N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
collectif - Cyrano de Bergerac dans tous ses Etatscollectif
Cyrano de Bergerac dans tous ses Etats
 
[21] Anacharsis
Entretien avec l'éditeur :
OLIVIÉ Frantz - LAVIELLE Charles-Henri
240 pages - 16 €
ISBN 10: 2-9144777-16-7
3
2 0
1 0
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Chacun croît connaître Cyrano de Bergerac et citera volontiers Edmond Rostand... C'est dire donc si le vrai et génial écrivain Cyrano (1619-1655) est méconnu : né à Paris, il est l'auteur du « que diable allais-tu faire dans cette galère ? », que Molière trouva fort à son goût...

Cet ouvrage comprend huit textes relatifs au personnage, à commencer par l'introduction de Laurent Calvié, docte et détaillée, qui mérite d'être lue avant les textes suivants. Le chapitre I est dédié à Henri Le Bret, un ami de Savinien Cyrano de Bergerac et le seul à porter un témoignage oculaire de l'écrivain. Le chapitre II comprend deux lettres de ce dernier, la première pour les sorciers, la seconde contre les sorciers. Le chapitre III est une pièce contemporaine (~1655) de Charles Dassoucy : Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché, au bout du Pont-Neuf.

Suivent ensuite quatre présentations biobibliographiques : la première (1831) par Charles Nodier qui fit tant pour sa réhabilitation, et dont on retrouve des axes entiers dans celles de Théophile Gautier (1834), Paul Lacroix (1858) et Rémy de Gourmont ( 1908, très courte ) respectivement. Ce n'est pas sans raison que le colligeur les a rassemblées sous l'appellation « variations », qui précisent combien Cyrano ne fut jamais de Bergerac comme l'entretient le mythe, mais bien de Paris comme l'atteste son acte de naissance… La notice de Nodier a le mérite d'être la première et de s'appuyer sur Henri Le Bret. Celle de Gautier a plus une approche d'étude littéraire des œuvres de Cyrano et de ses influences. Enfin, Lacroix signe une nette érudition de bibliophile, comme son rappel comparé des piques que Cyrano et Scarron se réservaient par écrits interposés, comme le feraient bientôt Racine et ses détracteurs. L'ouvrage clôt par un utile Lexique expliquant toutes les locutions et les termes curieux, rares, vieillis ou employés différemment d'aujourd'hui, qui doit beaucoup au célèbre dictionnaire de Furetière…

Cyrano, ou le Génie Plagié

Passons maintenant au génie de Cyrano, au sens de géniteur d'idées. Cela devrait être anecdotique, mais vu la place que le terme « galérer » occupe aujourd'hui après simplification de la célèbre expression abusivement attribuée à Molière, rendons à César ce qui appartient à César, car comme le note Charles Nodier justement, « en général, l'homme qui donne un proverbe au peuple a fait preuve de génie (p.109) ». Voici donc la tirade originelle déclamée deux fois par le personnage de Granger du Pédant Joué, Acte II :

« Mon Dieu ! faut il être ruiné à l'âge où je suis ! Va t'en avec Paquier, prends le reste du teston que je lui donnai pour la dépense il n'y a que huit jours ( allez sans dessein dans une galère ! ) ; prends tout le reliquat de cette pièce. - Ah ! malheureuse géniture, tu me coûtes de l'or que tu n'es pesant ! - Paye la rançon, et ce qui restera emploie-le en œuvres pies. - Dans la galère d'un Turc ! - Bien, va t'en. - Mais, misérable ! dis-moi, que diable allais-tu faire dans cette galère ? (p.142) »…

Laurent Calvié fait bien de rappeler dans son introduction que 'les fourberies de Poquelin' n'étaient passées inaperçues en leur temps : « à Bernard de la Monnoye revient l'honneur d'avoir dénoncé ce 'grand et habile picoreur' de Molière ; à Charles Palissot de Montenoy ( 1730 - 1814 ), celui d'avoir découvert les larcins du siècle suivant […] M. de Fontenelle, le Docteur Swift et M. de Voltaire ont tiré parti des étranges bizarreries de Bergerac. La Pluralité des Mondes, Gulliver, Micromégas en sont une preuve certaine (p.27) ». Nombreux furent dont ces illustres 'auteurs' à avoir ponctionné chez lui ; heureusement qu'il ignorait 'la galère' que le destin réservait à son œuvre et à sa pensée.

