N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
GARELLI Jacques - De la Création poétiqueGARELLI Jacques
De la Création poétique
Brèche / Les dépossessions / Lieux précaires / Penser le poème
 
[31] Encre Marine
Entretien avec l'éditeur :
NEYME Jacques
513 pages - 56 €
ISBN 10: 2-909422-47-X
7
2 0
2 3
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Double coffret. Le premier livre rassemble trois œuvres inspirées du philosophe et écrivain Jacques Garelli pour repenser l’homme et le poème ! En ces temps où dominent l’utilitarisme et l’immédiateté, la lecture de ces morceaux littéraires est salutaire… Immersion.

Dans Variété, Paul Valéry écrivait sur la poésie de Mallarmé : « il avait compris de fort bonne heure que le Fait poétique par excellence n’est autre que le Langage même ». Jacques Garelli l’a aussi compris.

A partir du romantisme, la poésie cesse en effet de chercher son but ailleurs qu’en elle-même : elle se distingue alors de la prose non parce qu’elle dit les choses mieux ou autrement, mais parce qu’elle dit davantage. On pourrait penser que le philosophe Jacques Garelli a choisi de mettre sa pensée en poésie par ce qu’il pourrait en dire avec elle. Ce recueil ternaire, ( composé de Brèches, Les dépossessions et Lieux précaires ) développe une vision renouvelée du monde qui nous entoure, de la création artistique, et de l’être de l’homme. « Le poème fait voir le monde parce qu’il est lui-même un monde qui se fait voir » écrit-il : la poésie est pour lui une forme du langage qui suscite chez le lecteur un devoir de faire fonctionner différemment sa perception artistique. Et cela, en somme, est un véritable monde.

Penser la poésie

Octavio Paz était déjà revenu sur cette vocation métaphysique de la poésie : « la parole est l’homme même ». Comme quelques autres attributs, elle la différencie des animaux qu’on tient généralement capables de ne communiquer qu’utilitairement. En affichant la pratique du langage dans un but autre que l’utilité, c’est-à-dire en poésie, l’homme met en avant son être. C’est parce qu’elle s’arrache de l’usage traditionnel des mots que la poésie permet à l’homme de développer cette faculté qui lui est propre, au-delà des seuls mots : le pouvoir d’évocation, de faire ressentir.

Jacques Garelli donne donc à ressentir.
Et il unit sa poésie à une réflexion métaphysique centrée sur l’expression créatrice quand dans Brèches, par exemple, il consacre un poème à l’inspiration. Le narrateur y décrit le monde qui l’entoure, un paysage commun : le vert de la campagne, où survient l’inspiration représentée par l’allégorie de Dieu, rejoignant ainsi le motif antique de l’aède inspiré des dieux. Ce n’est plus alors une description de la nature que développe le poème, mais la nature elle-même telle que traduite par les mots du Poète. Par Garelli, cela donne : « aussi puis-je l’affirmer, chaste, vous le dire : Je suis fol amoureux des cheveux de Dieu. Est-ce une tare ? ou l’amour romanesque dans l’oublie d’un creux ? […] Eclatez, les mots ! En grappes, en grippe, à crans arides, à cris d’arrêt (p.26-27) » !

L’auteur consacre une large part de ses poèmes, courts ou en prose, rythmés ou non, à la création. Son écriture enveloppe de son verbe et extirpe le lecteur de son sommeil, en aiguisant ses sens et capacités de lecture. Il serait vain de chercher signification unique à ces poèmes, chaque lecteur est libre d’y lire, à son niveau, qui une réflexion sur le monde, qui des jeux de langage. Mais constante est la réflexion sur l’originalité de la création poétique comme exemple de ce qui fait l’homme : « ouvrons l’écluse ! Et c’est l’avalanche au creux du poème ; les blocs incrustés d’où surgit un sens, l’odeur d’une langue à demi sauvage, comme on vomit ou l’on s’étrangle (p.29) »…

Ainsi peut-on lire Pour Mémoire (p.48), une histoire du christianisme comme un résumé poétique ; « l’envers troué de la nuit des rois » peut ainsi apparaître comme la crucifixion du Christ, « l’irréparable rire des saints devant la tristesse de Dieu » rappeler la mort qui fonda le christianisme, par le sacrifice de celui qui se disait fils de Dieu, et le rire qui s’ensuivit de ceux se sachant condamnés mais qui avaient dépassé la peur. Les haines attentives peuvent quant à elles représenter les malheurs qui entourèrent l’histoire du christianisme conquérant du Moyen Age. J’ai souhaité lire ce poème ainsi, mais ce n’est là qu’un exemple de recherche de sens à une poésie qui en contient tant : libre à chacun de lire autrement.

