ont assis leur légitimité ;

. « je savais pourquoi l'odeur d'ammoniaque était de plus en plus forte : les prisonniers urinaient de peur (p.114) », outre illustrer la réalité de la prison dans ces parages, rappelle une réalité que partagent tous les mammifères supérieurs : la peur relâche les sphincters de la miction, observation qui dans ce contexte carcéral devient poignante ;

. « il eut cette secousse si forte qui me tapa violemment le ventre et que j'eus la sensation que des alvéoles de miel se déversaient au fond de mon ventre. Il laissa tomber son visage sur ma poitrine (p.165) » : la métaphore est tendre autant qu'originale…

Philippe CESSE

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°14 : 01.XI.05

* * *

[355]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Roman   
 
  LITTELL Robert - La Compagnie  Roman 
4 : 16.VII.04
LITTELL Robert :
La Compagnie
3 0
2 0
 

La CIA comme on ne l'a jamais vue : fonctionnement et évolution depuis la fin de la seconde guerre mondiale au début des années 90 avec le putsch manqué contre Gorbatchev. Un roman d'espionnage passionnant, qui mêle habilement histoire et fiction... »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
LOCANDRO Catherine - Clara la Nuit WART Jean-Luc - Le Lion de Sable BEHN Aphra - Oronoko, l’Esclave royal RIEL Jorn - Soré HUSTON Nancy - Lignes de Faille LARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes
 
 
[11]   LITTERATURES / pays > HISPANO-LUSOPHONE > Brésil   
 
  STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers  Roman 
1 : 01.VI.04
STUDART Heloneida :
Les Huit Cahiers
1 0
1 1
 

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain… »»»

 
  MINDLIN Betty - Fricassée de Maris  Brésil 
20 : 01.VI.05
MINDLIN Betty :
Fricassée de Maris
1 0
3 0
 

Superbe compilation de contes amoureux et fantastiques de l'ouest amazonien : mœurs libres côtoient tabous et us rigides, agencés dans un récit savoureux parfois remanié par l'auteur. Humanité et espièglerie garanties, sur fond guilleret et dans une selve exotique… »»»

 
 
STUDART Heloneida - Le Bourreau REZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge collectif - Charlemagne, Lampião & autres Bandits MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour
 
 
[10]   AMERIQUES > Brésil > Littérature   
 
  STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers  Roman 
1 : 01.VI.04
STUDART Heloneida :
Les Huit Cahiers
1 0
1 1
 

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain… »»»

 
  STUDART Heloneida - Le Bourreau  Roman 
35 : 01.X.07
STUDART Heloneida :
Le Bourreau
1 0
1 2
 

Le bourreau, bébé abandonné et élevé par une sorcière, devient un tortionnaire contaminé par la rage du damné : le roman finit sur un massacre et un gouffre de folie, dans le Nordeste brésilien où le feu du ciel s’allie à son silence et abandonne les êtres à leur malédiction. »»»

 
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'Aliéniste MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’Esclaves CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits collectif - Charlemagne, Lampião & autres Bandits MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour
 
 
[46]   MONDE SYNOPTIQUE > AMERIQUE LATINE > Littératures AL   
 
  SERNA Enrique - Amours d'Occasion  Nouvelle(s) 
21 : 21.IX.05
SERNA Enrique :
Amours d'Occasion
1 0
2 1
 

Excellent recueil de onze nouvelles sur l’amour, chacune aboutie sur ses diverses facettes, chiennes le plus souvent, avec les aspects caractéristiques de la société mexicaine en filigrane. La plume, maître et de constante qualité, décrit les gens avec humour et cynisme consommés. »»»

 
  STUDART Heloneida - Les Huit Cahiers  Roman 
1 : 01.VI.04
STUDART Heloneida :
Les Huit Cahiers
1 0
1 1
 

Ce roman distinctement féminin, sans être ouvertement militant, fait de cette féministe engagée une grande romancière dont témoignent une plume riche et l'art de thèmes savamment imbriqués au fil des chapitres. Si cela n'en fait pas un grand roman contemporain… »»»

 
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob PARRA Angel - Dos Palomitas et autres mélodies CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits GIARDINELLI Mempo - Les Morts sont Seuls GARCIA-MARQUEZ Gabriel - Mémoire de mes Putains Tristes BOLAÑO Roberto - Amuleto
 
 
[56]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Roman   
 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
  GUILLEBON Swann de - Farang  Roman 
2 : 16.VI.04
GUILLEBON Swann de :
Farang
1 0
2 0
 

Premier roman. Une rare et excellente surprise : le livre est abouti, et l'histoire louvoie adroitement entre le monde médical, la mafia, et les amoureux de la Thaïlande. Le style, concis et ferme, révèle ici un auteur mûr et perspicace, doté d'une plume sûre et riche, tendre et drôle. »»»

 
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court MAÏ Franca - Speedy Mata CARVALHO Bernardo - Neuf Nuits SEPULVEDA Luis - Un Nom de Torero MEZARIGUE Laure - L’Agrément
 
 

     
Du même auteur
STUDART Heloneida
 
STUDART Heloneida - Le BourreauSTUDART Heloneida - Les Huit Cahiers
 
ROMAN :
nos préférés
 
COULSON Joseph - Le Déclin de la LuneDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
LE ROY Philip - Le Dernier TestamentKLINGER Friedrich Maximilian - La Vie de Faust, ses Exploits & comment il fut précipité en Enfer
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourLARSSON Stieg - Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes
BENGTSSON Frans Gunnar - Orm le Rouge T.1-2NESBO Jo - Rue Sans-Souci
»»» Plus de choix [23]
 
ROMAN :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentCONRADO Julio - C’était la Révolution
TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amourDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
GEIGER Arno - Le vieux Roi en son ExilNOOTEBOOM Cees - Dans les montagnes des Pays-Bas
 
BRESIL :
dernières entrées
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’EsclavesREZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge
CARVALHO Bernardo - Neuf NuitsMINDLIN Betty - Fricassée de Maris
collectif - Charlemagne, Lampião & autres BanditsMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & Jacob
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amourMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'Aliéniste
 
LITTERATURE :
dernières entrées
 
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Chasseur d’EsclavesREZENDE Maria Valéria - Le Vol de l’Ibis rouge
CARVALHO Bernardo - Neuf Nuitscollectif - Charlemagne, Lampião & autres Bandits
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Esaü & JacobMACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - Ce que les hommes appellent amour
MACHADO DE ASSIS Joaquim Maria - L'AliénisteCARONE Modesto - Résumé d'Ana
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)