Or comment expliquer que tant de monuments de la littérature française s'accommodent si bien du travail d'autrui ? Car entre Cyrano qui reprit dans La Mort d'Agrippine un vers de Corneille et Racine qui s'en inspira pour 'l'écoute aux rideaux', entre Corneille qui adapta l'admirable Cid Campeador et La Fontaine qui puisa tant sur Esope et Phèdre, entre Lamartine qui reprit son Lac vers pour vers presque de l'Ode du Temps de l'oublié Antoine-Léonard Thomas ( Ô temps, suspends ton vol ! Respecte ma jeunesse… ) et Rostand qui pour filer sa propre tirade du nez péninsulaire dut s'inspirer du sonnet A un Homme au Grand Nez de l'immense Francisco de Quevedo (1580-1645, cf. ci-dessous), la liste est longue sans même compter les contemporains… Et le justifier par quelque désinvolte picoreur, mais picoreur de génie explique sans doute pourquoi tant critiques en France ne voient pas leur nez s'allonger à nier qu'ils sont autant à reprendre les argumentaires et quatrièmes de couverture…

A un Hombre de Gran Nariz (Quevedo)

Erase un hombre a una nariz pegado,
érase una nariz superlativa,
érase una alquitara medio viva,
érase un peje espada mal barbado;
era un reloj de sol mal encarado,
érase un elefante boca arriba,
érase una nariz sayón y escriba,
un Ovidio Nasón mal narigado.
Erase el espolón de una galera,
érase una pirámide de Egito,
los doce tribus de narices era;
érase un naricísimo infinito,
frisón archinariz, caratulera,
sabañón garrafal, morado y frito.


Cyrano, ou le Génie Oublié

Cet ouvrage, à défaut de documents d'époque plus fournis, montre à l'évidence combien Cyrano de Bergerac fut une personnalité particulière. Pour commencer, son esprit rationnel conçut le principe de la montgolfière : «remplir un globe creux et très mince d'un air très subtil ou d'une fumée d'un poids moindre que celui de l'atmosphère (p.144) » le dispute à celui de Vinci qui un siècle auparavant avait déjà dessiné un hélicoptère rudimentaire. Il fut ensuite un esprit libre et perspicace, qui aurait prit plaisir avec Nietzsche et Hugo à huer sur le troupeau, et dont le témoignage de Le Bret souligne la force de volonté et la rigueur du caractère : « la seule raison est ma reine, à qui je donne volontairement les mains […] N'embrassons donc point une opinion à cause que beaucoup la tiennent ou parce que c'est la pensée d'un grand philosophe, mais seulement à cause que nous voyons plus d'apparence qu'il soit ainsi que d'être autrement. Pour je me moque des pédants qui n'ont point de plus forts arguments pour prouver ce qu'ils disent, sinon d'alléguer que c'est une maxime : comme si leurs maximes étaient bien plus certaines que leurs autres propositions […] je m'en moque, car il est aisé de prouver tout ce qu'on veut quand on ajuste les principes aux opinions et non pas les opinions aux principes (p.76) »…