Penser l’Homme

Chez Jacques Garelli, tout devient prétexte à poésie : une vitre, un coquillage, un oursin. Pour poser la question de la lutte de la poésie contre la mort, il joue sur le double sens du mot « faux (p.54) » : dire la vie permet d’y trouver un sens. Quand il insiste sur la tragédie de la condition humaine, il met en scène « une femme très petite qui pleure sur la neige la perte immense d’un caillou (p.95) ». Ses trois recueils regorgent de tournures recherchées, de cent mille usages de la langue poétique ( rimes, rythmes ternaires, prose poétique ), fuyant un seul sens limpide : « écrivain aux sens limpides, reconnais : Cent milliers d’heures sur ton papier vide pour cent mille prunelles de cent mille crucifiés (p.98) » !

Brèche développe plutôt des conditions humaines. Les Dépossessions se tournent vers la dessaisie que l’homme doit opérer pour développer un nouveau sens de perception artistique. Lieux précaires sont ces endroits où se situe le Poète quand il veut créer. Dans chacun de ses poèmes, l’auteur développe une situation de l’homme qui nous amène à la réflexion. Mais il le fait poétiquement, dans ce rapprochement physique des mots fait aux dépens de leur propriété de se consommer en un sens défini. Pour lire Garelli, il faut être soi-même inspiré, lâcher son lien à la lucidité raisonnante pour se laisser aller à la poésie et accepter – oui, accepter – de lire que « nous n’avons au fond qu’à être là ( Rilke, cité en exergue de Lieux précaires ) ».

Un auteur essentiel

Cette édition présente, en coffret, un second volume rassemblant les études de quinze philosophes de France, des Etats-Unis et d’Amérique latine sur l’œuvre de Garelli. Essentielles sont les réponses du poète philosophe aux deux questions de Kostas Axelos : « Quel est le rapport entre pensée et poésie ? » et « Quelle est la tâche de la phénoménologie ? ». Et le lecteur d’y trouver une citation de Heidegger : « Entre elles deux, pensée et poésie, règne une parenté plus profondément retirée, parce que toutes deux s’ordonnent au service du langage et se prodiguent en lui ( Penser le poème, p.192 ) ».

En refermant ce double livre, reste une question sûrement sans réponse ( sans doute pour le meilleur ) : quelle force guide la création de Garelli ? L’inspiration ? ou le travail ? Les deux assurément. Il est temps de lire les œuvres de Jacques Garelli, d’y trouver matière à éveiller nos sens, de repenser notre rapport au monde, surtout par ces temps obscurs. Grand temps.

Olivier STROH

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°35 : 26.XI.07

* * *

[31]   Nos SPECIALITES > ARTS-EXPOS-MUSEO > Création   
 
  HENRICOT Michel - Artiste du Visionnaire   Peinture 
12 : 20.XI.04
HENRICOT Michel :
Artiste du Visionnaire
 

Entretien. Michel Henricot est un peintre porté sur les archétypes et à l'écoute de son inspiration. D'une maîtrise technique absolue tout au service de son univers, il reste mieux apprécié en RFA et aux USA, alors que la France a pourtant en lui un artiste exceptionnel.
»»»

 
  DUBRÉ Michel - Artiste du Visionnaire   Peinture 
12 : 20.XI.04
DUBRÉ Michel :
Artiste du Visionnaire
 

Entretien. Imprégné des anciens maîtres, Michel Dubré montre des recherches thématiques et techniques originales. Parcours de l'artiste, et regards de l'homme sur ses contemporains… »»»

 
 
DELAPORTE Aude - Artiste de la Forme STROH Olivier - De l’Influence en Littérature FACCON Jean-Paul - Artiste du Visionnaire MILON Alain - L'Ecriture de Soi : ce lointain intérieur PORRAS Omar - Directeur du Teatro Malandro LÄDERACH Marie - RICHARD Mathias - HADDAD Hubert - Echanges sur l'Essence de la Création
 
 
[33]   LIVRES > SCIENCES SOCIALES > Philosophie   
 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
  VALLA Lorenzo - Sur le Plaisir  Philosophie 
10 : 01.IV.05
VALLA Lorenzo :
Sur le Plaisir
1 0
3 4
 