Et Le Bret de préciser ces mots de son ami « à propos de ces savants que beaucoup de nos modernes ne lui semblaient que les échos d'autres savants et que beaucoup de gens passent pour très doctes qui auraient passé pour très ignorants, si des savants ne les avaient précédés. De sorte que, quand je lui demandais pourquoi il lisait les ouvrages d'autrui, il me répondait que c'était pour connaître les larcins d'autrui ; et que s'il eût été juge de ces sortes de crimes,il y aurait établi des peines plus rigoureuses que celles dont on punit les voleurs de grands chemins, à cause que la gloire étant quelque chose de plus précieux qu'un habit, qu'un cheval et même que de l'or, ceux qui s'en acquièrent par des livres qu'ils composent de ce qu'ils dérobent chez les autres étaient comme des voleurs de grands chemins qui se parent aux dépens de ceux qu'ils dévalisent ; et que si chacun eût travaillé à ne dire que ce qui n'eût point été dit, les bibliothèques eussent été moins grosses, moins embarrassantes, plus utiles, et la vie de l'homme ( quoique très courte ) eût presque suffi pour lire et savoir toutes les bonnes choses ; au lieu que pour en trouver une qui soit passable, il en faut lire cent mille, ou qui ne valent rien, ou qu'on a lues ailleurs une infinité de fois, et qui font cependant consommer le temps inutilement et désagréablement (pp.55-56) »… En effet, on ne saurait être plus en accord. Encore qu'il se soit permis un tout petit larcin en reprenant à son compte un vers ( mais un seul ) de Corneille.

Alors, comment expliquer son quasi oubli auprès du public, qui aujourd'hui ne s'en souvient que comme le personnage emblématique de la pièce de Rostand, au point de lui surseoir en célébrité par le jeu des multiples interprétations d'acteurs célèbres au théâtre et à la télévision ? Laurent Calvié l'expose par cette longue citation, qui se passe de plus de commentaires : « durant la maladie qui devait l'emporter, on a forcé son coffre-fort et dérobé ses manuscrits,en raison, dit-on, non de leur valeur littéraire, mais d'une sombre et fantastique conjuration : 'les œuvres de Cyrano de Bergerac ont été imprimées au moins douze fois, sans compter les éditions partielles, qui sont nombreuses ; et cependant on peut le ranger parmi les livres qui, sans être rares, ne se rencontrent pas souvent dans le commerce de la librairie et qui manquent presque toujours dans les grandes bibliothèques. Pourquoi ces éditions ont-elles disparues ? […] L'auteur est connu, l'ouvrage est estimé, mais le livre a disparu. Nous sommes convaincus que, jusqu'à l'époque de la révolution de 89, les éditions de Cyrano Bergerac ont été détruites systématiquement par les soins infatigables de la mystérieuse confrérie de l'Index. Cette confrérie, qui faisait une guerre sourde et terrible aux ouvrages des philosophes et libres penseurs, qu'elle avait marqués du sceaux de l'athéisme et de l'impiété, se recrutait parmi les laïques comme parmi les écclesiastiques […] faisait main basse sur tout écrit, sur tout imprimé portant témoignage des idées antireligieuses du défunt. C'est ainsi que s'épuraient les collections de livres, qui ne pouvaient être mises en vente sans avoir subi le contrôle rigoureux de deux experts du syndicat de la librairie. L'objet de cette visite était d'extraire et d'anéantir les livres défendus, les uns notoirement désignés par l'autorité civile comme dangereux à différents titres, les autres condamnés secrètement comme hérétiques par la confrérie de l'Index. Quand aux ouvrages inédits des écrivains accusés d'être les ennemis avoués ou latents de la religion catholique, quant à leurs correspondances particulières, on les recherchait avec un zèle et une persévérance qui triomphait tôt ou tard de la vigilance des parties intéressées. Voilà comment nous avons perdu non seulement tous les autographes de Molière, mais encore toutes les lettres qui lui avaient été adressées, toutes celles aussi où son nom se trouvait mentionné, comme si l'on eût essayé d'effacer la mémoire du Tartuffe (pp.21-22) ».

Nicolas VAILLANT

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°6 : 16.VI.04

* * *

[32]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Essai / Etude   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  GUYON Robert - Echos du Bastingage - Les Bateaux de Blaise Cendrars  Transports 
6 : 21.XII.05
GUYON Robert :
Echos du Bastingage - Les Bateaux de Blaise Cendrars
1 3
2 2
 

Nombreux et polymorphes sont les bateaux qui ont traversé la vie et l'œuvre de Blaise Cendrars : témoins biographiques, archives historiques, motifs littéraires… Cet ouvrage au format beau livre, d'une exceptionnelle iconographie, retrace l'odyssée de ce grand poète… »»»

 
 
DELAIGUE-MOINS Sylvie - Chopin chez George Sand GAXIE Jean-Pierre - Kafka, Prince de l’Identité BRICHE Luce - Blaise Cendrars et le livre BOUTAYEB Rachid - Abdelkébir KHATIBI, vivant ! VILA-MATAS Enrique - Pour en Finir avec les Chiffres Ronds CHKLOVSKI Victor - Technique du Métier d’Ecrivain
 
 
[62]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Témoignage   
 
  OSSORGUINE Mikhaïl - Les Gardiens des Livres  Témoignage 
13 : 11.XII.05
OSSORGUINE Mikhaïl :
Les Gardiens des Livres
1 2
1 2
 

Alors que les bolcheviques fermaient les librairies, à Moscou la Librairie des Ecrivains résista de 1918 à 1922, aidant les livres à circuler et aux intellectuels à ne pas mourir de faim. Faute de papier, elle lança aussi une série d’illustrations et livres manuscrits, dont un de Tsvétaïeva. »»»

 
  SEIERSTAD Asne - Le Libraire de Kaboul  Témoignage 
5 : 01.VIII.04
SEIERSTAD Asne :
Le Libraire de Kaboul
2 0
3 0
 

Un vibrant témoignage romancé du quotidien des Afghanes et Afghans à la fin du règne des Talibans. Mais pas seulement, puisque us et coutumes sont décrits en détail, avec les pensées et commentaires des intéressés. Récit et plume franchement remarquables. »»»

 
 
RAHARIMANANA Jean-Luc - L'Arbre Anthropophage SAND George - Questions d’Art et de Littérature ROESSLER Arthur - Egon Schiele en Prison DREYFUS Jean-Claude - Souvenirs lointains de Buchenwald et Dora ALIZADEH Parvaneh - Evine GARDELLE Linda - Aylal, une Année en Mongolie
 
 
[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
BRINCOURT André - Littératures d’Outre-Tombe STROH Olivier - Pierre Loti, le Kaléidoscope GUILLEBAUD Catherine - La Fille du Bar GONZALES Jean-Jacques - Albert Camus, l’Exil absolu collectif - Graines de Noir CENDORS Pierre - L’Homme Caché
 
 

     
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
NICANDRE de Corcyre - Le Voyage d'OccidentLAXNESS Halldor Kiljan - La Saga des Fiers-à-Bras
 
ESSAI / ETUDE :
nos préférés
 
FRANCE Anatole - Le Livre du BibliophileGUYON Robert - Echos du Bastingage - Les Bateaux de Blaise Cendrars
GODARD Henri - Une Grande Générationcollectif - L'Œuvre du Féminin dans l'Ecriture de Maurice Blanchot
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsBRICHE Luce - Blaise Cendrars et le livre
MILLET Richard - L’Enfer du roman
 
ESSAI / ETUDE :
dernières entrées
 
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsREYNIER Chantal - Tempêtes : quatre récits bibliques
BRINCOURT André - Littératures d’Outre-TombeMILLET Richard - L’Enfer du roman
FRANCE Anatole - Le Livre du BibliophileBOUTAYEB Rachid - Abdelkébir KHATIBI, vivant !
BAUDELAIRE Charles - De l’Essence du RireBEISTEGUI Miguel de - Jouissance de Proust
 
TEMOIGNAGE :
dernières entrées
 
DUCHER Guillaume - Les Camps tragiquesDREYFUS Jean-Claude - Souvenirs lointains de Buchenwald et Dora
SEGEV Arieh - Le prisonnier du KippourGONZALEZ RODRIGUEZ Sergio - Des Os dans le Désert
Anonyme - Roman d’un inverti-néFRANCOEUR Marie & Louis - Plus fort que la mort
MAUPASSANT Guy de - En l’AirLONDON Jack - Ce que signifie la vie pour moi
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeLEBOUCHER Sébastien - La Dame à la Fontaine
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)