Publié en 1431, De Voluptate est un étonnant réquisitoire envers la liberté de chacun, sans entraves sociales, religieuses ou philosophiques. C'est cette acception large du plaisir que développa cet observateur, authentique et perspicace, qui ne transigea pas avec la vie… »»»

 
 
POLYNOME - Le Bonheur d'Entreprendre DALAI Lama - Au Cœur de l'Eveil DOGEN Zenji - Shobogenzo : Yui Butsu yo Butsu / Shoji URSIN Jean - René Guénon DOGEN Zenji - Shobogenzo : Uji BURROUGHS John - Construire sa Maison
 
 
[36]   THEMATIQUES > PHILO - SPIRITUALITE > Philosophie   
 
  COLARDEAU Théodore - Etude sur Epictète  Philosophie 
29 : 30.VIII.06
COLARDEAU Théodore :
Etude sur Epictète
2 0
3 4
 

Cent ans après sa parution, cette réédition revue et corrigée n’a rien perdu de sa qualité ni en éclairages sur Epictète. La préface souligne l’apport intellectuel et la singularité de l’auteur, et incite d’autant mieux à la lecture de cet ouvrage que sa superbe facture invite à l’étude… »»»

 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
 
HUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie LUCIEN de Samosate - Eloge du Parasite ALGALARRONDO Hervé - Les Derniers Jours de Roland B. DOGEN Zenji - Shobogenzo : Yui Butsu yo Butsu / Shoji JULLIARD Jacques - Que sont les grands hommes devenus ? BOSSUET Jacques-Bénigne - Traité de la Concupiscence
 
 
[13]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Etudes   
 
  BRICHE Luce - Blaise Cendrars et le livre  Etudes 
34 : 16.VI.07
BRICHE Luce :
Blaise Cendrars et le livre
2 0
2 0
 

Etude des rapports de Blaise Cendrars au livre, tirée d’une thèse de Doctorat que son auteur, morte en 2002, ne put récrire pour publication. C’est à deux amies que revint ce travail, à partir de l’original annoté, des papiers laissés et de leurs longues conversations sur l’édition. »»»

 
  MILLET Richard - L’Enfer du roman  Etudes 
42 : 25.II.11
MILLET Richard :
L’Enfer du roman
2 0
2 0
 

Sur le champ de la littérature contemporaine, Richard Millet observe les désertions et la débâcle. L’Enfer du roman, un recueil de notes aussi profondes que courtes, dessine une réflexion lucide sur le roman aujourd’hui, en France et dans le monde. Un ouvrage salutaire. »»»

 
 
EDELMAN Bernard - Le Sacre de l'Auteur BRINCOURT André - Littératures d’Outre-Tombe SEB - Saint-Exupéry et Léon Werth GONZALES Jean-Jacques - Albert Camus, l’Exil absolu TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour KHATIBI Abdelkébir - Quatuor Poétique – Rilke, Goethe, Ekelof, Lundkvist
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
AUDI Paul - CréerHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
»»» Plus de choix [31]
 
CREATION :
nos préférés
 
AUDI Paul - CréerMILLET Richard - L’Enfer du roman
GODARD Henri - Une Grande Génération
 
CREATION :
dernières entrées
 
CESSE Philippe - 12e Journées de la CéramiqueDELAPORTE Aude - Françoise ISSALY, d’une rive à l’autre
MILLET Richard - L’Enfer du romanMOUNAL Céline - Artiste du monde visible
STROH Olivier - 5 Auteurs 5 Questions, présentation du dossierFLEURY Mikaël - Artiste du Trait
FRANC Thibault - Artiste de la CouleurCYRSON Ania - Artiste de l’instant
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
URSIN Jean - René GuénonBETHARDS Betty - Interprétez vos Rêves
AMANIEUX Laureline - Ce héros qui est en chacun de nousSAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en séries
HUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgieanonyme - Le Tableau de Cébès
LUCIEN de Samosate - Eloge du ParasiteEVAGORAS de Mégare - Le Monde en Miettes
 
PHILOSOPHIE :
dernières entrées
 
STROH Olivier - La Religion des FéesURSIN Jean - René Guénon
SAINT MAURICE Thibaut - Philosophie en sériesALGALARRONDO Hervé - Les Derniers Jours de Roland B.
HERVIEU Paul - Diogène le chienCONCHE Marcel - Nietzsche et le Bouddhisme
HUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la ChirurgieHELVETIUS Claude-André - Le Bonheur
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)